Bourse : la capitalisation de la cote baisse de 130 MMDH en 2022

| Le 5/1/2023 à 12:17
Le MASI a lâché près de 20% en 2022, et le volume global échangé sur le marché actions a chuté de 23% par rapport à 2021. Deux nouvelles valeurs ont fait leur entrée à la cote, drainant un volume de 1.371 MDH. 

L’année 2022 a connu de forts rebondissements en bourse. En début d’année, la guerre en Ukraine a totalement redéfini les perspectives de croissance et de performances des sociétés cotées. La grande majorité des secteurs représentés ont terminé dans le rouge. Sur les 23 secteurs présents, seuls quatre ont affiché une progression.

Durant 2022, le MASI a lâché 19,75% après avoir rebondi de 18,35% en 2021, année de relance économique. La capitalisation globale de la cote est passée de 690 MMDH à fin 2021 à 561,1 MMDH à fin 2022, soit un retrait de près de 130 MMDH ou 18,7%.

Deux IPO et un volume d’introduction en hausse de 128% par rapport à 2021

L’année 2022 a été marquée par deux introductions, celles de Disty Technologies et Akdital pour un volume total de 1.371 MDH, en hausse de 128% par rapport à 2021, qui n’avait connu qu’une introduction en bourse, celle de TGCC pour un volume de 600 MDH. L’année dernière a également été marquée par deux radiations, celles de Centrale Danone et Lydec. En 2021, seule la valeur Nexans Maroc avait été radiée.

Baisse de 23% du volume global sur le marché actions à 57,6 MMDH

Dans un second temps, le volume actions au global a baissé de près de 23% par rapport à l’année 2021 à 57,6 MMDH contre 74,7 MMDH. Néanmoins, cette baisse est à relativiser.

Selon une source de la place contactée à ce sujet, "il faut déjà tenir compte du fait que 2021 a été une année exceptionnelle dans un contexte de reprise. L’année 2022 avait très bien commencé, avec un premier semestre encourageant malgré l’éclatement de la guerre en Ukraine. Malheureusement, le cumulé de la conjoncture et de l’inflation, en plus de la remontée du taux directeur en septembre, ont contribué à un ralentissement très net des échanges. Il y a donc eu un effet négatif sur les volumes par rapport à 2021".

Source : medias24.com

Concernant le volume des obligations échangées sur le marché boursier, il atteint 324,6 MDH en 2022, soit une hausse de 74,4% par rapport à 2021. Comparés à l’année 2019, ces volumes ont fortement diminué de 38,8%. A ce sujet, notre source explique que "ces volumes demeurent anecdotiques. Le marché secondaire obligataire reste assez limité, la grande majorité des transactions sur l’obligataire se faisant de gré à gré avec des dizaines de milliards en volumes par an".

L’anticipation des hausses de résultats de Managem a fortement boosté les échanges sur le titre

Les données de la Bourse de Casablanca montrent également les 10 valeurs en volume les plus actives de la place, qui ont drainé le plus de volume d’échanges en dirhams. L’une des particularités de 2022 est la présence de Managem dans le top 10, alors qu’elle n’y apparaissait ni en 2021 ni en 2019. En 2022, la valeur occupe la seconde position avec un total de 3,26 MMDH échangés, soit une part de 10,11% des échanges globaux sur le marché central.

Selon notre source de la place, "ce résultat s’explique par la nature et le secteur de la valeur. Cette dernière est celle qui a le plus progressé en 2022, avec une hausse de 61% de son cours à 2.530 dirhams. Avec le contexte inflationniste, il y a eu une forte appréciation du cours des métaux qui se reflète directement dans le cours. Forcément, il y a eu plus de demandes de la part des investisseurs au vu de la hausse des prix des métaux ; le marché a par conséquent anticipé une amélioration des résultats du groupe".

lire aussi
  • | Le 1/2/2023 à 16:20

    Les relations économiques Maroc-Espagne en chiffres (DEPF)

    Dans un document diffusé le 1er février, la Direction des études et des prévisions financières a fourni des chiffres concernant les relations commerciales entre le Maroc et l'Espagne à fin 2021. Pour le Maroc, le solde est structurellement déficitaire. Mince consolation : la part des exportations marocaines 'à technologie moyennement élevée' vers l'Espagne est passée de 30% en 2011 à 52% en 2021.
  • | Le 1/2/2023 à 14:01

    Pourquoi les crédits de trésorerie ont-ils connu une forte hausse en 2022 ?

    En 2022, l’encours des comptes débiteurs et crédits de trésorerie a augmenté de 16% à 262 MMDH. Une hausse notable et multifactorielle, selon une source du secteur bancaire.
  • | Le 31/1/2023 à 17:15

    Les raisons de la hausse du cash en circulation en 2022

    L'année dernière, le cash en circulation a atteint 355 MMDH. La monnaie fiduciaire représente désormais près de quatre fois la taille du déficit de liquidité bancaire, estimé à 89,1 MMDH fin 2022. Selon Bank Al-Maghrib, différents facteurs comme l'inflation ou encore la forte hausse des transferts des MRE sont en cause.
  • | Le 31/1/2023 à 9:38

    Le crédit bancaire progresse de 75 MMDH en 2022, les créances en souffrance augmentent

    En 2022, l’encours des crédits bancaires a progressé de 7,6% par rapport à l’année précédente.
  • | Le 30/1/2023 à 16:16

    Qui contrôle les principales banques commerciales au Maroc ?

    En fin d'année, le paysage bancaire a évolué avec la prise de contrôle de Crédit du Maroc par Holmarcom. Voyons comment se répartit désormais le capital des principales banques commerciales du pays. Infographie.
  • | Le 23/1/2023 à 13:46

    En 2022, les dépenses de compensation ont atteint 42 MMDH

    Le Trésor a connu l’an dernier une amélioration de ses recettes, alors que les dépenses de compensation ont presque doublé par rapport à 2021. Le déficit budgétaire global demeure assez stable à 69,5 MMDH.