Crédits bancaires : La hausse des taux expliquée par Jouahri

| Le 23/6/2021 à 11:42

Face à une question soulignant la hausse des taux bancaire malgré la baisse du taux directeur, Abdellatif Jouahri a tenu à apporter des explications, lors d’un point de presse organisé à l’issue du Conseil de Bank Al-Maghrib.

En marge de la conférence de presse tenue, mardi 22 juin, à l’issue du 2ème Conseil de Bank Al Maghrib de l’année, la question de la transmission de la baisse du taux directeur vers l’économie réelle et la hausse des taux bancaires a été posée.

Abdellatif Jouahri, le wali de Bank Al-Maghrib, a commencé par souligner que « ce sujet est l’un des points que nous suivons de près », avant d’entamer l’explication de la situation du système bancaire et son évolution avec la crise du Covid-19.

« Il ne faut pas oublier une chose : il y a eu des moratoires. Ceux-ci ont porté sur 118 milliards de DH. 67% ont été régularisés. C’est est un bon chiffre. Mais à côté, il y a eu des rééchelonnements qui ont été faits », souligne-t-il.

Ces rééchelonnements ne peuvent pas avoir les mêmes conditions que les crédits à court terme. « La créance de la banque, au lieu de respecter les échéances initiales, elles ont été mises sur du moyen terme. Vous n’allez pas appliquer à ces rééchelonnements les mêmes conditions que les crédits à court terme. Vous êtes obligés d’augmenter le taux. Celui-ci augmente parce que la durée augmente, la mobilisation de la liquidité par la banque augmente ce qui fait augmenter le risque également. Ce sont ces éléments-là qui jouent. Il n’y a pas que le facteur de la baisse du taux », souligne le Wali de BAM.

« Quand on voit les augmentations réalisées, on trouve qu’il y eu 300 points de base de différence qui restent liés à l’intermédiation bancaire. Ce n’est pas énorme. Il faut rappeler les résultats 2020 du système bancaire. Il a perdu la moitié de sa rentabilité en 2020, que ça soit sur le plan social que sur le plan consolidé. Il a perdu la moitié des rendements de ses actifs. Cela ne veut pas dire que je justifie le fait que les banques puissent se rattraper », continue-t-il.

Et d’expliquer : « Les banques essaient juste de réadapter les taux en fonction des conditions actuelles pour qu’elles les louent de nouveau à leur clientèle, qu’elle soit entreprise ou ménage. Après les moratoires, les opérations Relance et toutes les décisions qui ont été prises dans le secteur qui prennent fin les banques se retrouvent face au traitement au cas par cas. Il y a celles qui sont dans le cadre du déclassement, d’autres qui vont tomber dans le cas d’impayés momentanés en attendant qu’elles puissent reprendre le cours normal du paiement des échéances, etc… Il est très difficile de venir juger et de dire que les banques ont augmenté les taux. Les augmentations de taux, en comparaison avec les chiffres 2018 et 2019, tournent autour de 30 à 40 points de base ».

C’est pour dire « qu’après la crise, chaque secteur a sa propre situation. Prenez l’exemple du secteur du tourisme. Il est dans une situation très difficile. S’il faut réaménager, restructurer, déclasser ou donner encore des différés d’échéance, il faut appliquer des conditions différentes. Les choses doivent être bien étudiées, dans le cadre de ce qu’apporte la banque et dans le cadre du réaménagement qu’elle octroi à la clientèle ».

« De l’autre côté, il faut voir le coût du risque et l’appréciation de la prime de risque qui doit rester raisonnable. Et c’est notre rôle en tant que régulateur dans le cadre de la transmission de la politique monétaire, de voir que ces aménagements restent raisonnables, supportables par le client et qu’ils puissent répondre à une négociation équilibrée entre le client et la banque », conclut le Wali de BAM.

>> Lire aussi : Crédits bancaires: voici pourquoi les taux ont augmenté en 2021
 

 

lire aussi
  • | Le 26/11/2022 à 7:14

    Aradei Capital : une bonne dynamique à fin septembre et des revenus diversifiés

    Lors d’une conférence de presse organisée le 25 novembre à la Bourse de Casablanca, la foncière a présenté ses résultats à fin septembre et est revenue sur les objectifs de son augmentation de capital. Le PDG du groupe a également évoqué les discussions sur un second plan d’investissement avec Akdital Holding pour les deux ans à venir.
  • | Le 25/11/2022 à 13:59

    Quatre ans après sa prise de participation, Amethis sort du capital de CFG Bank

    CFG Bank annonce que le gestionnaire de fonds Amethis est sorti de son capital, comme prévu, au terme de quatre années. La cession des actions détenues par Amethis a été effectuée majoritairement en faveur des actionnaires actuels de CFG Bank.
  • | Le 24/11/2022 à 16:31

    Attijariwafa bank : Alpha Mena change sa recommandation ‘d’alléger’ à ‘accumuler’

    Le groupe a affiché à fin septembre des indicateurs supérieurs aux attentes. La baisse prolongée du coût du risque devrait améliorer la génération de fonds propres. Le RNPG est attendu à 6 MMDH cette année. Un yield attrayant de plus de 4,2% est attendu cette année.
  • | Le 24/11/2022 à 12:26

    La DEPF dresse la conjoncture économique à fin septembre

    La Direction des études et des prévisions financières dresse à fin septembre une nette amélioration de l’activité touristique. Le secteur des phosphates affiche un retrait de production mais la valeur exportée poursuit son amélioration.
  • | Le 24/11/2022 à 11:46

    Managem affiche une progression de 45% de ses revenus à fin septembre

    Le groupe a vu les volumes de vente et les cours des métaux baisser sur l’unique troisième trimestre. Le bon effet de parité de change a permis d’atténuer cette baisse. L’endettement recule légèrement par rapport à fin 2021 et atteint 4 100 MDH.
  • | Le 23/11/2022 à 17:14

    Un financement du Trésor à l’international à court terme est peu plausible (AGR)

    Dans son rapport mensuel, la société de recherche Attijari Global Research note que le Trésor dispose d’une situation confortable. Le besoin de financement brut d’ici la fin de l’année est attendu par AGR à 72 MMDH. Une sortie à l’international à court terme demeure peu plausible étant donné les conditions de financement. Les alternatives, comme la LPL et les DTS, sont des options possibles.