Covid-19. Du centre d'appels à l'hôpital, voici le nouveau parcours du patient à Casa

Pour faire face à la hausse des contaminations dans la région de Casablanca-Settat, les autorités ont mis en place un circuit simplifié pour les patients testés positifs au Covid et pour les cas "probables". Voici ce parcours en texte et images.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/09-09-2020/Hopitaldejour.jpeg-oui

Le 10 septembre 2020 à 19:30

Modifié le 11 septembre 2020 à 12:27

Selon plusieurs témoignages recueillis par Médias24, le circuit à suivre pour une personne testée positive au Covid-19 ou suspectant d'être infectée était jusqu'à récemment assez flou. Faut-il se diriger vers n'importe quel établissement de santé ? Qui contacter ? L'hospitalisation est-elle automatique ? 

L'absence de réponses claires à ces questions ainsi que la lenteur du parcours du patient et la longueur du cycle détection-diagnostic-traitement ont contribué à l'aggravation de la situation épidémiologique, notamment celle de la région de Casablanca-Settat avec 1.169 nouveaux cas enregistrés ce mercredi 9 septembre, soit 54% des nouveaux cas au niveau national.  

De plus en plus inquiétante, la situation de la région Casa-Settat a mené à une mobilisation générale notamment par une réunion de crise tenue mardi 8 septembre à la wilaya de Casablanca.

Perdues, plusieurs personnes prennent du temps avant de se faire tester, se dirigent vers des structures qui ne peuvent pas les prendre en charge et participent ainsi à la propagation du virus. 

Pour simplifier le processus, les autorités de Casablanca ont mis en place un nouveau circuit que Médias24 a suivi, ce mercredi 9 septembre. Ce circuit se base entre autres sur la dernière circulaire du ministère de la Santé qui vise à fluidifier la prise en charge des cas probables sans attendre le résultat du test PCR pour certains cas où l'on se contente du diagnostic radio-clinique.

Distinguons d'abord les personnes qui ont été testées positives dans le cadre du suivi des cas contacts et des clusters par le ministère de la Santé ou dans le cadre de tests volontaires, et celles qui soupçonnent être contaminées en constatant des symptômes.

Notons également et c'est clair dans la nouvelle circulaire datée du 2 septembre, que les patients asymptomatiques ou pauci-symptomatiques (cas bénins, avec peu de symptômes), sont désormais suivis à domicile si leurs conditions le permettent (personne qui n'ont pas de maladies chroniques et qui ont les moyens d'être isolés du reste de leur famille à domicile).

Une personne qui éprouve un doute et craint d'être contaminée, peut se présenter au choix:

-à la délégation régionale de la santé dont relève son domicile. Cette délégation dispose de kits de prélèvement et de pouvoir de tri.

OU

-à l'hôpital local dont relève son domicile.

OU

-à des urgences dans n'importe quel hôpital (mais de préférence dont son domicile relève).

OU

-à un laboratoire privé autorisé (il y en a 9 dans la ville de Casablanca, ainsi que l'hôpital Cheikh Khalifa) où elle réalisera un test PCR si jamais elle souhaite réaliser un test.

En cas de forte suspicion avec des symptômes visibles voire inquiétants comme la difficulté de respirer, il est préférable de se présenter directement aux urgences.

Pour les cas modérés ou graves, avec des symptômes visibles, le traitement commence désormais [depuis la circulaire du 2 septembre] sans attendre le test PCR. Le diagnostic est radio-clinique, basé notamment sur une TDM pulmonaire montrant des lésions (image en verre dépoli). Si l'on ressent des symptômes forts, il ne faut plus se focaliser sur le test PCR mais se présenter sans tarder aux urgences.

