Disway : Le titre stagne dans l’attente des réalisations du premier trimestre 2021

B.B | Le 26/4/2021 à 15:15

Après une forte ascension du titre en bourse en 2020, la tendance s’est arrêtée vers la fin mars. Depuis plus d’un mois, le cours stagne en bourse. Pour des analystes de la place, c’est le résultat de l’incertitude planant sur les résultats du premier trimestre 2021 et les risques liés à l’approvisionnement en matériel informatique. 

 

Depuis le début de l’année, la valeur a progressé de plus de 35% à 585 dirhams alors que le MASI n’affiche qu’une hausse de 3,91% en YTD, à la cloture du sa séance du 26 avril.

Le cours de Disway a notamment été fortement boosté cette année à partir de début mars suite à l’annonce des résultats annuels de 2020. Le groupe avait annoncé des bénéfices en hausse de 24% et un dividende record de 35 dirhams par action. Le rendement se situait à 6,5% au moment de l’annonce. Comme nous l’expliquait un analyste suite aux résultats de Disway, « avec la crise, nous avons senti un appétit au rendement surtout depuis la publication des résultats trimestriels, que ce soit les particuliers ou les institutionnels ».

Graph DISWAY P

Mais depuis un mois, le cours de Disway stagne. Pour les analystes de la place, cela est dû à l’incertitude planant sur le marché. Les investisseurs attendent les résultats du premier trimestre pour juger du maintien de la demande en matériel informatique et des potentielles perturbations de l'approvisionnement.

Un attentisme actuellement observé

Le titre du groupe oscille entre 576 dirhams et près de 595 dirhams depuis le 21 mars. Pour notre analyste, « la stagnation observée vient du fait que depuis l’annonce des dividendes, il n’y a aucune nouvelle qui pourrait changer la donne dans un sens comme dans un autre ».

Une version corroborée par un autre analyste de la place qui souligne l’incertitude globale qui règne sur le marché: « Actuellement, le marché manque d’information. Les investisseurs ne savent pas comment la valeur se comporte réellement en 2021. Il y a une attente des résultats du premier trimestre pour bien cerner la tendance car le potentiel de croissance du titre est lié aux réalisations de la société en 2021 ».

Pour le second analyste la stagnation du titre vient de l’incertitude qui demeure quant à la demande sur le matériel informatique. « La société a bénéficié d’une forte demande en 2020, mais nous ne savons pas vraiment si la tendance sera la même cette année, c’est pour cela que le marché temporise en ce moment en attendant les résultats du premier trimestre » explique-t-il.

D'après notre premier interlocuteur, les investisseurs attendent de voir quels secteurs vont tirer le marché pour établir des stratégies d’investissements. « Pour le moment, la relance ne se matérialise pas, elle prendra possiblement un peu plus de temps que prévu » explique-t-il.

Dans cette incertitude, si la relance économique viendrait à se concrétiser sur le reste de l’année, cela pourrait ne pas nécessairement bénéficier à Disway. « Dès lors que l’on aura une relance économique, l’engouement pour les titres de fond de portefeuille qui proposent un rendement élevé, pourrait légèrement se dissiper pour bénéficier à des valeurs plus porteuses de croissance. Disway demeure une valeur de croissance, mais d’autres valeurs pourraient être plus intéressantes » explique l’analyste.

Il est à rappeler que d’après le dernier document de recherche de CFG Bank sur les perspectives Macro et Marché 2021, la société de recherche valorisait le titre à 510 dirhams soit un downside de -13,7% (par rapport au cours du 12 mars, ndlr).

Une bonne dynamique attendue en 2021 mais des perturbations d’approvisionnement

En 2020, les valeurs technologiques ont largement profité de la crise. Pour notre premier analyste, ce besoin s’est inscrit dans la durée et se maintiendra cette année. Cependant, comme nous l'expliquait un trader de la palce au mois de décembre, le secteur des technologies connaitra une bonne performance en 2021, mais avec un rythme de croisière plus modeste, de l'ordre de 5% à 6%. 

