Les lauréats de l’Ecole d’architecture de Casablanca en grève

Une trentaine de lauréats de cette école privée, aujourd’hui au chômage, exigent leur droit à l’équivalence. Leur sort dépend toutefois du verdict de la chambre des conseillers qui ne s’est pas encore réuni à ce sujet.  

Les lauréats de l’Ecole d’architecture de Casablanca en grève

Le 28 février 2014 à 11h18

Modifié 28 février 2014 à 11h18

Une trentaine de lauréats de cette école privée, aujourd’hui au chômage, exigent leur droit à l’équivalence. Leur sort dépend toutefois du verdict de la chambre des conseillers qui ne s’est pas encore réuni à ce sujet.  

L’Ecole supérieure d’architecture de Casablanca (Eac) continue de susciter le débat. Depuis lundi 24 février, une trentaine de lauréats de l’école font grève. Et pour cause, ils réclament leur droit d’obtenir une équivalence du diplôme d’architecte.

Le dossier traine depuis des années et son sort sera scellé par la chambre des conseillers. Cette dernière n’a pas encore programmé l’amendement de l’article de loi qui donnera le droit à ces lauréats de faire valoir leurs diplômes.

Il faut dire que le cas de cette institution privée est assez particulier. Créée en 2004 à l’initiative de l’Etat par l’intermédiaire d’un appel d’offre émis conjointement par le ministère de l’Habitat et celui de l’Enseignement supérieur, elle a été, depuis longtemps, décriée par la majorité des architectes.  

L’année dernière, lors de la présentation du projet de loi modifiant l’article 4 portant sur les écoles privées d’architecture, le Conseil de l’ordre des architectes s’est mêlé au débat public pour exprimer son opposition.

Contacté par Médias 24, Abdelwahed Mountassir, nouveau président de l’Ordre élu en janvier 2014, exprime un avis mitigé. «Personnellement, je suis contre l’enseignement privé de l’architecture. En dehors de l’Etat, seule une fondation à but non lucratif peut assurer cette mission», déclare-t-il d’emblée. Et de poursuivre : « toutefois, nous devons trouver une solution pour ces lauréats pris en otage. Nous sommes en train d’y réfléchir avec le ministère de l’Enseignement supérieur. Nous n’avons pas encore d’idée claire. Mais une chose est sûre : cette école ne peut continuer à fonctionner avec les mêmes statuts qu’aujourd’hui. Le cas de l’Ecole internationale de Rabat est à mon sens un bon exemple à suivre ».  

Selon une source proche du dossier, l’une des pistes sur lesquelles se penchent les deux parties consiste à intégrer les étudiants de l’Eac au sein de l’Ecole nationale d’architecture (Ena), relavant de l’Etat.

Cette solution ne sera probablement pas du goût des élèves de l’Ena. En mai 2013, ces derniers ont manifesté contre l’adoption d’une loi favorable aux écoles privées, qui les mettrait sur un même pied d’égalité avec des étudiants du système privé. Ils avaient alors menacé de faire année blanche si la loi en faveur des écoles privées venait à être votée.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Aluminium du Maroc : Communiqué de presse suivant la réunion du Conseil d’Administration, réuni le 29 Juin 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.