Voitures neuves : rupture de stock au Maroc et manque de visibilité pour 2022

Les réseaux de vente de voitures neuves au Maroc connaissent des ruptures sur certaines gammes. Celles-ci sont principalement dues à une pénurie de matières premières, notamment les semi-conducteurs, produits en Asie. Cette pénurie impacte l'industrie automobile au niveau international, qui se répercute sur les importations marocaines.

Voitures neuves : rupture de stock au Maroc et manque de visibilité pour 2022

Le 2 septembre 2021 à 16h54

Modifié 2 septembre 2021 à 18h31

Les réseaux de vente de voitures neuves au Maroc connaissent des ruptures sur certaines gammes. Celles-ci sont principalement dues à une pénurie de matières premières, notamment les semi-conducteurs, produits en Asie. Cette pénurie impacte l'industrie automobile au niveau international, qui se répercute sur les importations marocaines.

C’est ce que nous confient deux acteurs du secteur, joints par nos soins. « Cette pénurie touche tous les concessionnaires au Maroc, et pas seulement quelques-uns », nous fait savoir l’une de nos sources, membre de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM).

« La rupture de stock des voitures neuves au Royaume est principalement due à une pénurie internationale des semi-conducteurs (puces électroniques). Plusieurs autres secteurs sont également touchés, notamment l’électroménager et l’informatique », dont certains produits sont aussi en rupture.

« Certaines usines à l’international sont complètement à l’arrêt. Elles sont carrément incapables d’approvisionner les concessionnaires », ajoute notre source.

Notre second interlocuteur, acteur du secteur automobile, confirme. « Les constructeurs ont des problèmes d’approvisionnement en matière de pièces, surtout les semi-conducteurs. Il y a donc un grand manque à l’international, ce qui a causé une baisse de production. Cette pénurie se répercute automatiquement sur les importations, notamment au Maroc. »

Une voiture nécessite entre 5.000 à 6.000 semi-conducteurs en moyenne

En effet, les semi-conducteurs sont indispensables à l’industrie automobile. « Une voiture nécessite en moyenne entre 5.000 et 6.000 semi-conducteurs. Ce sont donc d’énormes volumes », souligne notre seconde source.

« La demande est là, mais malheureusement il n’y a pas assez de stock pour y répondre. On ne parvient pas à s’approvisionner. Les constructeurs n’arrivent pas à nous livrer d’importants volumes », poursuit-il, confirmant que cette « problématique touche tous les concessionnaires au Maroc ».

Des livraisons rallongées, d’autres annulées, et un manque de visibilité pour 2022

En raison de la rupture de stock des voitures neuves au niveau international, « les délais de livraisons s’allongent, voire conduisent à l’annulation de beaucoup d’autres, à cause de l’annulation des productions », d’après le membre de l’AIVAM.

A titre d’exemple, « un concessionnaire qui espérait vendre 100 véhicules cette année, n’en vendra que 60 ou 70 ».

« Les Asiatiques livrent les semi-conducteurs au compte-goutte, ce qui nous empêche d’avoir de la visibilité pour 2022″, que les acteurs du secteur espéraient meilleure que 2021.

Notre autre interlocuteur souligne pour sa part que « les délais de livraison sont en moyenne de deux mois pour les véhicules produits en Europe, et trois mois pour ceux produits en Amérique. Ces délais dépendent ainsi du pays d’envoi, mais ils peuvent être rallongés en fonction du modèle, de sa nouveauté… Les nouveaux modèles peuvent prendre plus de temps, entre trois à quatre mois par exemple ».

« Les voitures qui nécessitent un plus grand nombre de semi-conducteurs nécessitent également plus de temps. Certains modèles sont quasiment en arrêt de production momentanée, et d’autres en stand-by, le temps de régler le problème. Sur une gamme, il y a donc certains modèles qui sont disponibles et d’autres non ».

« La politique des exportateurs est également prise en considération. Certains préfèrent exporter des véhicules avec des équipements en moins, d’autres revoir les packages, tandis que des constructeurs ont préféré arrêter momentanément certains modèles. »

« Les Européens essaient à présent de fabriquer les semi-conducteurs chez eux pour faire face à la pénurie au Japon et en Chine, mais il y a toujours un manque. »

« Le Maroc essaie également d’en faire de même par le biais de l’entreprise STMicroelectronics, mais le lancement de la production et son aboutissement prennent également du temps », conclut notre source.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Résultat Mutandis au 30 septembre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.