χ

Céréales et arbres fruitiers, principaux bénéficiaires des dernières pluies

À quelques semaines de l’ensemencement des céréales, les récentes précipitations faciliteront les travaux préparatifs du sol. Les arbres fruitiers et le cheptel tireront également profit de ces averses, principalement concentrées dans la région Fès-Meknès.

Céréales et arbres fruitiers, principaux bénéficiaires des dernières pluies

Le 13 octobre 2022 à 12h45

Modifié 13 octobre 2022 à 19h15

À quelques semaines de l’ensemencement des céréales, les récentes précipitations faciliteront les travaux préparatifs du sol. Les arbres fruitiers et le cheptel tireront également profit de ces averses, principalement concentrées dans la région Fès-Meknès.

Entre la matinée du mardi 11 octobre et celle du mercredi 12, la Direction générale de la météorologie (DGM) a enregistré des hauteurs de pluies allant de 1 à 28 mm dans plusieurs régions.

Certes, ces précipitations automnales ont engendré des inondations à Fès, et leur répartition au sein d’une même région n’est pas établie. “Mais actuellement, toutes les précipitations sont les bienvenues”, estime Abdelmoumen Guennouni, ingénieur agronome, joint par Médias24.

En effet, après une longue période de disette pluviométrique, ces précipitations “permettront de réaliser les travaux préparatifs avant les semis précoces, prévus dans une vingtaine de jours, et entre mi-novembre et mi-décembre pour les semis tardifs”, indique Abdelmoumen Guenouni.

“Ces travaux consistent en l’épandage et l’enfouissement des engrais, et en la préparation des lits de semences, soit la base pour l’établissement des cultures”, ajoute notre interlocuteur, qui insiste sur une opération charnière dans la production céréalière - qui plus est dans la région Fès-Meknès.

Selon les données de la DGM, cette région a enregistré le plus de précipitations, de l’ordre de 27 mm à Fès, 26 mm à Meknès et 28 mm à Ifrane. Sachant que la superficie agricole utile y est dominée par les zones bour (85%), où la céréaliculture est la filière phare, ces pluies ne pouvaient pas mieux tomber.

Des précipitations essentielles pour les parcours naturels

Le cheptel ne sera pas en reste. “Les pluies automnales sont les plus importantes pour les parcours naturels”, précise Abdelmoumen Guennouni. Avec 426.370 têtes bovines, 2,9 millions d’ovins et 423.900 de caprins, nul doute que l’enthousiasme a gagné les éleveurs de la région Fès-Meknès.

Idem pour les apiculteurs, dont les ruchers sont tout aussi dépendants des parcours naturels et des espèces qui y fleurissent. Concernant l’arboriculture, “les arbres ont besoin d’eau toute l’année. S’ils ne sont pas irrigués, leur unique moyen de survie est la pluie”, explique notre interlocuteur.

Les bénéfices des précipitations sur l’arboriculture ne sont pas uniquement une question de survie. “Les olives vont également être impactées par ces pluies en prenant du poids, à défaut de devenir plus juteuses”, souligne-t-il.

Ce sera le cas des oliviers de la région Fès-Meknès, mais aussi de ceux de Béni Mellal et sa périphérie, où 11 mm de pluies ont été recensées par la DGM. A l’instar de Fès et ses environs, les agriculteurs de Béni Mellal vont globalement profiter des dernières précipitations.

Le travail de préparation du sol pour l’ensemencement sera facilité. Les arbres fruitiers reprendront des couleurs, tout comme le parcours naturel du cheptel.

Les averses localement fortes prédominent le paysage pluviométrique en ce début d'octobre

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Microdata: Communiqué Post-Assemblée Générale du 22 juin 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.