La dette consolidée des administrations publiques atteint 56,4% du PIB en 2019

| Le 22/10/2020 à 17:05

Présentée dans le rapport de la dette publique accompagnant le PLF 2021, la méthode de calcul de la dette consolidée des administrations publiques a été appliquée par le ministère des finances en collaboration avec le FMI. Le procédé permet l’obtention de statistiques plus réalistes et répond au meilleurs standards internationaux.

Dans le rapport sur la dette publique accompagnant le projet de loi de finances 2021, le Ministère a inclus pour la première fois un dossier spécial sur la dette consolidée des administrations publiques. Un procédé de consolidation des statistiques de la dette qui permet une vision globale de l’endettement  réel des entités institutionnelles. Le procédé est préconisé par le manuel de statistiques de finances publiques (MSFP) et le guide des statistiques de la dette du secteur public (GSDSP) du Fond Monétaire International (FMI).

Des données plus fiables

L’information relative à la dette publique est disponible auprès du ministère des finances, mais n’étant pas consolidée, elle ne reflète pas la situation d’endettement global du secteur public. Dans ce dossier spécial, le ministère indique d’ailleurs qu’elle « comporte plusieurs biais intrinsèques, liés notamment aux doubles emplois des opérations financières réciproques ».

Autrement dit, la consolidation de la dette permet d’avoir une vision plus réaliste et juste en évitant les doubles comptages des transactions ou encours au sein des différentes entités constituant l’administration publique. L’objectif de la consolidation est donc de donner des statistiques consolidées qui ont une plus grande pertinence analytique sachant qu’elle ont été préalablement traitées.

Une meilleure conformité internationale

Le procédé est également un moyen pour le Maroc de mieux s’inscrire dans les normes internationales à suivre concernant le traitement des statistiques  de la dette. En effet, concernant la méthode usuellement utilisée, le ministère des finances annonce qu’elle « ne s’inscrit pas en conformité avec les normes internationales en matières de publications de statistiques telles que préconisées par le manuel de statistiques de finances publiques (MSFP) du FMI ». L’institution a donc entamé avec l’appui technique des services du FMI, la consolidation des finances publiques via l’adoption des concepts, des définitions et de la méthodologie du MSFP de 2014. Une mise en place qui permettra au Maroc de présenter des agrégats macroéconomiques plus précis et « utilisés pour l’évaluation de la qualité de crédit des pays par les agences de notation ainsi que par les investisseurs étrangers ».

Basé sur cette méthodologie et ces normes internationales, le ministère des finances a calculé la dette consolidée des administrations publiques. Le périmètre de couverture institutionnelle discuté avec le FMI, a été élargi à l’ensemble des structures composant le secteur des Administrations Publiques. La dette consolidée des administrations publiques englobe les dettes des entités suivantes :

  • Gouvernement central budgétaire (Trésor)
  • Gouvernement central extrabudgétaire : les établissements publics à caractère non marchand (EPNMs)
  • Collectivités Territoriales
  • Organismes de Retraite et de Prévoyance Sociale (ORPS)

Il en ressort qu’à fin 2019, la dette consolidée des administrations publiques était de 649,6 milliards de dirhams, soit 56,4% du PIB. Or, sur la même période, l’encours de la dette du Trésor à lui seule, s’élève à 747 milliards de dirhams. Alors comment expliquer cet écart ?

En réalité, le principe de consolidation implique de soustraire les créances des entités détenues par d’autres entités appartenant à l’administration publique. Comme le pointe le ministère, « le volume du portefeuille des bons du trésor détenus par les EPNM et les ORPS s’annule dans la mesure où il s’agit en même temps d’une créance et d’une dette au sein d’une même unité institutionnelle, à savoir le secteur des Administrations Publiques ».

 

 

 

 

 

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 24/7/2024 à 14:16

    Imane Belmejdoub nommée directrice du développement stratégique à Lesieur Cristal

    Lesieur Cristal a annoncé le retour d'Imane Belmejdoub au sein du groupe en qualité de directrice du développement stratégique, des fusions-acquisitions et d'autres initiatives de développement business.
  • | Le 24/7/2024 à 9:43

    Maroc Telecom : en prenant en compte l'amende, le RNPG du groupe passe dans le rouge

    Le groupe a pu capitaliser sur la croissance de ses filiales africaines pour tirer son chiffre d'affaires à la hausse. Les revenus de l'activité nationale reculent de 1,6% mais les marges s'améliorent. Les dotations nettes aux provisions et dépréciations comprennent l’impact de la provision complémentaire du litige opposant Maroc Telecom à l’opérateur Wana Corporate pour un montant de 5,9 milliards de dirhams au 30 juin 2024.
  • | Le 23/7/2024 à 16:14

    Malgré des performances notables, voici pourquoi le secteur bancaire décolle peu en bourse

    Le secteur bancaire affiche des niveaux assez bas de valorisation. Attijari Global Research l'évoque dans une récente note. Le MASI traite à 19,1x ses bénéfices alors que l'indice Banques traite à 15x ses bénéfices, au plus bas depuis quinze ans. Malgré des performances notables en 2023 et au T1-24, les bancaires bougent peu en bourse. Du cash frais des institutionnels pourrait changer la donne. Les OPCVM, eux, sont limités.
  • | Le 23/7/2024 à 13:40

    Le groupe Hayan boucle une émission obligataire de 110 MDH

    Le groupe Hayan annonce, ce mardi 27 juillet, la finalisation d'une émission obligataire de 110 millions de dirhams pour sa filiale éducative, le groupe scolaire Jacques Chirac.
  • | Le 22/7/2024 à 17:02

    Placements. Les investisseurs se positionnent sur le moyen, long terme au détriment du court terme

    Les chiffres de l’ASFIM à fin juin montrent que l’encours sous gestion des OPCVM a progressé de 7,3% au premier semestre, en franchissant les 600 MMDH. Une décollecte de l’obligataire court terme est observée, de l’ordre de 5,5 MMDH. D’un mois sur l’autre, l’encours a baissé de 11,2% traduisant une volonté des investisseurs de se positionner sur de l’OMLT plus risqué, mais plus rémunérateur.
  • | Le 18/7/2024 à 16:39

    Marsa Maroc veut se positionner comme un acteur majeur en Méditerranée occidentale

    Après plusieurs annonces marquantes qui impacteront positivement la dynamique de développement du groupe à Agadir, à Nador West Med ou encore à Cotonou au Bénin, Marsa Maroc nous explique ses choix.