Comment l'État va mobiliser 14,45 milliards de DH pour développer la filière de la viande rouge d'ici 2030

CONTRAT-PROGRAMME. À l’horizon 2030, une enveloppe budgétaire de plus de 14 milliards de DH sera injectée dans le secteur de la viande rouge afin de le développer et de reconstituer le cheptel national perdu. Détails.

Comment l'État va mobiliser 14,45 milliards de DH pour développer la filière de la viande rouge d'ici 2030

Le 8 mai 2023 à 17h25

Modifié 8 mai 2023 à 19h03

CONTRAT-PROGRAMME. À l’horizon 2030, une enveloppe budgétaire de plus de 14 milliards de DH sera injectée dans le secteur de la viande rouge afin de le développer et de reconstituer le cheptel national perdu. Détails.

  • Amélioration de la production de viandes rouges pour atteindre 850.000 tonnes.
  • Hausse des poids moyens des carcasses : 270 kg pour les bovins et 20 kg pour les ovins.
  • Agrément de 120 abattoirs.

Le contrat-programme pour la filière de la viande rouge a été signé le jeudi 4 mai dernier entre l’Etat, la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (FIVIAR) et le Crédit agricole.

À l’horizon 2030, un investissement total de près de 14,45 milliards de DH (MMDH) aura été mobilisé pour développer la filière, dont 6,70 MMDH comme contribution de l’interprofession et 7,75 MMDH comme contribution de l’Etat.

Le nouveau contrat-programme en chiffres

L’objectif ultime pour la filière des viandes rouges est de poursuivre l’amélioration de la productivité du cheptel. A l’horizon 2030, il s’agira notamment de :

- l'amélioration de la production pour atteindre 850.000 tonnes ;

- la hausse des poids moyens des carcasses de 245 kg en 2019 à 270 kg en 2030 pour les bovins, et de 16 kg en 2020 à 20 kg en 2030 pour les ovins ;

- l'amélioration des conditions d’abattage par l’agrément de 120 abattoirs en 2030, au lieu de 6 abattoirs agréés en 2020.

Ces objectifs permettront à terme de généraliser la couverture sociale à 100.000 personnes du secteur des viandes rouges, de générer 166 millions de journées de travail pour les emplois directs et 4,6 millions de journées de travail pour les emplois indirects.

Renforcement des programmes d'amélioration génétique

En matière d’amélioration de la productivité et d’optimisation des coûts de production, plusieurs actions seront entreprises par la FIVIAR, à savoir :

-  le renforcement des programmes d’amélioration génétique des bovins pour améliorer la productivité du cheptel et accélérer le progrès génétique (importation et production des semences de races à viandes, importation des reproducteurs de races à viandes, la mise à niveau, la création et la gestion des circuits d'insémination artificielle et l’installation des circuits de transfert d’embryons…) ;

-  l’amélioration de la qualité bouchère des reproducteurs ;

-  la production et la diffusion des reproducteurs ovins et caprins auprès des éleveurs ;

-  l’évaluation génétique des ovins et caprins ;

-  la poursuite du programme de conservation des ressources génétiques ovines et caprines ;

-  le renforcement de l'encadrement du cheptel ovin et caprin.

Dans ce sens, un soutien financier sera accordé aux opérateurs et projets éligibles aux subventions à l’investissement, portant notamment sur l’élargissement et l’installation des ateliers d’engraissement des bovins, des ovins et des caprins, et sur la mise à niveau des ateliers existants par leur équipement en matériel et biens d’équipement.

Un soutien financier sera également accordé aux projets visant à renforcer les programmes d’amélioration génétique des bovins, des ovins et caprins, pour améliorer la productivité du cheptel et accélérer le progrès génétique.

Développement des exportations en Afrique

Ce contrat-programme vise également à renforcer l’exportation de la viande rouge marocaine. Des études de marché devront être effectuées, en vue de développer et diversifier les exportations vers les marchés africains et les pays de l’Orient, ainsi que les marchés de viandes rouges halal.

La FIVIAR devra également envisager l’exportation des animaux vivants, des viandes rouges bovines, ovines et caprines et des produits à base de viandes vers les marchés cibles.

Amélioration de la qualité des viandes rouges

Afin d’améliorer la qualité de la viande rouge vendue aux consommateurs, la FIVIAR œuvrera au développement de l’aval de la filière, notamment à travers :

- la production des mercuriales sur les intrants, animaux vivants et viandes pour aider les professionnels à prendre des dispositions au moment opportun ;

-  le développement des plateformes digitales pour la commercialisation des animaux et viandes rouges, et leurs sous-produits.

Toujours sur le volet de la qualité, un programme de communication visant la sensibilisation sur l’intérêt de la valeur nutritionnelle et la qualité des viandes rouges et produits à base de viande sera déployé.

Il comprendra notamment la mise à niveau et la modernisation des abattoirs, la mise en place des abattoirs privés, l’élaboration et la mise en œuvre d'une stratégie pour le développement de l'image de marque des viandes rouges (l'élaboration du logo générique et d'une charte graphique sur la qualité des viandes rouges, et la communication autour de l’image de marque dans différents canaux…), l’élaboration d'un nouveau système de classification des carcasses bovines en tenant compte de la notion de qualité, et l’instauration d’un manuel de découpe national pour la dénomination des morceaux de viandes rouges et la détermination de leurs bienfaits nutritionnels

Des actions de sensibilisation seront également menées auprès des structures de restauration collective, afin de les inciter à s'approvisionner auprès des abattoirs et établissements agréés par l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA).

Sauvegarde de la race Oulmès Zaer

Parmi les actions inscrites dans ce nouveau contrat-programme, figure également la mise en place d'un programme de sauvegarde des races bovines locales, qui sera financé par l'Etat. La principale race visée est celle de l’Oulmès Zaer.

Pour ce faire, la FIVIAR envisage de créer des unités pépinières, produire et stocker de la semence bovine de la race Oulmès Zaer, renforcer les capacités techniques des éleveurs de ladite race et organiser des concours d’élevage et de foires.

La mise en œuvre de ce programme fera l’objet de conventions spécifiques à conclure entre le ministère de l'Agriculture et les associations de races locales, notamment la Fédération marocaine des éleveurs de la race bovine d'Oulmès Zaer (FMERBOZ).

LIRE AUSSI

Investissements, objectifs, contribution de l'Etat,... Le détail des conventions agricoles filière par filière

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Upline Capital Management: FCP “ALISTITMAR CHAABI TRESORERIE” Rapport du commissaire aux comptes exercice du 1er Janvier 2023 au 31 Décembre 2023

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.