Minières : Sogécapital Bourse dresse les perspectives du secteur

B.B | Le 25/5/2021 à 16:18

Après avoir affiché une bonne croissance en 2020, la dynamique devrait persister pour le secteur minier coté en bourse cette année. La reprise des cours des métaux de base poussés par la demande mondiale ainsi que le retour de la production à des niveaux normatifs vont améliorer les performances financières des minières. 

 

Lors d’un webinaire organisé par la Bourse de Casablanca et l'Association Professionnelle des Sociétés de Bourse (APSB) dans le cadre du cycle «Saison de publication des résultats : Bilan et opportunités d'investissement », une analyse de l’activité du secteur minier coté en bourse a été réalisée par Yousra Maarouf, analyste senior au sein de Sogécapital Bourse.

L’analyste y a dressé l’évolution des cours des métaux précieux, des métaux de base ainsi que les recommandations sur les trois valeurs cotées (Managem, CMT et SMI).

Depuis le début de l’année, le secteur minier affiche une croissance de 21,64% en bourse (à la clôture de la séance du 25 mai, ndlr). Il s’agit de la troisième meilleure performance sectorielle derrière le secteur Pharmaceutique et celui de la Chimie. Cette année, le secteur devrait continuer de bien se comporter, notamment en bénéficiant de l’appréciation des cours des métaux de base avec la reprise de la demande mondiale. Après une envolée des cours des métaux précieux l’an dernier, l’année 2021 pourrait aussi être l’opportunité de prise des bénéfices pour les investisseurs.

Un regain des cours des métaux de base en 2021

Suite à la pandémie mondiale, la demande de métaux de base s’était effondrée en 2020, particulièrement au premier semestre. A titre d’exemple, le plomb et le zinc avait vu leur cours diminuer de respectivement de 9% et 11% l’an dernier par rapport à leurs cours moyens en 2019.

En 2021, ces métaux de base devrait voir leurs cours se bonifier avec la demande économique croissante. Il en est de même pour deux autres métaux de base que sont le Cobalt et le Cuivre. A titre d’exemple, le Cobalt a connu au premier trimestre 2021 une performance de 56,6% après avoir baissé de 3% en 2020. « Son potentiel réside également dans la forte évolution et demande en véhicules électriques dont il demeure une composante essentielle pour les batteries » précise Yousra Maarouf.

Le Cuivre également connaitra un bon comportement avec la reprise économique cette année. « Le cours du métal rouge reflète la santé de l’économie mondiale et surtout celle de la Chine qui représente à elle seule près de 50% du besoin mondial. Entre mars et décembre 2020, il a augmenté de 80%, corrélé à la reprise économique chinoise » explique Yousra Maarouf.

Des métaux précieux sensibles aux perturbations macroéconomiques

Après avoir bien performé l’an dernier, les cours des métaux précieux sont censés diminuer cette année avec la reprise économique qui se profile. Mais ils demeurent sensibles aux risques qui pèsent toujours sur l’économie. « L’Or a marqué une performance de 27% en 2020. Sur le premier trimestre 2021, il a connu un mauvais démarrage mais s’est récemment amélioré à près de 1 892 dollars l’once après avoir atteint un sommet en août 2020 à plus de 2 058 dollars l’once. L’Argent aussi a vu son cours grimper suite à ces craintes » explique l’analyse de Sogécapital Bourse.

Cette résurgence du cours survenue il y a deux semaines vient des craintes inflationnistes sur le marché américain. « Ces craintes et ces incertitudes concernant la pression inflationniste outre-Atlantique, alimentent la frénésie sur les marchés et participent à la hausse récente du cours de l’Or » poursuit l’analyste.

Un bon comportement des minières attendu en 2021

Pour les trois valeurs cotées du secteur, les performances financières devraient être bonnes cette année selon Sogécapital Bourse. Les valeurs devraient bénéficier de la reprise des cours des métaux de base ainsi qu’un retour à des niveaux normatifs de production.

Pour Managem, l’analyste explique : « Le groupe devrait réaliser un chiffre d’affaires en hausse +20,6% à 5 698 millions de dirhams en 2021, tiré par le cuivre et le cobalt. Nous pensons que le groupe tirera profit de la relance économique attendue à travers le commercialisation de métaux de base contribuant à plus de 50% de l’excédent brut d’exploitation global ».

Il est à rappeler qu’au premier trimestre 2021, le chiffre d’affaires était en hausse de 14%. La société de bourse valorise le titre à 1 398 dirhams (downside de 5%) et le recommande à la conservation.

La CMT devrait également bénéficier d’un retour à des niveaux normatifs de production et de rentabilité cette année. « La demande en zinc et en plomb devrait se maintenir à ses niveaux actuels avec une légère pression haussière sur les cours. Sa croissance est principalement à tirer sur le métal Argent en 2021 » explique l’analyste.

