Coronavirus : Pourquoi il ne faut pas céder à la panique

Actuellement, plus d'une centaine de personnes sont sous surveillance. Le risque d'apparition de nouveaux cas est avéré. Faut-il trop s'en inquiéter ? Tout en respectant les mesures de précaution, la réponse est non. Voici pourquoi.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/03-03-2020/coronavirus7.jpg-oui
Coronavirus : Pourquoi il ne faut pas céder à la panique

Le 03 mars 2020 à 17:46

Modifié le 04 mars 2020 à 07:53

Lors d'un point de presse tenu dans la matinée du 03 mars 2020, Khalid Ait Taleb, ministre de la Santé a déclaré que toutes les personnes (104 passagers ayant voyagé sur le même vol que l'homme contaminé, ainsi que sa famille) ayant été en contact rapproché avec lui ont été mises sous surveillance sanitaire. 

Selon le site du ministère de la Santé, le Maroc compte un seul cas confirmé, sur 29 suspicions apparues depuis le début de l'épidémie.

Dans d'autres pays, les nouveaux cas se comptent quotidiennement par dizaines ou centaines en fonction du degré de propagation du virus. 

Et c'est justement cette rapide propagation du virus et son voyage dans le monde en quelques semaines qui ont créé une grande appréhension. Cette dernière est également nourrie par le fait que nous savons peu de choses sur ce nouveau virus qui n'a ni vaccin ni remède. 

Les recherches épidémiologiques ont été lancées en même temps que le virus a entamé dans un premier temps sa propagation en Chine, le lieu de départ de l'épidémie, puis dans les autres pays. 

Le Covid-19 n'est pas synonyme de mort certaine

Tous les regards sont rivés sur deux indicateurs : le nombre de cas confirmés et celui des morts que l'OMS met à jour quotidiennement dans une carte mondiale publiée sur son site. 

Sur cette carte, il est annoncé qu'il existe, ce mardi 3 mars 2020, 92.315 cas de contamination dans plus de 70 pays dans le monde. Le nombre de morts a, quant à lui, dépassé le chiffre de 3.100. 

Pour autant, certaines vérités restent sous-médiatisées, voire inaudibles, alors qu'elles méritent d'être mises en lumière. "Il ne faut pas lire que le nombre de décès. 50% des personnes qui ont attrapé le coronavirus, qui sont au nombre de 45.000, sont guéries", a déclaré le ministre de la Santé Khalid Ait Taleb, lors de la conférence tenue le lundi 02 mars. Le nombre de guérisons est supérieur à 48.000 cas selon les chiffres mis à jour ce mardi.

Voici une carte interactive développée par des étudiants et des chercheurs de l'Université Johns Hopkins CSSE, qui informe en temps réel sur le nombre de guérisons, en plus d'autres indicateurs. 

Le taux de guérison est supérieur à 50%, alors que le taux de mortalité est d'à peine 3%

Plusieurs médias français expliquent que généralement, "sur 100 personnes touchées, 80 vont guérir spontanément, 15 auront besoin de soins, et chez 5 ce sera plus sérieux. Et au final seuls 2 ou 3 vont décéder".

Tout cela pour dire qu'être atteint de Covid-19 n'est pas synonyme de mort certaine. Même s'il n'y a pas de médicament dédié, la rémission est possible rien qu'en traitant les symptômes. 

Le ministre marocain de la Santé explique aussi que comparé à d'autres épidémies enregistrées par le passé, le coronavirus peut paraitre moins virulent. "La grippe espagnole de 1918-1920 a fait des millions de morts. Nous ne sommes pas dans la même situation pour céder à la panique. Si on compare (Covid-19, ndlr) juste avec la grippe saisonnière, celle-ci peut causer entre 290.000 et 650.000 cas de décès pas an", poursuit-il. 

C'est la propagation qu'il faut endiguer

Ce qui créé l'appréhension et préoccupe les esprits, c'est la rapide propagation du virus et le fait qu'il puisse atteindre des personnes vulnérables ou ayant une faible immunité. Pour ces personnes, en effet, le Covid-19 est dangereux comme ce fut le cas pour le H1N1 ou comme peuvent l'être d'autres virus. 

Le meilleur moyen donc est de contribuer à limiter la propagation du virus. Et cela est possible grâce à des gestes simples, à la portée de tous. Médias24 a déjà dédié un article à ce sujet. Il faut : 

- Se laver les mains, toutes les heures si possible, à l'eau et au savon. Les solutions hydroalcooliques ne sont pas indispensables. Elles sont conseillées pour leur praticité. 

- Eviter, autant que possible, de se toucher les yeux, le nez et la bouche. Les mains sont en contact avec de nombreuses surfaces qui peuvent être contaminées par le virus. Si vous vous touchez les yeux, le nez ou la bouche, vous risquez d’être en contact avec le virus présent sur ces surfaces.