Si le patient qui se présente dans l'un des endroits ci-dessus (hôpital, urgences) n'a pas de signes cliniques justifiant un cas "probable", il effectue donc un test. S'il est asymptomatique ou pauci-symptomatique et donc avec peu ou pas de symptômes, le prélèvement est effectué. Si le résultat est positif, il reçoit au bout de 48 heures un appel du nouveau centre qui le dirige vers tel ou tel hôpital de jour où s'effectue une consultation ainsi que des examens tels que l'ECG, on lui explique qu'il sera suivi à domicile si le contexte le permet et on lui donne ses médicaments.

Lancement d'un nouveau centre d'appels pour le suivi des cas positifs de Covid-19

C'est donc un centre d'appels mis en place depuis maintenant 2 semaines qui joue le rôle de premier interlocuteur avec les cas positifs.

"Chaque jour, nous recevons la liste des nouveaux cas testés positifs. Les téléconseillers du centre d'appels se chargent de les contacter un à un afin de leur annoncer la nouvelle et de les orienter", nous explique Dr Amina Aniba, médecin responsable de ce centre d'appels. 

Ce dernier n'est pas joignable par tous. Seuls les patients contactés par le centre d'appels disposent du numéro à rappeler en cas de contraintes. Il ne s'agit pas d'une ligne à joindre en cas de symptômes ou pour demander des renseignements. Ce centre d'appels est exclusivement dédié au suivi des patients testés positifs.  

Une dizaine de téléconseillers s'activent dans une salle de travail dans ce centre situé à El Hank. 

Sous la supervision de leur manager et du Dr Amina Aniba, leur mission est de contacter, chaque jour, tous les nouveaux cas confirmés dans la ville de Casablanca afin de leur annoncer les résultats du test d'une part mais aussi de les orienter vers l'hôpital de jour apte à les prendre en charge. 

Le nombre d'appels effectués par jour varie selon le nombre de nouveaux cas confirmés et celui des personnes dont il faut faire le suivi. 

En effet, la mission de ce centre d'appels ne se limite pas à la simple annonce des résultats du test. Les téléconseillers sont également chargés de rappeler les personnes testées positives pour s'assurer qu'elles se sont bien rendues à l'hôpital de jour désigné et pour savoir si elles ont été hospitalisées dans un établissement de santé ou mises à l'isolement à domicile. 

Dans le cas d'une mise à l'isolement à domicile, le centre d'appels devra prendre attache avec les patients deux autres fois, dont l'une à la moitié du traitement et l'autre à la fin de celui-ci. Le but est de s'assurer que le patient suit son traitement et qu'aucune complication n'a surgi. 

En cas de problème, les patients peuvent rappeler le centre d'appels et exposer leur souci. C'est pour régler ce genre de situations que Dr Aniba est présente tous les jours au centre d'appels. Ce dernier est opérationnel du lundi au dimanche de 9h à 18h. 

Triage, ECG et consultation : Circuit dans l'hôpital de jour

Après avoir reçu l'appel annonçant les résultats positifs du test de Covid-19, le patient concerné doit se diriger vers l'hôpital de jour que le centre d'appels lui aura indiqué. 

Médias24 s'est rendu à l'hôpital de jour du centre hospitalier régional Moulay Youssef pour suivre le parcours du patient. Cette structure sanitaire reçoit aussi bien les personnes testées positives orientées par le centre d'appels ou les cellules de suivi des cas contacts, que les cas probables de passage soupçonnant d'être contaminés.

Dr Fatiha Raji, médecin chef du service des réseaux des établissements de soins (SRES) Casa-Anfa et responsable de cet hôpital du jour, explique le parcours du patient dès son arrivée sur les lieux. 

La première étape est la zone de triage, afin de s'assurer que le patient relève bel et bien de cet hôpital de jour. 

"Il nous arrive d'accompagner des personnes dont le lieu d'habitation ne relève pas de la zone Casa-Anfa, car dans certains cas les patients se retrouvent "coincés" dans la ville de Casablanca", déclare Dr Raji. 

"Il est également possible de prendre en charge des personnes qui sont suspectées d'être contaminées par le virus, sur la base d'un scanner thoracique faisant apparaître des traces de la maladie [image en verre dépoli] et ce, sans attendre les résultats de la PCR", ajoute la même source.  

