OCP stabilise ses revenus et sa rentabilité opérationnelle à fin juin

| Le 29/9/2020 à 8:02

Malgré la crise sanitaire et un contexte de marché défavorable, OCP réalise un chiffre d’affaires et un EBITDA stables par rapport au premier semestre 2019. La hausse de la production d’engrais ayant compensé la baisse des prix.

Le chiffre d’affaires à fin juin 2020 atteint 27,4 milliards de DH contre 27,6 milliards un an auparavant.

C’est l’activité engrais qui a permis de stabiliser le chiffre d’affaires. Ses revenus ont progressé de 12%, reflétant une hausse des volumes exportés vers l’Amérique latine, l’Europe et l’Inde (+1,5 million de tonnes) qui a largement compensé la baisse des prix (baisse de 22% du prix du DAP).

Les revenus de la roche ont, eux, diminué de 5%, à cause d’un effet prix négatif ayant compensé la hausse des volumes exportés.

Quant à l’acide phosphorique, son CA a reculé de 31%, à la fois à cause d’un effet prix négatif et d’une baisse des volumes en raison du recul de la production d’engrais en Inde du fait de la pandémie.

Dans ce contexte, la marge brute s’est établie à 17,5 milliards de DH, en très légère baisse par rapport à juin 2019 (17,8 milliards), la baisse des prix des matières premières (souffre notamment) ayant compensé la baisse des prix des produits vendus.

Mais l’EBITDA, principal indicateur de rentabilité dans le secteur, s’est stabilisé à 8,5 milliards de DH, en raison des performances opérationnelles du groupe malgré les défis logistiques liés à la crise sanitaire. La marge d’EBITDA s’est ainsi maintenue à 31%, un niveau très confortable.

Par ailleurs, le résultat s’exploitation a baissé à 871 MDH contre 3,8 milliards de DH, uniquement du fait de la contribution de 3 milliards de DH au fonds spécial Covid-19.

Les dépenses d’investissement totalisent 5 milliards de DH au 1er semestre, et la trésorerie demeure à un niveau confortable de 10,7 milliards de DH. L’endettement financier, totalisant 54,4 milliards de DH, avec un ratio de levier financier 3,5x.

Pour le second semestre, OCP s’atteint à un équilibre entre l’offre et la demande : Demande forte de l’Inde et du Brésil devant compenser le ralentissement en Europe occidentale ; baisse des exportations chinoises pour satisfaire son marché local.
 

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 24/7/2024 à 14:16

    Imane Belmejdoub nommée directrice du développement stratégique à Lesieur Cristal

    Lesieur Cristal a annoncé le retour d'Imane Belmejdoub au sein du groupe en qualité de directrice du développement stratégique, des fusions-acquisitions et d'autres initiatives de développement business.
  • | Le 24/7/2024 à 9:43

    Maroc Telecom : en prenant en compte l'amende, le RNPG du groupe passe dans le rouge

    Le groupe a pu capitaliser sur la croissance de ses filiales africaines pour tirer son chiffre d'affaires à la hausse. Les revenus de l'activité nationale reculent de 1,6% mais les marges s'améliorent. Les dotations nettes aux provisions et dépréciations comprennent l’impact de la provision complémentaire du litige opposant Maroc Telecom à l’opérateur Wana Corporate pour un montant de 5,9 milliards de dirhams au 30 juin 2024.
  • | Le 23/7/2024 à 16:14

    Malgré des performances notables, voici pourquoi le secteur bancaire décolle peu en bourse

    Le secteur bancaire affiche des niveaux assez bas de valorisation. Attijari Global Research l'évoque dans une récente note. Le MASI traite à 19,1x ses bénéfices alors que l'indice Banques traite à 15x ses bénéfices, au plus bas depuis quinze ans. Malgré des performances notables en 2023 et au T1-24, les bancaires bougent peu en bourse. Du cash frais des institutionnels pourrait changer la donne. Les OPCVM, eux, sont limités.
  • | Le 23/7/2024 à 13:40

    Le groupe Hayan boucle une émission obligataire de 110 MDH

    Le groupe Hayan annonce, ce mardi 27 juillet, la finalisation d'une émission obligataire de 110 millions de dirhams pour sa filiale éducative, le groupe scolaire Jacques Chirac.
  • | Le 22/7/2024 à 17:02

    Placements. Les investisseurs se positionnent sur le moyen, long terme au détriment du court terme

    Les chiffres de l’ASFIM à fin juin montrent que l’encours sous gestion des OPCVM a progressé de 7,3% au premier semestre, en franchissant les 600 MMDH. Une décollecte de l’obligataire court terme est observée, de l’ordre de 5,5 MMDH. D’un mois sur l’autre, l’encours a baissé de 11,2% traduisant une volonté des investisseurs de se positionner sur de l’OMLT plus risqué, mais plus rémunérateur.
  • | Le 18/7/2024 à 16:39

    Marsa Maroc veut se positionner comme un acteur majeur en Méditerranée occidentale

    Après plusieurs annonces marquantes qui impacteront positivement la dynamique de développement du groupe à Agadir, à Nador West Med ou encore à Cotonou au Bénin, Marsa Maroc nous explique ses choix.