- Eviter les contacts proches, et maintenir une distance d’au moins 1 mètre des autres personnes, en particulier si elles toussent, éternuent ou ont de la fièvre, afin d'éviter d’inhaler le virus.

- Se couvrir la bouche et le nez avec le pli du coude ou avec un mouchoir en cas de toux ou d’éternuement, et jeter le mouchoir immédiatement dans une poubelle fermée.

En finir avec les idées reçues

Par ailleurs, l'OMS a publié sur son site des rectifications par rapport à un certain nombre d'idées reçues sur le Covid-19. Médias24 vous en restitue certaines : 

- Le nouveau coronavirus (2019-nCoV) NE peut PAS être transmis par les piqûres de moustiques. À ce jour, il n'existe aucune information ni aucun élément de preuve laissant penser que le 2019-nCov pourrait être transmis par les moustiques.

- Le temps froid et la neige NE peuvent PAS tuer le nouveau coronavirus (2019-nCoV). Il n'y a aucune raison de croire que le temps froid peut tuer le nouveau coronavirus ou d'autres agents pathogènes. Le moyen le plus efficace pour vous protéger contre le 2019-nCoV est de vous nettoyer fréquemment les mains avec un produit hydroalcoolique ou à l'eau et au savon.

- Le risque d'être infecté par le nouveau coronavirus en touchant des objets, notamment des pièces de monnaie, des billets de banque ou des cartes de crédit, est très faible. Des données préliminaires indiquent que le nouveau coronavirus (2019-nCoV) peut survivre sur des surfaces pendant quelques heures ou plus. Avec une bonne hygiène des mains, le risque d'être infecté par le nouveau coronavirus (2019-nCoV) en touchant des objets, notamment des pièces de monnaie, des billets de banque ou des cartes de crédit, est très faible. 

- Les gouttelettes respiratoires se projettent à 1 mètre au maximum d'une personne qui tousse ou éternue.

- Les sèche-mains ne sont pas efficaces pour tuer le 2019-nCoV. 

- Manger de l'ail peut-il aider à prévenir l'infection par le nouveau coronavirus ? L’ail est un aliment sain qui peut avoir certaines propriétés antimicrobiennes. Cependant, rien ne prouve, dans le cadre de l’épidémie actuelle, que la consommation d’ail protège les gens contre le nouveau coronavirus.

- Les personnes de tous âges peuvent être infectées par le nouveau coronavirus (2019-nCoV). Les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies préexistantes (comme l’asthme, le diabète, les maladies cardiaques) semblent plus susceptibles de tomber gravement malades à cause de ce virus.  

Coronavirus : Pourquoi il ne faut pas céder à la panique

Le 03 mars 2020 à20:03

Modifié le 04 mars 2020 à 07:53

Actuellement, plus d'une centaine de personnes sont sous surveillance. Le risque d'apparition de nouveaux cas est avéré. Faut-il trop s'en inquiéter ? Tout en respectant les mesures de précaution, la réponse est non. Voici pourquoi.

Lors d'un point de presse tenu dans la matinée du 03 mars 2020, Khalid Ait Taleb, ministre de la Santé a déclaré que toutes les personnes (104 passagers ayant voyagé sur le même vol que l'homme contaminé, ainsi que sa famille) ayant été en contact rapproché avec lui ont été mises sous surveillance sanitaire. 

Selon le site du ministère de la Santé, le Maroc compte un seul cas confirmé, sur 29 suspicions apparues depuis le début de l'épidémie.

Dans d'autres pays, les nouveaux cas se comptent quotidiennement par dizaines ou centaines en fonction du degré de propagation du virus. 

Et c'est justement cette rapide propagation du virus et son voyage dans le monde en quelques semaines qui ont créé une grande appréhension. Cette dernière est également nourrie par le fait que nous savons peu de choses sur ce nouveau virus qui n'a ni vaccin ni remède. 

Les recherches épidémiologiques ont été lancées en même temps que le virus a entamé dans un premier temps sa propagation en Chine, le lieu de départ de l'épidémie, puis dans les autres pays. 

Le Covid-19 n'est pas synonyme de mort certaine

Tous les regards sont rivés sur deux indicateurs : le nombre de cas confirmés et celui des morts que l'OMS met à jour quotidiennement dans une carte mondiale publiée sur son site. 

Sur cette carte, il est annoncé qu'il existe, ce mardi 3 mars 2020, 92.315 cas de contamination dans plus de 70 pays dans le monde. Le nombre de morts a, quant à lui, dépassé le chiffre de 3.100. 

Pour autant, certaines vérités restent sous-médiatisées, voire inaudibles, alors qu'elles méritent d'être mises en lumière. "Il ne faut pas lire que le nombre de décès. 50% des personnes qui ont attrapé le coronavirus, qui sont au nombre de 45.000, sont guéries", a déclaré le ministre de la Santé Khalid Ait Taleb, lors de la conférence tenue le lundi 02 mars. Le nombre de guérisons est supérieur à 48.000 cas selon les chiffres mis à jour ce mardi.