Suite au triage, les patients se rendent à tour de rôle dans le chapiteau principal où l'électrocardiogramme (ECG) est effectué. Le but est de vérifier qu'il n'y a pas de contre-indication à la chloroquine. 

Ce grand chapiteau est divisé en deux. Une aile est consacrée aux femmes et une seconde aux hommes. Il est constitué d'une quarantaine de boxes individuels dont lesquels se trouvent des lits "pour permettre aux patients de se reposer en attendant leur tour pour l'ECG", explique Dr Raji. 

Par la suite, le patient est appelé à quitter le grand chapiteau afin de se rendre dans la zone de consultation, où 4 médecins sont mobilisés pour prescrire le traitement adéquat en fonction des résultats de l'ECG du patient. 

Ce dernier peut, lorsque les conditions le permettent, être pris en charge à domicile. Dans ce cas, le médecin lui remet les médicaments et un document à signer sur place, à travers lequel il s'engage à appliquer les mesures barrières et respecter un confinement de 14 jours, à la fin duquel s'il ne remarque aucun symptôme (fièvre, toux etc.), il est déclaré guéri et "n'aura pas besoin de refaire un test PCR", précise Dr Raji. 

Dans le cas où cette option n'est pas possible, par exemple lorsque le patient habite en famille et qu'il ne dispose pas d'un espace pour s'isoler, il est alors dirigé vers l'hôpital de campagne installé sur la place de l'Office des foires.

Cela dit, lorsque l'état de santé du patient est plus délicat (âgé de plus de 65 ans, atteint de maladies telle que le diabète, l'insuffisance rénale etc.),  il est alors pris en charge dans un hôpital. 

Le dernier mot revient à Mme Nabila Rmili, directrice régionale de la Santé de Casablanca Settat: "J'appelle chaque citoyen à prendre ses responsabilités. Nous sommes dans une guerre; nous devons tous rester sur nos gardes".

Covid-19. Du centre d'appels à l'hôpital, voici le nouveau parcours du patient à Casa

Le 10 septembre 2020 à19:32

Modifié le 11 septembre 2020 à 12:27

Pour faire face à la hausse des contaminations dans la région de Casablanca-Settat, les autorités ont mis en place un circuit simplifié pour les patients testés positifs au Covid et pour les cas "probables". Voici ce parcours en texte et images.

Selon plusieurs témoignages recueillis par Médias24, le circuit à suivre pour une personne testée positive au Covid-19 ou suspectant d'être infectée était jusqu'à récemment assez flou. Faut-il se diriger vers n'importe quel établissement de santé ? Qui contacter ? L'hospitalisation est-elle automatique ? 

L'absence de réponses claires à ces questions ainsi que la lenteur du parcours du patient et la longueur du cycle détection-diagnostic-traitement ont contribué à l'aggravation de la situation épidémiologique, notamment celle de la région de Casablanca-Settat avec 1.169 nouveaux cas enregistrés ce mercredi 9 septembre, soit 54% des nouveaux cas au niveau national.  

De plus en plus inquiétante, la situation de la région Casa-Settat a mené à une mobilisation générale notamment par une réunion de crise tenue mardi 8 septembre à la wilaya de Casablanca.

Perdues, plusieurs personnes prennent du temps avant de se faire tester, se dirigent vers des structures qui ne peuvent pas les prendre en charge et participent ainsi à la propagation du virus. 

Pour simplifier le processus, les autorités de Casablanca ont mis en place un nouveau circuit que Médias24 a suivi, ce mercredi 9 septembre. Ce circuit se base entre autres sur la dernière circulaire du ministère de la Santé qui vise à fluidifier la prise en charge des cas probables sans attendre le résultat du test PCR pour certains cas où l'on se contente du diagnostic radio-clinique.

Distinguons d'abord les personnes qui ont été testées positives dans le cadre du suivi des cas contacts et des clusters par le ministère de la Santé ou dans le cadre de tests volontaires, et celles qui soupçonnent être contaminées en constatant des symptômes.

