Conférence nationale de la santé : les 23 recommandations

La conférence nationale sur la santé, clôturée aujourd’hui, s’est soldée par l’élaboration de 23 résolutions. Le rapport final préconise notamment d’augmenter dès l’année prochaine de 8% les ressources du ministère et d’assurer le droit constitutionnel à la couverture médicale.  

Conférence nationale de la santé : les 23 recommandations

Le 3 juillet 2013 à 15h24

Modifié 3 juillet 2013 à 15h24

La conférence nationale sur la santé, clôturée aujourd’hui, s’est soldée par l’élaboration de 23 résolutions. Le rapport final préconise notamment d’augmenter dès l’année prochaine de 8% les ressources du ministère et d’assurer le droit constitutionnel à la couverture médicale.  

Au terme de longues séances de discussions et d’échanges entre partenaires, dans des commissions qui se sont réunies en 3 sessions durant deux jours. Les listes des recommandations par atelier est fin prête. La collecte des propositions et leur synthèse a duré jusqu’au petit matin, avant d’être exposées, quelques heures plus tard, à l’ensemble des conférenciers.

Voici la liste des 23 recommandations élaborées au terme de la conférence :

1. Eriger la lettre royale adressée en ouverture de la conférence en feuille de route à laquelle doivent se conformer tous les acteurs du secteur de la santé, conformément aux dispositions de la nouvelle constitution.

2. Elaborer un cadre global et intégré, incluant le droit constitutionnel d’accès à la couverture médicale, en assurant un maximum d’implication des partenaires.

3. Prendre en charge le secteur de santé primaire comme base d’évolution de la politique de santé, favorisant la proximité concernant la prévention, les soins et la veille dans le but d’atteindre une couverture médicale globale mettant l’accent sur l’importance du diagnostic précoce des maladies.

4. Inclure la santé dans les différentes politiques publiques, en promouvant un système de santé juste et efficace qui prenne en considération les particularités territoriales, en vue de la mise en place de la régionalisation avancée.

5. Favoriser l’approche genre dans le secteur de la santé.

6. Faire en sorte d’offrir aux personnels de santé les meilleures conditions assorties des moyens de motivations nécessaire, à travers l’amélioration de leurs conditions sociales et professionnelles.

7. Les pouvoirs publics et les collectivités territoriales doivent garantir aux citoyens d’accéder à leurs droits constitutionnels d’accès aux soins et à la protection sociale, et mettre en place tous les moyens possibles en vue d’une couverture sanitaire universelle.

8. Mettre en place un cadre global concernant le partenariat public-privé, et élaborer les mécanismes à même de permettre son bon fonctionnement.

9. Créer un organe administratif au niveau du ministère de la santé, qui sera chargé de planifier et d’organiser le secteur privé.

10. Pousser les autorités publiques et les collectivités locales, spécialement au niveau régional, à encourager les professionnels du secteur privé à investir dans le secteur de la santé conformément aux besoins de la carte sanitaire.

11. Mise en place des organes consultatifs dans le secteur de la santé et des organes d’écoute et de gouvernance participatifs, en renforçant le rôle de la société civile dans l’élaboration des politiques de santé, leur application et leur valorisation.

12. Publication des contrats ratifiés entre les institutions, en favorisant la reddition des comptes. En vue d’améliorer le secteur de la santé et la transparence.

13. Réduire les participations directes des familles dans les dépenses de soins, en augmentant le budget alloué au secteur, en élargissant l’assiette de solidarité et en utilisant une nouvelle approche pour la fixation des prix des médicaments, en encourageant l’utilisation des génériques.

14. Accorder plus d’importance à la santé publique en favorisant les régions, en équipant les collectivités de moyens et spécialités nécessaires dans le domaine de la santé.

15. Combattre la pénurie en ressources humaines, en augmentant les postes budgétaires alloués au ministère de la santé, de manière exceptionnelle et urgente, à compter de l’année prochaine.

16. Accélérer le processus de réforme de l’enseignement médical, en continuant les chantiers entamés, notamment la réforme LMD (licence, master, doctorat), en assurant la formation et la qualification des ressources humaines administratives. Et élaborer le cadre de référence sur les postes et les compétences, en prenant en compte les spécificités du secteur.

17. Requalifier la médecine générale à travers la médecine de famille, et créer une branche de spécialité dans ce domaine.

18. Créer un observatoire national des ressources humaines, comme recommandé par l’OMS, pour la collecte des données et l’évaluation des besoins futurs.

19. Augmenter le budget du ministère de la santé à 8%, conformément aux engagements du Maroc à l’international.

20. Renforcer et consolider les acquis de santé de base, en assurant le financement du système de santé et la simplification des procédures, en créant des organes chargés de son développement, et en élargissant la base des bénéficiaires de la couverture médicale de base pour englober la catégorie des non assurés, à travers l’unification des systèmes de santé, et la création d’organes pour une gestion unique et homogène.

21. Concernant la veille et la sécurité sanitaire, élaborer une politique nationale de santé publique en définissant les outils et les moyens nécessaires à sa mise en place.

22. Mettre en place un ordre national pour la veille et la sécurité sanitaire conforme aux moyens et aux spécificités nationales, établi sous forme d’un réseau, informant le citoyen sur les risques liés à la santé publique.

23. Elaborer la charte nationale sur la santé de manière collaborative, respectant une approche participative et consultative, en prenant, comme point de départ, la deuxième conférence nationale sur la santé.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Crédit du Maroc: Communiqué de l’AGO du 13 juin 2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.