Son chiffre d’affaires en 2021 est attendu en hausse de 20,4% à 517,4 millions de dirhams. Sur la même période, son RNPG devrait s'établir à 177,4 millions de dirhams en hausse de 300% par rapport à l’an dernier. Le titre est valorisé à 1 553 dirhams (downside de 7%). Sogécapital Bourse le recommande à la conservation.

La SMI, quant à elle, devrait continuer à souffrir de la baisse de sa production et de la teneur. Au premier trimestre 2021, le chiffre d’affaires était en retrait de 34%, principalement causé par « le repli de la production d’Argent de 36% sous les effets conjugués des perturbations liées au Covid-19 et des difficultés opérationnelles d’exploitation de la mine ».

Néanmoins, la baisse de la production serait partiellement atténuée par un effet ‘cours métal’ favorable. En 2021, la société de bourse anticipe une hausse de 22,1% du chiffre d’affaires à 1 045 millions de dirhams. Le titre est valorisé à 2 352 dirhams (upside de 8,5%). Il est recommandé à la conservation.

Il est à noter que cette année, l’accroissement prévu de la masse bénéficiaire de la place bénéficiera au secteur minier. D’après les dernières prévisions de CFG Bank pour 2021, une hausse de 59,3% de la masse bénéficiaire est attendue, soit +258 millions de dirhams par rapport à 2020. Cette amélioration provient « d’une croissance anticipée de la production d’argent de la mine d’Imiter après une année 2020 marquée par des perturbations liées à la pandémie de COVID-19 entrainant un recul de la production (-19%) » expliquait CFG Bank. L’augmentation de la production d’or, de zinc et de cuivre de Managem couplée à une hausse attendue des prix de vente de l’Or est également attendue.

Il tient également de rappeler que le secteur avait surperformé le marché l’an dernier avec une croissance de 14,03% alors que le MASI avait perdu 7,27% sur la même période.

>>> Lire aussi : Les minières progressent en bourse et gardent de belles perspectives d’évolution en 2021

 

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 24/7/2024 à 14:16

    Imane Belmejdoub nommée directrice du développement stratégique à Lesieur Cristal

    Lesieur Cristal a annoncé le retour d'Imane Belmejdoub au sein du groupe en qualité de directrice du développement stratégique, des fusions-acquisitions et d'autres initiatives de développement business.
  • | Le 24/7/2024 à 9:43

    Maroc Telecom : en prenant en compte l'amende, le RNPG du groupe passe dans le rouge

    Le groupe a pu capitaliser sur la croissance de ses filiales africaines pour tirer son chiffre d'affaires à la hausse. Les revenus de l'activité nationale reculent de 1,6% mais les marges s'améliorent. Les dotations nettes aux provisions et dépréciations comprennent l’impact de la provision complémentaire du litige opposant Maroc Telecom à l’opérateur Wana Corporate pour un montant de 5,9 milliards de dirhams au 30 juin 2024.
  • | Le 23/7/2024 à 16:14

    Malgré des performances notables, voici pourquoi le secteur bancaire décolle peu en bourse

    Le secteur bancaire affiche des niveaux assez bas de valorisation. Attijari Global Research l'évoque dans une récente note. Le MASI traite à 19,1x ses bénéfices alors que l'indice Banques traite à 15x ses bénéfices, au plus bas depuis quinze ans. Malgré des performances notables en 2023 et au T1-24, les bancaires bougent peu en bourse. Du cash frais des institutionnels pourrait changer la donne. Les OPCVM, eux, sont limités.
  • | Le 23/7/2024 à 13:40

    Le groupe Hayan boucle une émission obligataire de 110 MDH

    Le groupe Hayan annonce, ce mardi 27 juillet, la finalisation d'une émission obligataire de 110 millions de dirhams pour sa filiale éducative, le groupe scolaire Jacques Chirac.
  • | Le 22/7/2024 à 17:02

    Placements. Les investisseurs se positionnent sur le moyen, long terme au détriment du court terme

    Les chiffres de l’ASFIM à fin juin montrent que l’encours sous gestion des OPCVM a progressé de 7,3% au premier semestre, en franchissant les 600 MMDH. Une décollecte de l’obligataire court terme est observée, de l’ordre de 5,5 MMDH. D’un mois sur l’autre, l’encours a baissé de 11,2% traduisant une volonté des investisseurs de se positionner sur de l’OMLT plus risqué, mais plus rémunérateur.
  • | Le 18/7/2024 à 16:39

    Marsa Maroc veut se positionner comme un acteur majeur en Méditerranée occidentale

    Après plusieurs annonces marquantes qui impacteront positivement la dynamique de développement du groupe à Agadir, à Nador West Med ou encore à Cotonou au Bénin, Marsa Maroc nous explique ses choix.