Notons également et c'est clair dans la nouvelle circulaire datée du 2 septembre, que les patients asymptomatiques ou pauci-symptomatiques (cas bénins, avec peu de symptômes), sont désormais suivis à domicile si leurs conditions le permettent (personne qui n'ont pas de maladies chroniques et qui ont les moyens d'être isolés du reste de leur famille à domicile).

Une personne qui éprouve un doute et craint d'être contaminée, peut se présenter au choix:

-à la délégation régionale de la santé dont relève son domicile. Cette délégation dispose de kits de prélèvement et de pouvoir de tri.

OU

-à l'hôpital local dont relève son domicile.

OU

-à des urgences dans n'importe quel hôpital (mais de préférence dont son domicile relève).

OU

-à un laboratoire privé autorisé (il y en a 9 dans la ville de Casablanca, ainsi que l'hôpital Cheikh Khalifa) où elle réalisera un test PCR si jamais elle souhaite réaliser un test.

En cas de forte suspicion avec des symptômes visibles voire inquiétants comme la difficulté de respirer, il est préférable de se présenter directement aux urgences.

Pour les cas modérés ou graves, avec des symptômes visibles, le traitement commence désormais [depuis la circulaire du 2 septembre] sans attendre le test PCR. Le diagnostic est radio-clinique, basé notamment sur une TDM pulmonaire montrant des lésions (image en verre dépoli). Si l'on ressent des symptômes forts, il ne faut plus se focaliser sur le test PCR mais se présenter sans tarder aux urgences.

Si le patient qui se présente dans l'un des endroits ci-dessus (hôpital, urgences) n'a pas de signes cliniques justifiant un cas "probable", il effectue donc un test. S'il est asymptomatique ou pauci-symptomatique et donc avec peu ou pas de symptômes, le prélèvement est effectué. Si le résultat est positif, il reçoit au bout de 48 heures un appel du nouveau centre qui le dirige vers tel ou tel hôpital de jour où s'effectue une consultation ainsi que des examens tels que l'ECG, on lui explique qu'il sera suivi à domicile si le contexte le permet et on lui donne ses médicaments.

Lancement d'un nouveau centre d'appels pour le suivi des cas positifs de Covid-19

C'est donc un centre d'appels mis en place depuis maintenant 2 semaines qui joue le rôle de premier interlocuteur avec les cas positifs.

"Chaque jour, nous recevons la liste des nouveaux cas testés positifs. Les téléconseillers du centre d'appels se chargent de les contacter un à un afin de leur annoncer la nouvelle et de les orienter", nous explique Dr Amina Aniba, médecin responsable de ce centre d'appels. 

Ce dernier n'est pas joignable par tous. Seuls les patients contactés par le centre d'appels disposent du numéro à rappeler en cas de contraintes. Il ne s'agit pas d'une ligne à joindre en cas de symptômes ou pour demander des renseignements. Ce centre d'appels est exclusivement dédié au suivi des patients testés positifs.  

Une dizaine de téléconseillers s'activent dans une salle de travail dans ce centre situé à El Hank. 

Sous la supervision de leur manager et du Dr Amina Aniba, leur mission est de contacter, chaque jour, tous les nouveaux cas confirmés dans la ville de Casablanca afin de leur annoncer les résultats du test d'une part mais aussi de les orienter vers l'hôpital de jour apte à les prendre en charge. 

Le nombre d'appels effectués par jour varie selon le nombre de nouveaux cas confirmés et celui des personnes dont il faut faire le suivi. 

En effet, la mission de ce centre d'appels ne se limite pas à la simple annonce des résultats du test. Les téléconseillers sont également chargés de rappeler les personnes testées positives pour s'assurer qu'elles se sont bien rendues à l'hôpital de jour désigné et pour savoir si elles ont été hospitalisées dans un établissement de santé ou mises à l'isolement à domicile. 

