Cosumar : résilient en bourse, les indicateurs du groupe devraient progresser en 2020

I.B. | Le 1/7/2020 à 16:46

Faisant parti de l’un des secteurs les moins impactés par la crise sanitaire liée au Coronavirus, Cosumar prouve sa résilience en bourse avec un cours en baisse de 6,6% depuis le début de l’année tandis que le marché affiche un repli de 16,45%.

Après avoir reporté la décision de distribution de dividende relatif à l'exercice 2019, le conseil d'administration de Cosumar a annoncé, ce lundi 29 juin, dans le cadre d'une convocation à une AGO prévue pour le 5 août, sa décision de distribuer “à titre exceptionnel” un montant global de 661 MDH, soit 7 DH par action. Ce dividende sera mis en paiement à partir du 2 septembre. 

Suite à cette annonce, le cours de Cosumar est passé de 197,1 DH à 204,5 DH en une seule journée, celle du mardi 30 juin, soit une croissance de 3,75%. 

A la clôture du mardi, la valeur Cosumar affiche une résilience face à la crise sanitaire avec une contre-performance d’environ -6,6% depuis le début de l’année tandis que le marché s'est replié de -16,45% durant la même période. 

Cela dit, le cours observé à la clôture du mardi dépasse la valorisation de CFG qui s’élève à 200 DH.

Perspectives : malgré la crise sanitaire,  l’activité de Cosumar progresserait en 2020

Concernant l’impact de la pandémie sur l'activité de Cosumar, CFG Bank confirme la résilience du groupe vis à vis la crise sanitaire : tant que le sucre est un produit de première nécessité, l’activité de Cosumar ne sera pas lourdement impactée et l’activité à l’export pourrait même augmenter par rapport à 2019.

D’ailleurs, ils prévoit une une hausse d'environ 2% du chiffre d’affaires du groupe en 2020 et en 2021, portée par un effet prix positif à l’export.

D'autre part, la même source prévoit une hausse de l'EBIT de 3% en 2020 et de 2% en 2021.

Le RNPG, quant à lui, progresserait de 1,5% en 2020 malgré la contribution avec 100MDH au Fonds de gestion de la pandémie et de 9% en 2021.

A long terme, CFG prévoit des bénéfices supérieurs à 1 MMDH pour le groupe, à partir 2021.

Selon la même source, l’opérationnalisation de la nouvelle raffinerie en Arabie Saoudite qui devrait offrir au groupe de nouveaux relais de croissance dans la région Moyen-Orient boosterait son activité. C’était prévu pour mars 2020, mais avec la conjoncture actuelle, le groupe n’a toujours pas communiqué sur ce point.

D'autre part, les résultats de Cosumar dépendent également des cours du sucre et des prix et de la demande à l’export ainsi que du prix du charbon.

Ainsi, concernant l'export, il pourrait continuer de souffrir de la réduction des marges à cause d'une baisse de la demande mondiale et d'un excédent de production. Concernant le prix du charbon à l’international, qui dépend de la demande de la Chine, il devrait baisser en lien avec la crise sanitaire et le contexte actuel ce qui devrait impacter positivement les charges opérationnelles du groupe. 

Par ailleurs, on rappelle que'Attijari avait prévu que, pour Cosumar, la campagne sucrière 19/20 devrait ressortir similaire à la précédente (au-dessus des 570 KT). Dans ce sens, les rendements des premières cultures ressortirait meilleurs que prévu au niveau de l’ensemble des régions à l’exception de Doukkala. Aussi, la capacité à l’export atteindrait les 600 KT et ce, en fonction des opportunités à l’international.

>> Lire aussi : Covid-19 : le secteur agroalimentaire devrait se montrer résilient (Analystes)

lire aussi
  • | Le 28/9/2022 à 15:46

    HPS : les leviers de croissance du groupe déclinés par Brahim Berrada

    Le directeur général de HPS revient sur les bonnes performances du groupe qui a affiché une hausse de 83% de ses bénéfices au S1-2022. Il évoque également la croissance dynamique du secteur, qui bénéficiera au groupe dans les années à venir, ainsi que les trois principaux leviers de développement.
  • | Le 27/9/2022 à 15:19

    La bourse dévisse en réaction à la hausse du taux directeur

    Bank Al-Maghrib a relevé son taux directeur de 1,5% à 2%. Elle prévoit une croissance économique flat cette année à 0,8% et une inflation plus persistante et intense que prévu. Elle devrait s’établir à 6,3% cette année et 2,4% en 2023. Les marchés ont mal réagi à ces annonces et la Bourse de Casablanca a dévissé à la clôture, lâchant 1,21% avec une forte accélération des volumes échangés en fin de séance.
  • | Le 27/9/2022 à 14:41

    LafargeHolcim Maroc : des résultats en baisse rognés par la hausse des cours du petcoke

    Le groupe a pu maintenir son chiffre d’affaires grâce à un effet prix positif, mais les volumes de vente ont baissé. 
  • | Le 26/9/2022 à 15:12

    Managem : grâce à l’intégration complète de Tri-K, l’année 2022 sera exceptionnelle

    Au second semestre, le groupe continuera de bénéficier des cours élevés de certains métaux de base et jouira particulièrement de la hausse de la production de Tri-K dans la production totale. 
  • | Le 22/9/2022 à 14:59

    Label’Vie : de bonnes perspectives en 2022 et des bénéfices en hausse liés à l’OPCI

    Selon la société de recherche BKGR, le distributeur devrait afficher un TCAM de 7,6% sur la période 2022-2031. Et ce, grâce à l’expansion de son réseau et au changement progressif des modes de consommation des Marocains vers la distribution moderne. L’OPCI Terramis et la plus-value constatée cette année amélioreront le résultat net, anticipé en progression de 15,9% à 472 MDH.
  • | Le 21/9/2022 à 15:44

    Matériel informatique : Disway se démarque en bourse, mais ralentie par le marché

    La valeur se démarque des autres valeurs du secteur “matériels, logiciels et services informatiques” en bourse. En revanche, elle fait face à des conditions plus compliquées de marché avec une demande en retrait sur le retail.