Ce que signifie l'ouverture d'un bureau économique à l'OCDE pour le Maroc

Depuis ce lundi 20 février, le Maroc dispose d'un Bureau économique à l’OCDE. Une structure permanente au sein de l'organisation internationale qui se chargera du suivi et de la production de plusieurs rapports sur le Maroc, similaires à ceux des pays membres. Voici pourquoi cette ouverture est un évènement majeur pour le pays sur la scène internationale.

Ce que signifie l'ouverture d'un bureau économique à l'OCDE pour le Maroc

Le 20 février 2023 à 19h34

Modifié 20 février 2023 à 20h28

Depuis ce lundi 20 février, le Maroc dispose d'un Bureau économique à l’OCDE. Une structure permanente au sein de l'organisation internationale qui se chargera du suivi et de la production de plusieurs rapports sur le Maroc, similaires à ceux des pays membres. Voici pourquoi cette ouverture est un évènement majeur pour le pays sur la scène internationale.

Le Maroc entame une nouvelle phase dans sa relation avec l'OCDE. Le ministère de l'Economie et des finances annonce le lancement, ce lundi 20 février, des activités du bureau économique du Maroc à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

"Ce projet stratégique vise à hisser la coopération économique avec cet organisme à un nouveau palier, en dotant le Royaume d’un outil dont disposent l’ensemble des 38 Pays membres de l’OCDE", explique un communiqué du département dirigé par Nadia Fettah Alaoui.

Mais qu'est-ce que cela signifie concrètement ? "Jusque-là, le Maroc avait un cadre de collaboration avec l'OCDE dans lequel on disposait d'un programme de coopération et de projets. Nous étions invités aux réunions mais nous n'étions pas dans l'organisation. Ce nouveau palier nous permet d'avoir une structure permanente dédiée au Maroc à l'intérieur de l'OCDE",  nous explique une source au ministère de l'Economie et des finances.

Attention, cela ne veut aucunement dire que nous sommes devenus un pays membre de l'OCDE. En revanche, l'ouverture d'un bureau économique Maroc peut être traduite comme une sorte de "statut avancé".

"Avoir un 'Desk économique' au sein de l'organisation est une étape nécessaire si un jour on veut y adhérer", précise notre source. Et d'ajouter : "L'équipe de ce bureau sera composée d'économistes de l'OCDE et de cadres mis à disposition par l’administration marocaine auprès de l’OCDE pour faciliter le partage des connaissances et méthodologies entre l’OCDE et le Gouvernement marocain."

Des publications sur le Maroc similaires aux pays membres

Sur quoi va se pencher ce bureau économique ? Il aura pour mission de préparer, selon une méthodologie spécifique et des démarches précises :

- l’Etude économique de l’OCDE sur le Maroc à travers une analyse transversale, reposant sur des comparaisons internationales solides et promouvant le partage d’expériences.

- Des prévisions économiques, à l’automne et au printemps, avec une note par pays résumant les développements récents, les perspectives à deux ans, ainsi que les priorités de réformes. Ces prévisions et analyses sont publiées dans le cadre des Perspectives économiques de l’OCDE deux fois par an.

- Une évaluation des réformes structurelles en cours. Cette évaluation repose sur la construction d’indicateurs de performance économique, sociale et environnementale ainsi que de politiques structurelles. Ces analyses sont publiées dans le cadre du rapport Objectif croissance.

"L'OCDE a déjà produit des études sur le Maroc. Mais là, il s'agit de l'étude de référence économique que produit l'OCDE pour ses pays membres. Ce rapport économique adresse les questions de l'emploi, de la croissance, de l'investissement, de la formation, du développement durable. Ce sont les thèmes standards. Il y a également une appréciation des réformes structurelles engagées, la note pays avec les prévisions... Nous aurons des prévisions économiques régulières. On va aussi rentrer dans le rapport Going for Growth de l'OCDE où elle donne des perspectives sur les contraintes structurelles à la Croissance", précise notre interlocuteur au ministère de l'Economie et des finances.

"Donc, au niveau économique, le Maroc va se reprocher des pratiques des pays membres. Ce qui offre une visibilité formidable au niveau de l'organisation mais aussi à l'international. Cela nous permet d'avoir le backup, le soutien et l'analyse des 38 pays de l'OCDE", poursuit-il.

Les premières prévisions pour le Maroc en novembre

Les publications de l'OCDE deviendront donc régulières et précises à l'image de ce qui se fait pour les pays membres. Selon nos informations, après le lancement effectué ce 20 février, une mission structurelle est prévue en mai prochain avec une première participation à la réunion STEP.

"Le Maroc sera invité à participer deux fois par an, à la réunion du Groupe de Travail de l’OCDE sur les Prévisions Économiques à court-terme (STEP)", nous précise-t-on.

S'en suivra en novembre 2023, la publication des premières prévisions pour le Maroc.

En 2024, le calendrier prévisionnel prévoit une mission politique en début d'année, suivie en avril d'une réunion du comité d'examen des situations économiques et du développement (EDR) sur le Maroc.

Enfin au printemps 2024, on doit s'attendre à la publication de l'étude économique.

"Le bureau économique du Maroc à l'OCDE suivra plusieurs  paramètres macroéconomiques, il n'y a pas que les questions de prévisions. Par ailleurs, le Maroc participera aussi aux groupes des prévisions de l'OCDE, ce qui permettra un important transfert de savoir-faire dans ce domaine", explique notre source.

"Nous parlons ici d'une organisation internationale qui fait autorité dans le domaine du développement et de l'économie, d'ailleurs ses prévisions sont autant si ce n'est plus suivies que celles d'autres organismes internationaux. Elle offre de la crédibilité. Juste pour donner un exemple, la France veut faire passer la réforme de la retraite. La chose qui va beaucoup l'aider ou pas, c'est la position de l'OCDE sur ce dossier", détaille notre interlocuteur.

L'ouverture de ce bureau économique entre dans le cadre du renforcement du partenariat entre le Maroc et l’OCDE sur le plan économique dans le cadre de la mise en œuvre la deuxième phase du Programme-Pays.

Le deuxième Programme-Pays, signé le 25 juin 2019 pour trois ans (objet d’une prolongation), vise en particulier à faire progresser les réformes engagées par le Maroc dans différents domaines de politiques publiques, à travers la mise en œuvre de 14 actions thématiques regroupées dans 4 piliers : la gouvernance publique, intégrité et lutte contre la corruption ; la croissance économique, investissement et fiscalité ; le renforcement du capital humain ; le développement territorial.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Upline Capital Management: FCP “AWALI” Rapport du commissaire aux comptes exercice du 1er Janvier 2023 au 31 Décembre 2023

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.