Ramid: Je suis bigame et je l’assume

El Mustapha Ramid, ministre d'Etat chargé des droits de l'Homme. Mais pas de tous les droits, ni de tous les hommes. Jugez-en dans ce verbatim.

Ramid: Je suis bigame et je l’assume

Le 2 mai 2017 à 19h25

Modifié 2 mai 2017 à 19h25

El Mustapha Ramid, ministre d'Etat chargé des droits de l'Homme. Mais pas de tous les droits, ni de tous les hommes. Jugez-en dans ce verbatim.

Liberté sexuelle, homosexualité, polygamie etc. Sous son costume de ministre d'Etat chargé des droits de l'Homme, Mustapha Ramid demeure intransigeant. Invité dans l'émission "Mouwajaha" diffusée le 28 avril sur MFM Radio, l'ex homme fort de la Justice effectuait sa première sortie médiatique depuis sa nomination au nouveau poste.

Fidèle à lui-même, le ministre a mêlé religieux et juridique pour exprimer tantôt ses réserves, tantôt son rejet de certaines demandes d'une partie de la société civile. Florilège.

>L'ONU, toujours les mêmes questions

La polygamie? "Cette question nous est toujours posée – par le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, qui tient une session ce mois de mai- pas à Ramid personnellement, mais à notre pays. Elle a été posée en 2008, en 2012 et sera encore posée en 2017. Et ce, au même titre que les questions de l'héritage, le mariage des mineures, la peine de mort, la liberté sexuelle. Ils réclameront que nous n'incriminions plus les rapports sexuels illégaux, veulent dépénaliser l'homosexualité."

>Droits de l'Homme, mais pas tous les droits 

"La protection des droits de l'Homme est un principe que nous partageons avec le reste du monde, mais pas à 100%. Sinon nous ne serons plus des Marocains, nous ne serons plus des musulmans. Nous ne pourrons plus nous regarder dans le miroir."

"Sommes-nous un pays sans histoire, sans valeurs, sans principes ou civilisation? Nous avons, qu'Allah en soit remercié, une Constitution qui place l'Islam comme le premier fondement."

>Droits des hommes, mais pas tous les hommes

"Dépénaliser l'homosexualité? Impossible! Tous les partis politiques et quel que soit le gouvernement, s'y opposent. Nous sommes un pays musulman dirigé par le commandeur des croyants. Dépénaliser l'homosexualité revient à bafouer l'essence même de l'Etat et ses institutions."

"Sa Majesté le Roi ne peut l'accepter. Il ne peut pas l'accepter! Si un projet de loi vient à être proposé au parlement, soyez certain que tous les partis politiques s'y opposeront."

>Je suis polygame, n'y voyez aucune prétention

"N'y voyez pas de la prétention, je suis marié à deux femmes conformément à une loi marocaine adoptée au parlement à l'unanimité. Le blâme dont je fais l'objet n'a donc aucun fondement. (…) Il suffit de supprimer la loi. Ce n'est qu'alors que nous pourrons blâmer un ministre polygame."

"J'ai deux femmes. Une autre personne a une femme et une copine. Ce dernier sera-t-il blâmé du point de vue des droits de l'Homme?" 

>L'alcool à la maison  

"La religion proscrit la consommation de l'alcool. La loi interdit l'ivresse publique et manifeste. Mais si un individu en consomme dans son domicile et n'en sort qu'une fois sa lucidité recouvrée, c'est entre lui et son Dieu."

>Relation sexuelle hors mariage, la charia dit

"L'islam ne reconnaît que le mariage. La Charia dit que les rapports sexuels hors mariage ne peuvent être prouvés que par l'aveu ou le témoignage de quatre personnes. Quant au code pénal, il prévoit que la preuve de ce délit se fait par l'aveu, par des écrits ou constat de flagrant délit."

"Quant à ceux qui pratiquent les interdits religieux et légaux loin des regards des gens…"

>L'apostasie, entre lui et son Dieu  

"Celui qui désire se convertir au christianisme, son cas ne nous concerne pas. Quiconque le veut, qu'il croie, et quiconque le veut qu'il mécroie. C'est entre lui et son dieu".

"Mais qu'il n'influence pas la croyance d'autrui en exploitant sa faiblesse ou en utilisant l'argent, des établissements scolaires ou les orphelinats."

"Un athée, on peut le convaincre. Idem pour une personne qui croit en la religion chrétienne. On ne peut en aucun cas les priver de leur liberté de croyance."

>Dé-jeûner en public durant le Ramadan, on les incrimine pour les protéger

"Il est impossible que l'Etat permette à des personnes de dé-jeûner en public durant le Ramadan. Impossible. Il y va de la protection de ces personnes ainsi que de l'ordre public, car ces agissements peuvent susciter la colère des citoyens. "

>Quand un ministère frère porte atteinte aux droits de l'Homme

"Dois-je être d'accord avec les bonnes œuvres et la piété ou avec le péché et la transgression?"

"Il faut secourir son frère, qu'il soit injuste ou victime d'une injustice. Mais au sens islamique de l'expression, pas au sens pré-islamique. C'est-à-dire qu'il faut aviser ton frère."

"En cas d'atteinte aux droits de l'Homme commise par l'un des ministres, j'en aviserais ce dernier et, si besoin, je désavouerais l'atteinte en question. Cela va de ma responsabilité devant Allah. Le jour du jugement, je rendrai compte de tous mes actes."

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

DOUJA PROMOTION : Résultats annuels au 31 Décembre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.