Dans le cas d'une mise à l'isolement à domicile, le centre d'appels devra prendre attache avec les patients deux autres fois, dont l'une à la moitié du traitement et l'autre à la fin de celui-ci. Le but est de s'assurer que le patient suit son traitement et qu'aucune complication n'a surgi. 

En cas de problème, les patients peuvent rappeler le centre d'appels et exposer leur souci. C'est pour régler ce genre de situations que Dr Aniba est présente tous les jours au centre d'appels. Ce dernier est opérationnel du lundi au dimanche de 9h à 18h. 

Triage, ECG et consultation : Circuit dans l'hôpital de jour

Après avoir reçu l'appel annonçant les résultats positifs du test de Covid-19, le patient concerné doit se diriger vers l'hôpital de jour que le centre d'appels lui aura indiqué. 

Médias24 s'est rendu à l'hôpital de jour du centre hospitalier régional Moulay Youssef pour suivre le parcours du patient. Cette structure sanitaire reçoit aussi bien les personnes testées positives orientées par le centre d'appels ou les cellules de suivi des cas contacts, que les cas probables de passage soupçonnant d'être contaminés.

Dr Fatiha Raji, médecin chef du service des réseaux des établissements de soins (SRES) Casa-Anfa et responsable de cet hôpital du jour, explique le parcours du patient dès son arrivée sur les lieux. 

La première étape est la zone de triage, afin de s'assurer que le patient relève bel et bien de cet hôpital de jour. 

"Il nous arrive d'accompagner des personnes dont le lieu d'habitation ne relève pas de la zone Casa-Anfa, car dans certains cas les patients se retrouvent "coincés" dans la ville de Casablanca", déclare Dr Raji. 

"Il est également possible de prendre en charge des personnes qui sont suspectées d'être contaminées par le virus, sur la base d'un scanner thoracique faisant apparaître des traces de la maladie [image en verre dépoli] et ce, sans attendre les résultats de la PCR", ajoute la même source.  

Suite au triage, les patients se rendent à tour de rôle dans le chapiteau principal où l'électrocardiogramme (ECG) est effectué. Le but est de vérifier qu'il n'y a pas de contre-indication à la chloroquine. 

Ce grand chapiteau est divisé en deux. Une aile est consacrée aux femmes et une seconde aux hommes. Il est constitué d'une quarantaine de boxes individuels dont lesquels se trouvent des lits "pour permettre aux patients de se reposer en attendant leur tour pour l'ECG", explique Dr Raji. 

Par la suite, le patient est appelé à quitter le grand chapiteau afin de se rendre dans la zone de consultation, où 4 médecins sont mobilisés pour prescrire le traitement adéquat en fonction des résultats de l'ECG du patient. 

Ce dernier peut, lorsque les conditions le permettent, être pris en charge à domicile. Dans ce cas, le médecin lui remet les médicaments et un document à signer sur place, à travers lequel il s'engage à appliquer les mesures barrières et respecter un confinement de 14 jours, à la fin duquel s'il ne remarque aucun symptôme (fièvre, toux etc.), il est déclaré guéri et "n'aura pas besoin de refaire un test PCR", précise Dr Raji. 

Dans le cas où cette option n'est pas possible, par exemple lorsque le patient habite en famille et qu'il ne dispose pas d'un espace pour s'isoler, il est alors dirigé vers l'hôpital de campagne installé sur la place de l'Office des foires.

Cela dit, lorsque l'état de santé du patient est plus délicat (âgé de plus de 65 ans, atteint de maladies telle que le diabète, l'insuffisance rénale etc.),  il est alors pris en charge dans un hôpital. 

Le dernier mot revient à Mme Nabila Rmili, directrice régionale de la Santé de Casablanca Settat: "J'appelle chaque citoyen à prendre ses responsabilités. Nous sommes dans une guerre; nous devons tous rester sur nos gardes".

A lire aussi


Communication financière

Sonasid : Résultats du 1er semestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.