DLM en liquidation : quid des petits porteurs ?

| Le 9/1/2023 à 17:01
Delattre Levivier Maroc est officiellement en liquidation. L'Autorité marocaine du marché des capitaux a annoncé la suspension de sa côte à la bourse. Les petits porteurs n'ont aucune garantie de remboursement.

Ni sauvegarde ni redressement pour Delattre Levivier Maroc (DLM). Le spécialiste de la métallique a été mis en liquidation judiciaire. Le jugement a été rendu ce lundi 9 janvier par le tribunal de commerce de Casablanca.

Au moment où nous rédigions ces lignes, Delattre n’avait pas encore communiqué sur la décision. Cette communication devrait survenir dans les prochaines heures. La société, cotée en bourse, doit informer le marché sur le jugement qui a sa traduction dans le jargon juridique : sa situation est aujourd’hui « irrémédiablement compromise ».

DLM a pourtant eu deux chances de redresser la barre. Elle avait d’abord bénéficié d’un plan de sauvegarde sur cinq ans, puis d’un plan de continuation sur dix ans. Les deux étaient assortis de rééchelonnement de dettes. La société n’a réussi à honorer ni le premier ni le second, conséquence d’un contexte morose pour le secteur de l’industrie métallique au Maroc.

La loi prévoit la radiation des valeurs inscrites à la cote de la bourse lorsque « la personne morale concernée fait l’objet d’une mise en liquidation ». Cette radiation est effectuée à la demande de l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC). Pour l’heure, le régulateur a décidé la suspension du titre « en attente de publication d’informations importantes ».

Les dernières communications de DLM font état d’un endettement autour de 268 MDH. La liquidation implique la réalisation de l’actif de l'entreprise pour désintéresser les créanciers, puis la distribution du surplus entre les actionnaires.

Les créanciers servis en premier, les actionnaires récupèrent les miettes ou le néant

En somme, la vente des biens de DLM servira à payer les créanciers en cas de reliquat, ce dernier sera versé aux actionnaires. Voici pour la théorie. Dans les faits, "les actionnaires sont les derniers sur la liste. Ils sont les derniers à récupérer une part du capital s’il en reste et, en général, il n’en reste pas ou très peu", explique un juriste spécialisé en difficulté des entreprises. Sachant que même pour les créanciers, le taux de recouvrement moyen est très faible au Maroc. Il est de 28 cents pour chaque dollar dû, si l’on se fie au défunt rapport Doing Business.

Consulté par Médias24, un avocat d’affaires glisse quelques nuances concernant le statut d’actionnaire créancier. "La créance d’un actionnaire peut découler soit d’un dividende si la société décide d’en distribuer, soit d’un compte courant d’associés. Dans les deux cas, ces actionnaires doivent déclarer leur créance selon les procédures de déclaration en vigueur, sachant qu’ils n’ont pas de rang privilégié, à moins que ces créances aient été nées postérieurement au jugement d’ouverture de la procédure de difficulté. Auquel cas ils seront payés par priorité."

En dehors de ces cas limitatifs, les actionnaires ne bénéficient pas de garanties spéciales. Et encore moins les petits porteurs. "Rien ne les protège a priori, l’investissement boursier impliquant des risques. Les seules voies qui leur restent sont une action pénale pour banqueroute contre le chef d’entreprise ou, sur le plan civil, un recours en comblement du passif contre le dirigeant. Reste à prouver, dans le premier cas, que ce dernier a effectivement organisé son insolvabilité et, dans le deuxième, qu’il est coupable de fautes de gestion", conclut notre premier interlocuteur.

Dernière option ? La cession globale de l'entreprise à un investisseur, option envisagée par le Code de commerce marocain.

lire aussi
  • | Le 23/1/2023 à 13:46

    En 2022, les dépenses de compensation ont atteint 42 MMDH

    Le Trésor a connu l’an dernier une amélioration de ses recettes, alors que les dépenses de compensation ont presque doublé par rapport à 2021. Le déficit budgétaire global demeure assez stable à 69,5 MMDH.
  • | Le 23/1/2023 à 10:10

    Disway Tunisie : le fonds Amethis est sorti avec succès du capital

    Le fonds d’investissement Amethis a effectué avec succès sa sortie du capital de Disway Tunisie en faveur de l’actionnaire majoritaire, Disway SA.
  • | Le 22/1/2023 à 10:13

    Sonasid : Alpha Mena change sa recommandation sur le titre d’“alléger” à “acheter”

    Pour la société de recherche, le groupe recèle un très bon potentiel en bourse, notamment du fait de la baisse notable accusée en 2022 à partir du troisième trimestre. Le groupe dispose également d’un modèle résilient et d’une situation financière confortable. Un rendement supérieur à 6% est attendu en 2023.
  • | Le 19/1/2023 à 9:46

    Ce que l’on sait des effets de l'imminente suspension de l’intermédiation bancaire par l’UE

    Dans le sillage du Brexit, l’Union européenne prévoit d’interdire aux banques étrangères non établies sur son territoire de proposer des services bancaires du pays d’origine à leurs clients résidant dans un pays de l’Union. Comment cette décision impactera-t-elle les filiales des banques marocaines dans l’UE ? Quelles conséquences pour les Marocains du monde ? Eléments de réponse.
  • | Le 17/1/2023 à 19:56

    Feu vert au projet d’OPA de Holmarcom sur les actions CDM

    L’Autorité marocaine du marché des capitaux a visé le projet d’OPA visant les actions de Crédit du Maroc par Holmarcom Finance Company et AtlantaSanad, au prix de 502 dirhams par action.
  • | Le 16/1/2023 à 15:38

    Immobilier : les perspectives 2023 demeurent très incertaines

    La relance du secteur reste tributaire de plusieurs questions comme les aides au logement qui se font attendre, ou l’indécision des ménages qui repoussent leur décision d’achat. La demande, déjà exsangue, souffrira davantage du fait de la hausse des taux immobiliers, et les grandes immobilières cotées pourraient connaître un léger effet négatif sur leurs dettes à taux révisables cette année.