“Histoire d'une renaissance”, un article consacré à la préservation de l'ibis chauve

Des élèves du lycée Jaâfar El Fassi El Fihri de Casablanca ont rédigé un article intitulé "L'ibis chauve : histoire d'une renaissance" et l’ont proposé à Médias24. Le voici.

“Histoire d'une renaissance”, un article consacré à la préservation de l'ibis chauve

Le 17 avril 2024 à 18h00

Modifié 17 avril 2024 à 18h06

Des élèves du lycée Jaâfar El Fassi El Fihri de Casablanca ont rédigé un article intitulé "L'ibis chauve : histoire d'une renaissance" et l’ont proposé à Médias24. Le voici.

Dans un monde où la conscience environnementale est devenue une priorité mondiale, la solidarité envers un environnement régénéré est désormais une priorité collective. Cette solidarité dépasse les frontières et les différences pour protéger notre planète et ses habitants les plus vulnérables. Parmi ces derniers, se trouve l'ibis chauve, une espèce autrefois déclarée en danger critique d’extinction, dont la renaissance illustre parfaitement l'impact positif de cette solidarité. Au fil des décennies, les efforts des chercheurs, des défenseurs de la nature et des communautés locales ont contribué à sauver cette majestueuse créature et à restaurer son habitat naturel.

L’ibis chauve est classé parmi les 100 espèces les plus menacées au monde. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature, il a été déclaré "en danger critique d’extinction" depuis 1994. Aujourd’hui, l’espèce vient de passer "en danger", signe que sa population est en train de se rétablir.

Au plumage noir bleuté, au long bec courbe et rouge, d’une longueur de 70-80 cm et d'un poids de 1 à 1,5 kg, il se nourrit de lézards, d’insectes et d'autres petits animaux. Mais ce qui fait la particularité de l’espèce, c’est surtout sa drôle de tête entièrement nue et rouge, qui lui a valu le qualificatif de "chauve". La plus grande partie de sa population se trouve au Maroc ; la population migratrice orientale de Turquie vit, elle, en semi-captivité.

Cet oiseau fait l’objet d’élevages en Europe centrale et méridionale, et des projets de réintroduction sont en cours en Italie et en Autriche.

Chronique d'un déclin dramatique

L’ibis chauve était une espèce répandue en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et en Europe méridionale, et figurait même parmi les anciens hiéroglyphes égyptiens. Néanmoins, la chasse, les pesticides, ainsi que la disparition ou les perturbations de son habitat écologique ont conduit au déclin de cette espèce.

En effet, jusqu’en 1950, il n’existait plus que deux populations, l’une au Moyen-Orient (Turquie et Syrie) et l’autre en Afrique du Nord (Algérie et Maroc).

Au Maroc, la population de l’ibis chauve était estimée en 1940 à plus de 1.500 individus, formant une quarantaine de colonies réparties sur une grande partie du Royaume. En 1998, on dénombrait à peine 59 couples, un record historiquement bas, dont la plupart nichaient dans une seule et unique colonie de reproduction, située dans la région d’Agadir.

Des mesures de conservation qui portent leurs fruits

Aujourd’hui, les ibis chauves du Maroc constituent la population la plus viable et la plus importante puisqu’elle concentre 95% des individus vivant à l’état sauvage dans le monde. Ses colonies nichent dans le parc national de Souss-Massa. Sous la direction du Groupe de recherche pour la protection des oiseaux au Maroc (GREPOM/BirdLife), un projet de conservation de l’ibis chauve a été mis en œuvre.

Aujourd'hui, ces efforts ont été couronnés de succès et témoignent de l'efficacité des mesures de conservation mises en œuvre pour préserver l'ibis chauve et son habitat dans la région de Souss-Massa. La population a connu une augmentation notable puisqu’en 2018, elle comptait plus de 700 individus contre 589 en 2017.

"Nous avons consacré toutes nos compétences et notre savoir-faire afin de préserver les colonies existantes, nous avons également recruté des écogardes qui assurent le suivi et la surveillance de la population de l’ibis chauve", souligne la présidente de GREPOM/BirdLife, Mme Rhimou El Hamoumi.

Une autre initiative menée du 9 au 11 octobre 2023 en collaboration avec l'Agence nationale des eaux et forêts (ANEF), avec le soutien financier de l'AWEA, démontre un engagement remarquable envers la conservation de l'ibis chauve. "Cette initiative a permis d'optimiser les sites de reproduction de l'espèce en dégageant de nouveaux espaces pour les nids et en augmentant la capacité d'accueil pour les couples reproducteurs. L'intervention bénévole de quatre alpinistes anglais a été déterminante dans la réalisation de cette mission, illustrant la solidarité internationale envers la préservation de la biodiversité", déclare la secrétaire générale de GREPOM/BirdLife.

Maintenir les efforts de conservation

L'autre point important est de sensibiliser à l’importance de sauvegarder l’espèce. Le GREPOM a produit en 2021 une histoire intitulée "L’ibis chauve au pays de la quiétude". Selon la secrétaire générale de l’association, "cette histoire vise à faire connaître l’ibis chauve auprès des enfants et à les sensibiliser d’une façon ludique sur son importance dans l’environnement".

Ce document a été le fruit d’une étroite collaboration avec le Département des eaux et forêts, le parc national de Souss-Massa, le Département de l’environnement, GIZ, Vogelbesherming Nederland (VBN), Stichting Wildlife, ajoute-t-elle. L’association a également soutenu plusieurs actions proposées par la population locale en vue d’apporter des alternatives de développement.

Unis pour sauver l'ibis chauve

La préservation de l'ibis chauve est bien plus qu'une simple initiative de conservation. Elle représente un appel à l'action pour chacun d'entre nous, car la survie de cette espèce dépend de l'engagement de la société dans son ensemble.

En protégeant l'ibis chauve, nous préservons non seulement un symbole de la biodiversité, mais nous investissons également dans la santé de notre environnement et de notre propre bien-être. La préservation de la biodiversité est un acte de solidarité envers notre planète et toutes ses créatures.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

CFG Bank: Comptes sociaux et consolidés au 31 Décembre 2023

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.