Nouveau report de la livraison du vaccin AstraZeneca au Maroc

Le vaccin AstraZeneca n'arrivera pas ce samedi 16 janvier au Maroc. L'opération a été reportée sine die. Il faudra maintenant attendre un communiqué officiel "lorsque l'avion marocain aura chargé et décollé avec les vaccins".

Nouveau report de la livraison du vaccin AstraZeneca au Maroc

Le 16 janvier 2021 à 13h16

Modifié 11 avril 2021 à 2h49

Le vaccin AstraZeneca n'arrivera pas ce samedi 16 janvier au Maroc. L'opération a été reportée sine die. Il faudra maintenant attendre un communiqué officiel "lorsque l'avion marocain aura chargé et décollé avec les vaccins".

L’avion devait décoller vendredi après-midi pour effectuer un aller-retour en Inde, où il allait prendre livraison des premières doses du vaccin AstraZeneca. Finalement, il n’a pas pris l’air. L’opération a été reportée, apprend Médias24 de source sûre.

Selon des sources informées, il ne s’agit pas du premier report, ce qui explique la prudence des autorités marocaines.

Le dossier est géré depuis le début par le ministère des Affaires étrangères et le ministère de la Santé. Le rôle du premier a été décisif dans la conclusion des deux contrats: un contrat a été signé avec AstraZeneca, à travers la société russe R-pharm, le 18 septembre 2020. Un autre avec la société chinoise Sinopharm le 20 août 2020 pour la réalisation au Maroc d’un essai clinique de phase 3 et la fourniture de vaccin au Maroc.

Le 9 novembre, le Roi Mohammed VI qui suit quotidiennement, « heure par heure » selon des sources gouvernementales, l’état d’avancement du dossier et tout ce qui concerne la pandémie, avait ordonné un démarrage de la vaccination « au cours des prochaines semaines ». La formulation était prudente et le communiqué du cabinet royal n’indiquait même pas le nom du vaccin.

Mais les espoirs de livraison avant la fin de l’année ne se sont pas concrétisés:

– D’abord, le Maroc a choisi à juste raison, d’attendre que chacun des deux vaccins soit autorisé dans son pays d’origine. Il aurait pu octroyer une autorité d’utilisation d’urgence comme d’autres pays l’ont fait (Emirats, Royaume-Uni, Egypte…). Il a préféré respecter le circuit habituel. S’il avait octroyé sans attendre ses propres autorisations d’urgence, des voix se seraient élevées pour critiquer cette décision, c’est certain.

– D’autre part, le vaccin Sinopharm n’a été autorisé que le 31 décembre.

– Le vaccin AstraZeneca a été pour sa part autorisé le 30 décembre au Royaume-Uni, son pays d’origine.

Le Maroc a continué en parallèle à se préparer. Une logistique assez impressionnante a été mise en place et plusieurs opérations de simulation ont été menées.

Cela étant, l’arrivée du vaccin a tardé, sans qu’une communication n’accompagne ce retard, ni de la part des producteurs ni de la part du Maroc. La nature a horreur du vide et le mutisme fait flamber les rumeurs.

Selon des sources informées, il était difficile de communiquer, car la situation pouvait changer à tout moment et il y a eu de (mauvaises) surprises. Chaque producteur considère implicitement le vaccin comme un instrument diplomatique. Il agit en position de force. Ce n’est pas une transaction banale qui relève du code du commerce. Nous sommes face à des positions monopolistiques.

De plus, en Chine, il y a une culture de la discrétion, voire du secret. Jusqu’à présent, on ne sait pas pourquoi le vaccin de Sinopharm Wuhan, celui qui a fait l’objet d’une étude clinique phase 3 au Maroc, n’a pas été autorisé.

Au fur et à mesure que passaient les jours et les semaines, apparaissaient des arguments nouveaux. Deux arguments principaux ont été mis en avant par les fournisseurs:

– la livraison à des pays tiers ne peut être effectuée avant le démarrage de la campagne nationale de vaccination. Celle-ci a démarré ce samedi 16 janvier en Inde.

– il faut pouvoir servir d’autres pays et pas seulement le Maroc, car l’Inde comme la Chine sont soumises à de fortes pressions de la part de pays tiers pour recevoir le vaccin.

La date de livraison ne dépend pas du client, le Maroc, mais du fournisseur (Inde ou Chine) en position de force. Notons que Pfizer vient d’annoncer qu’il ne livrera pas à l’Europe au rythme convenu au moins pendant les prochaines semaines; et Johnson & Johnson obtiendra probablement son autorisation d’utilisation d’urgence en février mais ne livrera pas correctement avant mars.

Le Maroc a clairement fait le maximum pour démarrer sa campagne de vaccination au plus vite; mais cela ne dépend pas que de lui.

Comme nous le précise une source sûre: il n’y aura pas d’annonce officielle concernant l’arrivée du vaccin tant que l’avion marocain n’aura pas décollé du pays fournisseur avec les conteneurs à son bord.

A lire aussi


Enfants « illégitimes » : Les militantes féministes fustigent la décision de la cour de Cassation

Trois militantes féministes et un sociologue réagissent à la décision de la cour de Cassation, qui a estimé qu’un enfant « illégitime » n’est aucunement lié au père biologique, ni par la filiation parentale, ni par la filiation paternelle. Ils dénoncent une décision qui protège les intérêts et les privilèges des hommes, au détriment de ceux des femmes et des enfants.

Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Assemblée Générale Ordinaire LafargeHolcim Maroc : Avis de convocation des actionnaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.