Risque de change : Les salles de marchés lancent un programme d'accompagnement des PME/TPE

M. Ett. | Le 25/5/2021 à 15:23

L’Association marocaine des salles de marchés vient de lancer le programme Infitah afin de pousser les PME et les TPE à maitriser davantage les enjeux de la flexibilisation du dirham et des risques de change.

Afin de sensibiliser les PME et les TPE aux risques de change, l’Association marocaine des salles de marchés (AMSM) a lancé le programme Infitah. Cette annonce a été faite lors d’une conférence de presse tenue ce mardi 25 mai.

Ce sujet devient primordial dans le cadre de flexibilisation du régime de change au Maroc, entamée il y a 3 ans.

Lors du dernier conseil de Bank Al-Maghrib, tenu en mars dernier, en réponse à une question relative au passage du Maroc à une nouvelle étape dans l'élargissement de la bande de fluctuation de la monnaie nationale, le Wali de la Banque centrale avait répondu que ce n’est pas le bon moment pour effectuer un nouvel élargissement, en raison, entre autres, du travail de sensibilisation concernant le marché des changes et la réforme qui doit être fait.

L’AMSM, qui regroupe les professionnels des salles de marché des banques au Maroc, vient pour prendre en charge ce programme de sensibilisation.

Avec ce nouveau programme, l’association vise à informer les PME et les TPE des différents produits qui sont mis à leur disposition pour gérer leur exposition sur le marché des changes et pour connaitre les enjeux de la flexibilisation du dirham.

A cette occasion, Benabdeljalil Abdelmalek de BMCE Bank of Africa, président de l’association, a déclaré: « Nous voulons vulgariser toutes les techniques disponibles sur ce marché d‘une manière simple et concrète, pour que ces techniques ne soient pas réservées uniquement aux experts. Nous misons sur une communication simplifiée ».

« Nous sommes dans un premier intervalle de fluctuation de 10%. Nous voulons rassurer que cette évolution du régime qui implique un risque de change transactionnel peut être totalement maitrisée. On sait que les entrepreneurs au Maroc veulent protéger leurs marges », a-t-il ajouté.

Le président de l’Association a tenu à souligner la résilience de la monnaie marocaine lors de la crise. « Depuis l’avènement de la pandémie, nous nous sommes posé pas mal de questions sur la résilience et l’immunité du dirham. Nous avons connu des chocs exogènes, des chocs non planifiés et importants. C’était un crash test pour l’économie marocaine. Nous avons observé que le dirham s’est avéré négatif face à la Covid. Le dirham a développé une certaine immunité contre la volatilité historique que nous avons connue ces derniers mois ».

Il n'empêche qu'avec la crise, les enjeux de flexibilité sont devenus majeurs pour les opérateurs du marché des changes. Ainsi, « le programme Infitah va jouer un grand rôle d’information, de conseil et de vulgarisation auprès des entreprises marocaines. Il est vrai que le Maroc s’est doté d’un arsenal et de techniques qui permettent aux entreprises marocaines de mieux surveiller le risque. Les institutions bancaires de la place disposent aujourd’hui d’une grande expertise. Les instruments mis en place permettent la couverture de change. Présentement, les entreprises ont la possibilité de s’adresser à leurs conseillers bancaires pour coordonner et mettre en place des couvertures spécifiques au risque de change », a-t-il indiqué.

De leur côté, « les autorités de tutelle, que ça soit Bank Al-Maghrib ou l’Office des changes, ont mis en place tout un arsenal juridique et réglementaire qui accompagne l’évolution du marché », continue-t-il

4 volets constituants le programme Infitah 

Comme expliqué par Reda Mekki Berrada (Banque Centrale Populaire), Vice-Président de l’association, le programme Infitah s’articule autour de 4 volets.

Le premier volet porte sur l’information et la vulgarisation. « Nous avons préparé un certain nombre de capsules pédagogiques, en darija et en français, qui seront diffusées sur les réseaux sociaux pour atteindre le grand public, pour vulgariser et informer sur le programme Infitah », explique-t-il.

Le deuxième volet porte sur l’éducation. « Pour cela, nous faisons appel à tous les professionnels du marché pour mettre en place un certain nombre de cours sous format MOOC qui seront totalement ouverts au grand public et qui permettront de vulgariser et d’informer sur les différentes techniques mises à la disposition des entreprises et des entrepreneurs qui peuvent couvrir leur exposition au risque de change », ajoute-t-il.

Le troisième volet du programme concerne le conseil. « L’association va mettre en place des webinaires animés par les professionnels du marché afin de répondre aux différentes questions qui se poseront par les PME et les TPE et qui sont liées aux risques de change ».

Le quatrième volet porte sur la proximité. « Cette étape prendra la forme d’une large tournée à travers le pays. Nous avons voulu favoriser la proximité et l’échange pour donner à notre programme toutes ses chances de succès. C’est indispensable dès lors que les échanges internationaux concernent l’ensemble des villes du royaume », explique-t-il.

« Pour réussir ce programme, l’association est accompagnée par différents partenaires pour réunir les différentes sphères entrepreneuriales. Nous sommes accompagnés par la CGEM, les centres régionaux d’investissement, les chambres de commerce ainsi que les associations et fédérations professionnelles », a-t-il précisé.

Voici la transmission Live de la conférence : 

 

lire aussi
  • | Le 2/2/2023 à 17:07

    IPO : de hauts cadres relatent leur expérience face aux défis de la communication

    Dans le cadre d’une conférence sur la réputation financière, organisée par l’agence Bonzaï, plusieurs cadres de sociétés cotées ont fait part des challenges qu’ils ont dû relever dans leur communication. Le PDG de Cosmos Electro, Fahd Bennani, revient notamment sur l'IPO avortée de l'entreprise, à la suite d'un litige juridique concernant l'un de ses points de vente.
  • | Le 1/2/2023 à 14:01

    Pourquoi les crédits de trésorerie ont-ils connu une forte hausse en 2022 ?

    En 2022, l’encours des comptes débiteurs et crédits de trésorerie a augmenté de 16% à 262 MMDH. Une hausse notable et multifactorielle, selon une source du secteur bancaire.
  • | Le 31/1/2023 à 17:15

    Les raisons de la hausse du cash en circulation en 2022

    L'année dernière, le cash en circulation a atteint 355 MMDH. La monnaie fiduciaire représente désormais près de quatre fois la taille du déficit de liquidité bancaire, estimé à 89,1 MMDH fin 2022. Selon Bank Al-Maghrib, différents facteurs comme l'inflation ou encore la forte hausse des transferts des MRE sont en cause.
  • | Le 31/1/2023 à 9:38

    Le crédit bancaire progresse de 75 MMDH en 2022, les créances en souffrance augmentent

    En 2022, l’encours des crédits bancaires a progressé de 7,6% par rapport à l’année précédente.
  • | Le 30/1/2023 à 16:16

    Qui contrôle les principales banques commerciales au Maroc ?

    En fin d'année, le paysage bancaire a évolué avec la prise de contrôle de Crédit du Maroc par Holmarcom. Voyons comment se répartit désormais le capital des principales banques commerciales du pays. Infographie.
  • | Le 23/1/2023 à 13:46

    En 2022, les dépenses de compensation ont atteint 42 MMDH

    Le Trésor a connu l’an dernier une amélioration de ses recettes, alors que les dépenses de compensation ont presque doublé par rapport à 2021. Le déficit budgétaire global demeure assez stable à 69,5 MMDH.