Minières : les craintes de récession et la hausse du dollar impactent l’indice en bourse

| Le 26/7/2022 à 14:04
Le secteur n’affiche qu’une hausse de 11% en bourse alors qu’il culminait à +30% début juin. Les investisseurs sont en train de pricer les répercussions de la hausse du dollar sur les métaux. Les cours baissent, anticipant des répercussions sur les performances des minières cotées. Le ralentissement de la demande mondiale se fait également sentir.

Le secteur minier est un des indices qui affichent la croissance la plus solide de la cote en YTD. Alors que le MASI lâche plus de 11% sur la période, les mines affichent une hausse de 11%. Le secteur enregistre ainsi la seconde plus haute hausse de la cote après le secteur de la Chimie qui enregistre plus de 14% de progression.

Mais cette bonne tenue des Mines est à mettre en perspective. Il y a à peine cinq semaines, le secteur affichait une hausse de plus de 30% en YTD. Au vu des courbes d’évolution, on remarque une baisse amorcée à partir des deux premières semaines du mois de juin.

Ci-dessous, les évolutions en bourse des deux principales valeurs de l’indice, Managem et CMT :

Source : medias24.com

Source : medias24.com

Alors que s’est-il passé ? En réalité, cette baisse n’est pas fondamentale. Il n’y a rien qui soit directement lié aux activités et performances financières des minières de la cote. Les résultats annoncés au premier trimestre 2022 ont été pleinement intégrés par le marché. La baisse observée des cours des minières marocaines résulte de deux facteurs principaux.

Les investisseurs pricent la hausse du dollar suite au resserrement monétaire de la FED

En réalité, la diminution des progressions des cours des minières coïncide avec l’annonce du resserrement monétaire de la FED le 15 juin dernier. La Banque centrale américaine avait procédé à une hausse record de son taux directeur depuis 1994, de 75 points de base. Une manœuvre destinée à réduire l’inflation galopante dans le pays. Or, cette hausse de taux a entraîné un renchérissement du dollar sur les marchés internationaux.

Contacté, un analyste de la place nous explique que « la hausse du dollar à l’international, corrélée à la hausse du taux directeur de la FED de 75 points de base, a coïncidé avec la chute des minières marocaines en bourse. Les investisseurs pricent toujours un resserrement très significatif d’ici la fin de l’année, qui impacte tous les métaux libellés en dollars ».

La hausse observée du dollar a en effet joué à la baisse sur les cours des métaux, notamment précieux, considérés comme refuge. L’argent par exemple a perdu 21,6% de sa valeur en YTD à 18,3 $ l’once. L’or, de son côté, a lâché 6% sur la même période à 1.717 $ l’once. « Ce qui est actuellement pricé au niveau du marché, c’est la baisse du cours des métaux, précieux et de base. Les investisseurs anticipent un impact négatif au niveau des chiffres d’affaires des minières cotées au premier semestre », nous explique notre source.

En effet, il y a toujours une corrélation très négative entre la hausse du dollar et les métaux précieux. Plus le dollar s’apprécie, moins ces matières deviennent attractives.

Il en est de même pour les métaux de base. Les concernant, la baisse des cours provient de la conjonction de deux paramètres.

Un ralentissement de la demande a fait baisser les cours

Les métaux de base sont également libellés en dollar. On parle ici du cuivre, du cobalt, du plomb, ou encore du zinc. Ces métaux ont, d’une part, souffert de l’appréciation du dollar qui les rend de fait plus chers, mais également d’un ralentissement de la demande.

Notre source nous indique que ce ralentissement de la demande « est notamment lié aux confinements à répétition en Chine, qui aujourd’hui, représente la demande la plus importante en métaux de base à l’échelle mondiale. Forcément, cela induit une baisse de régime au niveau des cours des métaux ».

Pour une autre source du marché, la crainte d’une récession économique explique la baisse de la demande en métaux de base. L’inflation galopante a mis un frein à de nombreuses activités industrielles et a affecté la demande des ménages.

Malgré les angoisses du marché, les minières devraient continuer de bénéficier d’un cadre encore favorable. « Un acteur comme Managem, qui domine le secteur, profite toujours de la situation et pourra également compter sur la hausse de ses capacités de production cette année. Elle sera supérieure à celle de l’année précédente, avec l’entrée en production de plusieurs projets », conclut notre interlocuteur.

lire aussi
  • | Le 3/8/2022 à 10:11

    Managem : le chiffre d’affaires en forte hausse de 81% à fin juin 2022

    Le groupe a bien profité de la contribution aurifère dans le chiffre d'affaires. Durant le second trimestre, l'Or de la mine de Tri-K comptait pour le tiers des revenus du groupe. La consolidation e la production et l'appréciation de la parité USD/MAD ont également poussé le chiffre d'affaires à la hausse.
  • | Le 1/8/2022 à 9:38

    Mutandis : chiffre d’affaires en hausse de 48% à fin juin 2022

    La hausse des prix de vente suite à l'augmentation des prix des intrants a été généralement bien acceptée. Les volumes de ventes progressent et le chiffre d'affaires dépasse le milliard de dirhams. Season a généré 235 MDH de revenus à fin juin. La dette bancaire recule de 18% par rapport à fin décembre 2021.
  • | Le 1/8/2022 à 9:05

    CDM : hausse de 17% du RNPG à fin juin 2022

    Le groupe a connu une bonne dynamique concernant les crédits à fin juin, en hausse de 4,7% par rapport au S1-2021. Le coût du risque a fortement baissé de 84% par rapport à la même période en 2021. Le RNPG ressort à 325 MDH, tiré par l'amélioration des marges et la baisse du coût du risque.
  • | Le 31/7/2022 à 19:10

    ODM lève 80 MDH sur le marché obligataire, une première dans le secteur de la santé au Maroc

    Le Groupe Oncologie et Diagnostic du Maroc (ODM) clôture avec succès une émission obligataire de 80 millions de dirhams auprès d'investisseurs privés, apprend Médias24.
  • | Le 31/7/2022 à 9:59

    L’encours des crédits bancaires dépasse les 1.000 MMDH à fin juin, les impayés reculent (BAM)

    D’un mois sur l’autre, l’encours du crédit bancaire progressé de 43 MMDH. Les créances en souffrance affichent un léger retrait de 688 MDH d’un mois sur l’autre à 86,7 MMDH. Elles augmentent cependant concernant les ménages. Sur 12 mois glissants, elles progressent de 4,8%.
  • | Le 29/7/2022 à 17:18

    En juin, le cash en circulation repart à la hausse et progresse de 8% sur une année glissante

    Le cash en circulation reprend une tendance haussière en juin 2022. Il progresse de 4,5 MMDH d’un mois sur l’autre. Parallèlement, les dépôts bancaires progressent de 2,2% par rapport au mois précédent, soit 23 MMDH en valeur.