Peine confirmée en appel pour Alexandre Benalla, 3 ans de prison dont un an ferme

L’ancien chargé de mission de l’Élysée Alexandre Benalla a été condamné en appel vendredi 29 septembre dernier à Paris à trois ans d’emprisonnement, dont un an ferme aménageable, dans l’affaire des violences du 1er mai 2018, une peine identique à celle prononcée en première instance.

Peine confirmée en appel pour Alexandre Benalla, 3 ans de prison dont un an ferme

Le 2 octobre 2023 à 10h55

Modifié 2 octobre 2023 à 13h05

L’ancien chargé de mission de l’Élysée Alexandre Benalla a été condamné en appel vendredi 29 septembre dernier à Paris à trois ans d’emprisonnement, dont un an ferme aménageable, dans l’affaire des violences du 1er mai 2018, une peine identique à celle prononcée en première instance.

L'ex-proche du président Emmanuel Macron, aujourd'hui âgé de 32 ans, a en outre été reconnu à nouveau coupable d'avoir frauduleusement usé de ses passeports diplomatiques après son licenciement, fabriqué un faux document pour obtenir un passeport de service et porté illégalement une arme en 2017.

Plus de cinq ans après le scandale politique qui porte son nom, Alexandre Benalla, costume bleu foncé et lunettes rondes, a écouté à la barre la décision prononcée en quelques secondes, sans motivation de la peine.

Celui qui vit aujourd'hui en Suisse et travaille dans le privé n'a pas fait de déclaration en sortant de la salle d'audience.

La cour d'appel a confirmé la peine de prison infligée par le tribunal correctionnel le 5 novembre 2021, ainsi que l'amende de 500 euros et les interdictions de porter une arme pendant 10 ans et d'exercer une fonction publique pendant 5 ans.

Si le tribunal avait aménagé directement la partie ferme en détention à domicile sous bracelet électronique, la cour d'appel a décidé de laisser un juge d'application des peines (JAP) décider de l'aménagement adéquat.

La peine de son coprévenu et ami Vincent Crase, 50 ans, a elle aussi été confirmée : deux ans de prison avec sursis et 10 ans d'interdiction de port d'arme. Seule différence : il n'a pas écopé cette fois d'une amende de 500 euros.

Les images d'Alexandre Benalla place de la Contrescarpe, filmées par le journaliste et militant Taha Bouhafs, avaient déclenché une tempête politique durable en juillet 2018, quand Le Monde avait identifié, sous le casque des forces de l'ordre, ce proche du président.

Les deux hommes qui n'assistaient au défilé qu'en tant qu'observateurs sont sanctionnés pour avoir brutalisé plusieurs personnes dans le Quartier latin en marge de la manifestation parisienne. Ils ont néanmoins été relaxés pour les violences concernant une jeune femme dans le Jardin des plantes.

Depuis l'origine, Alexandre Benalla soutient qu'il avait voulu, par "réflexe citoyen", "interpeller" des "agresseurs" de policiers, lors d'une manifestation émaillée d'incidents.

La cour d'appel a estimé au contraire, comme le tribunal, qu'ils étaient bien coupables de violences en réunion et d'usurpation de la fonction de policier ce jour-là.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Upline Capital Management: FCP “AL IDDIKHAR CHAABI TAWIL AL MADA” Rapport du commissaire aux comptes exercice du 1er Janvier 2023 au 31 Décembre 2023

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.