χ

BMCI vs Engie Services Maroc : une transaction signe la fin du litige

BMCI et Engie Services Maroc ne sont plus en conflit. Les deux parties sont parvenues à une transaction, moyennant le paiement d'une première partie de la créance. Alors qu'elle avait annoncé l'annulation d'un crédit de 133 MDH, la banque a décidé de maintenir son concours financier malgré le départ de l'actionnariat français.

BMCI vs Engie Services Maroc : une transaction signe la fin du litige

Le 28 juillet 2022 à 18h14

Modifié 28 juillet 2022 à 18h20

BMCI et Engie Services Maroc ne sont plus en conflit. Les deux parties sont parvenues à une transaction, moyennant le paiement d'une première partie de la créance. Alors qu'elle avait annoncé l'annulation d'un crédit de 133 MDH, la banque a décidé de maintenir son concours financier malgré le départ de l'actionnariat français.

BMCI et Engie Services Maroc (ESM) enterrent la hache de la guerre. En litige sur des impayés de crédit, les deux parties ont conclu un accord qui entérine l’abandon, par la banque, des actions judiciaires contre son débiteur. C’est ce que nous rapportent des sources proches du dossier.

Le conflit portait précisément sur la « non-régularisation d’un dépassement en compte » imputé à l’ancienne filiale du groupe Engie. Au 15 avril 2022, ESM affichait un dépassement de 41 MDH par rapport à la facilité de caisse limitée à 10 MDH. Soit un débit total de 51 millions de dirhams que BMCI a tenté de bloquer via des saisies-arrêts effectuées sur les deux comptes d’ESM ouverts, respectivement, auprès de CIH et Bank of Africa.

« La transaction a été effectuée après paiement, par Engie Services Maroc, d’un montant de 7 millions de dirhams », nous rapporte une source proche du dossier. Ce qui n’exempte pas l’entreprise de sa créance. Les parties sont convenues du « paiement de la dette selon un échelonnement déterminé », nous indique la même source, sans plus de détails.

L’autre volet de l’accord concerne le maintien du concours financier accordé à ESM. L’entreprise bénéficiait d’une enveloppe globale de crédits de fonctionnement dépassant les 133 MDH. Selon notre interlocuteur, le contrat n’a finalement pas été résilié. Sa continuité était pourtant fortement compromise. Le 18 avril, BMCI avait adressé un « un préavis » pour « la résiliation anticipée » du crédit sous un délai de 61 jours.

Au-delà du dépassement en compte, c’est surtout le changement d’actionnariat d’ESM qui avait justifié cette mise en demeure ; celle-ci ayant trait au rachat de la société par le Libanais Butec Group Holding Limited. Le rapprochement avait consisté en l’acquisition de l’intégralité du « capital social et des droits de vote des sociétés Engie Services Maroc et Cofely Tanger, respectivement auprès de Engie Afrique et Engie Energie Services, filiales du Groupe Engie », lit-on dans les documents de l’opération validée par le Conseil de la concurrence

ESM est présente au Maroc depuis 1976. Elle opère principalement à travers les activités de production électrique et de services à l’énergie. Elle a récemment procédé à deux augmentations de capital – la dernière en février 2022, portant ce dernier à 371 MDH.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CFG Bank : Résultats au 31 décembre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.