χ

Migration. Aide européenne, Nador, rapatriement des mineurs,... les éclairages de Khalid Zerouali

Le wali directeur de la migration et de la surveillance des frontières au ministère de l'Intérieur, Khalid Zerouali s'est exprimé au sujet de la récente annonce de l'aide financière de 500 millions d'euros sur sept ans que l'UE compte accorder au Maroc dans le cadre de la lutte contre l'immigration clandestine. Une aide que Khalid Zerouali estime bien en deçà de ce que le Maroc dépense annuellement.

Migration. Aide européenne, Nador, rapatriement des mineurs,... les éclairages de Khalid Zerouali

Le 18 septembre 2022 à 9h50

Modifié 19 septembre 2022 à 7h59

Le wali directeur de la migration et de la surveillance des frontières au ministère de l'Intérieur, Khalid Zerouali s'est exprimé au sujet de la récente annonce de l'aide financière de 500 millions d'euros sur sept ans que l'UE compte accorder au Maroc dans le cadre de la lutte contre l'immigration clandestine. Une aide que Khalid Zerouali estime bien en deçà de ce que le Maroc dépense annuellement.

  • Le Maroc n'autorisera pas la présence de migrants dans les forêts.
  • Nous avons beaucoup d'irréguliers dans le pays qui vivent dans différents quartiers et qui travaillent. S'ils respectent la loi, nous ne sommes pas inquiets.
  • En 7 mois, plus de 40.000 tentatives d'émigration vers l'Europe ont été contrecarrées.

Dans un entretien accordé à EFE et relayé par Swissinfo, Khalid Zerouali affirme que l’aide de 500 millions d’euros sur sept ans accordée par l’UE au Maroc pour lutter contre la migration irrégulière ne couvre pas les dépenses annuelles du Royaume qui atteignent les 427 millions d’euros.

Pour autant, le wali directeur en charge de la migration et de la surveillance des frontières affirme à l’agence de presse espagnole que le Maroc ne fait pas de l’aide financière une condition pour maintenir ses efforts sur la migration : « Nous ne monétisons pas la question migratoire. Nous sommes un État responsable, qu’il y ait une aide ou non, le Maroc continuera à faire ce qu’il a à faire. »

« Le Maroc a toujours montré sa disponibilité dans toutes les sphères régionales et internationales pour partager son expérience avec les pays amis », affirme-t-il.

Depuis la pandémie, la route migratoire des îles Canaries « a pris de l’ampleur » et moins de pression se fait sentir sur les routes méditerranéennes, indique Khalid Zerouali, qui confirme avec des chiffres la baisse des arrivées en Espagne cette année.

Jusqu’en juillet, résume-t-il, le Maroc a fait échouer 40.600 tentatives d’émigration vers l’Europe et a démantelé 124 réseaux de passeurs de migrants.  « Le fait qu’il y ait une baisse des arrivées sur les côtes espagnoles ne signifie pas que la pression a baissé ici », affirme-t-il.

Le récent assaut de Nador, un « phénomène nouveau »

Le Wali en charge de la migration a également répondu aux questions relatives à l’assaut de 2.000 migrants à  Nador intervenus en juin dernier, et faisant plus d’une vingtaine de morts.  « Chaque fois qu’il y a un événement, il y a des leçons à tirer et parfois des choses à améliorer. Mais ce jour-là, les forces de sécurité ont agi selon la doctrine du maintien de l’ordre, malgré le fait qu’elles aient été confrontées à des aguerris dotés d’une capacité militaire et avec des gens qui ont participé et évolué dans des foyers de tension. Ce n’étaient pas des émigrés comme ceux que nous avions l’habitude de voir », explique-t-il.

Le responsable marocain précise que ce saut était un « phénomène nouveau » en termes de volume et de « niveau de violence » des migrants, qui sont entrés sur le territoire marocain après avoir traversé la Libye et l’Algérie.

Khalid Zerouali explique que le Maroc n’autorisera pas la présence de migrants dans les forêts « car ils sont exposés à toutes sortes de dangers » liés aux réseaux de trafic. « Nous avons beaucoup d’irréguliers dans le pays qui vivent dans différents quartiers et qui travaillent. S’ils respectent la loi, nous ne sommes pas inquiets, mais quelqu’un qui regroupe des migrants dans la forêt, nous ne permettrons pas cela. »

Le Maroc prêt à rapatrier ses enfants mineurs

Interrogé sur le rapatriement des mineurs marocains non accompagnés en Europe, Khalid Zerouali assure que le pays « dispose de services de protection de l’enfance et de centres d’accueil » et peut garantir la réintégration de ces enfants dans leurs familles.

« Nous avons traité ce dossier avec beaucoup de courage et de transparence, nous avons envoyé des équipes en France, en Espagne et dans d’autres pays pour identifier les mineurs. Je peux vous assurer que le Maroc réitère sa disponibilité à accueillir ses enfants, mais le problème est dans les pays européens, où les lois et règlements compliquent un peu ces rapatriements », dit-il.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SNEP: Comptes annuels 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.