Voici une carte interactive développée par des étudiants et des chercheurs de l'Université Johns Hopkins CSSE, qui informe en temps réel sur le nombre de guérisons, en plus d'autres indicateurs. 

Le taux de guérison est supérieur à 50%, alors que le taux de mortalité est d'à peine 3%

Plusieurs médias français expliquent que généralement, "sur 100 personnes touchées, 80 vont guérir spontanément, 15 auront besoin de soins, et chez 5 ce sera plus sérieux. Et au final seuls 2 ou 3 vont décéder".

Tout cela pour dire qu'être atteint de Covid-19 n'est pas synonyme de mort certaine. Même s'il n'y a pas de médicament dédié, la rémission est possible rien qu'en traitant les symptômes. 

Le ministre marocain de la Santé explique aussi que comparé à d'autres épidémies enregistrées par le passé, le coronavirus peut paraitre moins virulent. "La grippe espagnole de 1918-1920 a fait des millions de morts. Nous ne sommes pas dans la même situation pour céder à la panique. Si on compare (Covid-19, ndlr) juste avec la grippe saisonnière, celle-ci peut causer entre 290.000 et 650.000 cas de décès pas an", poursuit-il. 

C'est la propagation qu'il faut endiguer

Ce qui créé l'appréhension et préoccupe les esprits, c'est la rapide propagation du virus et le fait qu'il puisse atteindre des personnes vulnérables ou ayant une faible immunité. Pour ces personnes, en effet, le Covid-19 est dangereux comme ce fut le cas pour le H1N1 ou comme peuvent l'être d'autres virus. 

Le meilleur moyen donc est de contribuer à limiter la propagation du virus. Et cela est possible grâce à des gestes simples, à la portée de tous. Médias24 a déjà dédié un article à ce sujet. Il faut : 

- Se laver les mains, toutes les heures si possible, à l'eau et au savon. Les solutions hydroalcooliques ne sont pas indispensables. Elles sont conseillées pour leur praticité. 

- Eviter, autant que possible, de se toucher les yeux, le nez et la bouche. Les mains sont en contact avec de nombreuses surfaces qui peuvent être contaminées par le virus. Si vous vous touchez les yeux, le nez ou la bouche, vous risquez d’être en contact avec le virus présent sur ces surfaces.

- Eviter les contacts proches, et maintenir une distance d’au moins 1 mètre des autres personnes, en particulier si elles toussent, éternuent ou ont de la fièvre, afin d'éviter d’inhaler le virus.

- Se couvrir la bouche et le nez avec le pli du coude ou avec un mouchoir en cas de toux ou d’éternuement, et jeter le mouchoir immédiatement dans une poubelle fermée.

En finir avec les idées reçues

Par ailleurs, l'OMS a publié sur son site des rectifications par rapport à un certain nombre d'idées reçues sur le Covid-19. Médias24 vous en restitue certaines : 

- Le nouveau coronavirus (2019-nCoV) NE peut PAS être transmis par les piqûres de moustiques. À ce jour, il n'existe aucune information ni aucun élément de preuve laissant penser que le 2019-nCov pourrait être transmis par les moustiques.

- Le temps froid et la neige NE peuvent PAS tuer le nouveau coronavirus (2019-nCoV). Il n'y a aucune raison de croire que le temps froid peut tuer le nouveau coronavirus ou d'autres agents pathogènes. Le moyen le plus efficace pour vous protéger contre le 2019-nCoV est de vous nettoyer fréquemment les mains avec un produit hydroalcoolique ou à l'eau et au savon.

- Le risque d'être infecté par le nouveau coronavirus en touchant des objets, notamment des pièces de monnaie, des billets de banque ou des cartes de crédit, est très faible. Des données préliminaires indiquent que le nouveau coronavirus (2019-nCoV) peut survivre sur des surfaces pendant quelques heures ou plus. Avec une bonne hygiène des mains, le risque d'être infecté par le nouveau coronavirus (2019-nCoV) en touchant des objets, notamment des pièces de monnaie, des billets de banque ou des cartes de crédit, est très faible. 

- Les gouttelettes respiratoires se projettent à 1 mètre au maximum d'une personne qui tousse ou éternue.

- Les sèche-mains ne sont pas efficaces pour tuer le 2019-nCoV. 

- Manger de l'ail peut-il aider à prévenir l'infection par le nouveau coronavirus ? L’ail est un aliment sain qui peut avoir certaines propriétés antimicrobiennes. Cependant, rien ne prouve, dans le cadre de l’épidémie actuelle, que la consommation d’ail protège les gens contre le nouveau coronavirus.

- Les personnes de tous âges peuvent être infectées par le nouveau coronavirus (2019-nCoV). Les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies préexistantes (comme l’asthme, le diabète, les maladies cardiaques) semblent plus susceptibles de tomber gravement malades à cause de ce virus.  

A lire aussi


Communication financière

SONASID : Effets de la crise sanitaire sur les résultats du 1er semestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.