Notre analyste nous confie : « Les performances financières de Disway en 2020 étaient en ligne avec ce que l’on prévoyaient. Nous tablons en 2021 sur une évolution financière similaire. Car il faut rappeler que la conjoncture reste favorable au distributeur. Il y a toujours une forte demande sur les produits informatiques du fait que le télétravail est toujours encouragé ». Il est à rappeler que le maintien de l’éducation à distance renforce également la confiance des investisseurs dans le distributeurs de produits technologiques.

Financièrement, le groupe affichait l’un des rendements les plus attractifs de la place au titre de l’exercice 2020. Une tendance qui devrait se maintenir selon le dernier document de CFG. En 2020, la société de recherche table sur un rendement de 5,9% et 5,8% en 2021.

Cependant, un risque plane concernant les potentielles difficultés d’approvisionnement en matériel informatique. « Il faut savoir que même si la demande en produits informatiques est toujours soutenue, le management a averti lors de la présentation des résultats annuels, que l’année 2021 allait être marquée par des perturbations en approvisionnement. Peut-être que tout le monde attend de voir comment va se comporter le niveau d’activité sur le premier trimestre de l’année » conclut notre analyste.

 

>>> Lire aussi : Valeurs technologiques : 2021, une année de ralentissement de la croissance

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 24/7/2024 à 14:16

    Imane Belmejdoub nommée directrice du développement stratégique à Lesieur Cristal

    Lesieur Cristal a annoncé le retour d'Imane Belmejdoub au sein du groupe en qualité de directrice du développement stratégique, des fusions-acquisitions et d'autres initiatives de développement business.
  • | Le 24/7/2024 à 9:43

    Maroc Telecom : en prenant en compte l'amende, le RNPG du groupe passe dans le rouge

    Le groupe a pu capitaliser sur la croissance de ses filiales africaines pour tirer son chiffre d'affaires à la hausse. Les revenus de l'activité nationale reculent de 1,6% mais les marges s'améliorent. Les dotations nettes aux provisions et dépréciations comprennent l’impact de la provision complémentaire du litige opposant Maroc Telecom à l’opérateur Wana Corporate pour un montant de 5,9 milliards de dirhams au 30 juin 2024.
  • | Le 23/7/2024 à 16:14

    Malgré des performances notables, voici pourquoi le secteur bancaire décolle peu en bourse

    Le secteur bancaire affiche des niveaux assez bas de valorisation. Attijari Global Research l'évoque dans une récente note. Le MASI traite à 19,1x ses bénéfices alors que l'indice Banques traite à 15x ses bénéfices, au plus bas depuis quinze ans. Malgré des performances notables en 2023 et au T1-24, les bancaires bougent peu en bourse. Du cash frais des institutionnels pourrait changer la donne. Les OPCVM, eux, sont limités.
  • | Le 23/7/2024 à 13:40

    Le groupe Hayan boucle une émission obligataire de 110 MDH

    Le groupe Hayan annonce, ce mardi 27 juillet, la finalisation d'une émission obligataire de 110 millions de dirhams pour sa filiale éducative, le groupe scolaire Jacques Chirac.
  • | Le 22/7/2024 à 17:02

    Placements. Les investisseurs se positionnent sur le moyen, long terme au détriment du court terme

    Les chiffres de l’ASFIM à fin juin montrent que l’encours sous gestion des OPCVM a progressé de 7,3% au premier semestre, en franchissant les 600 MMDH. Une décollecte de l’obligataire court terme est observée, de l’ordre de 5,5 MMDH. D’un mois sur l’autre, l’encours a baissé de 11,2% traduisant une volonté des investisseurs de se positionner sur de l’OMLT plus risqué, mais plus rémunérateur.
  • | Le 18/7/2024 à 16:39

    Marsa Maroc veut se positionner comme un acteur majeur en Méditerranée occidentale

    Après plusieurs annonces marquantes qui impacteront positivement la dynamique de développement du groupe à Agadir, à Nador West Med ou encore à Cotonou au Bénin, Marsa Maroc nous explique ses choix.