Le portefeuille de BKGR surperforme le marché en YTD, mais demeure dans le rouge

| Le 12/7/2022 à 15:45
La société de recherche a rappelé l’état des lieux maussade dans lequel se trouve le pays d’un point de vue macroéconomique, mais note qu’un retour à la normale est attendu l’an prochain. Le marché boursier en est affecté, ainsi que son portefeuille qui recule de 5% en YTD. Les performances sont majoritairement assurées par des valeurs défensives.

Dans son document ‘Strategy Juin 2022’ diffusé le 8 juillet, la société de recherche BKGR est revenue sur le ralentissement économique du royaume cette année. Elle rappelle les dernières prévisions du HCP, revues à la baisse, avec une quasi-stagnation du PIB durant les T1, T2 et T3 à des croissances respectives de 0,3%, 0,9% et 0,8%.

Une croissance à peine perceptible, entamée par plusieurs facteurs, notamment la forte dégradation de la valeur ajoutée agricole de 16,1% en variation annuelle au T2-2022, contre une amélioration de 17,5% à la même période en 2021. Ce recul est notamment causé par « la baisse de 32% du cumul pluviométrique à fin mai 2022 par rapport à une année normale ainsi que du repli des réserves en eau de barrage », souligne la société de recherche. De plus, cela n’est pas pleinement compensé par la valeur ajoutée non agricole, attendue en légère amélioration de 3,6% au T2-2022. Cette dernière est « soutenue essentiellement par l’affermissement des activités des services publics et par la poursuite du rétablissement du tourisme, du transport et des services culturels », précise BKGR.

De plus, la forte inflation a impacté le portefeuille des ménages et devrait, au T2, conduire la croissance de la demande à +1,8% contre +13,6% à la même période en 2021. Le PIB en 2022 devrait quant à lui croître de 1%, selon les dernières prévisions de Bank Al-Maghrib (BAM).

Un retour à la normale attendu en 2023

Les prévisions en 2023 seront notamment tributaires de la récolte céréalière, attendue à des niveaux normatifs de 75 MQx selon BAM, « soutenue essentiellement par l’affermissement des activités des services publics et par la poursuite du rétablissement du tourisme, du transport et des services culturels » rappelle la société de recherche.

Cette année, l’instance prévoit une amélioration de 24,2% des importations et de 22% des exportations avant de se stabiliser en 2023 avec des progressions limitées de +0,3% et +0,8% respectivement. « Par conséquent, le déficit du compte courant se creuserait à 4,9% du PIB en 2022 contre 2,3% en 2021 avant de s’alléger à 3,8% en 2023 » souligne la société de recherche.

Sur le volet des finances publiques, une amélioration du déficit public a été observée depuis le début de l’année 2022. Cela vient du fait de la bonne exécution budgétaire avec une amélioration de 25% des recettes ordinaires à fin mai et de 16,6% des dépenses, notamment conduites par la compensation. « Tenant compte de la mobilisation exceptionnelle annoncée des ressources à travers les mécanismes de financement spécifiques et des recettes de monopoles, le déficit budgétaire devrait, selon les anticipations de l’Institut d’Emission, passer de 5,9% du PIB à 6,3% en 2022 pour s’atténuer à 5,6% en 2023 » rappelle BKGR.

Dans ce cadre économique actuellement complexe, la société de recherche a également revu les prévisions de son scénario économique à la baisse. Son scénario central table sur une hausse de 1,1% du PIB alors qu’il tablait sur 1,8% il y a trois mois.

Un portefeuille qui souffre, mais moins que le MASI-RB

En YTD, la conjoncture a fait souffrir le marché boursier. C’est également le cas pour le portefeuille de BKGR qui affiche un retrait de 5,04% sur la période. Une baisse cependant moins prononcée que celle du MASI-RB qui affiche une baisse de 9,3% sur la même période. La société de recherche précise que, « au niveau actuel, le portefeuille BKGR traite à 19,4x ses bénéfices (aligné sur le MASI) et affiche un D/Y de 3,9% (vs. 3,5% pour le MASI) ».

Composé de 17 valeurs, les titres qui accusent les baisses les plus importantes depuis leur introduction dans le portefeuille sont Microdata (-30%), LafargeHolcim Maroc (-25%), TGCC (-22%), Maroc Telecom (-15%) et Wafa Assurance (-13%). En termes de pondérations, ces valeurs comptent pour 27% du portefeuille.

« A l’opposé, Managem, SNEP et Disway affichent des profils de résilience salutaires avec des hausses depuis leur introduction, de respectivement de +30%, +11% et +9% », note BKGR. Ces trois valeurs en bonnes performances comptent, quant à elles, pour 19% du portefeuille. « En raison de contraintes de gestion internes de notre portefeuille, ne nous permettant pas d’avoir une poche de disponibilités, souhaitable en ces temps d’incertitudes, nous avons maintenu en l’état le choix et les pondérations des valeurs », explique la société de recherche. A noter que la performance du portefeuille de BKGR est portée à 86% par des valeurs défensives et à 14% par des valeurs cycliques.

lire aussi
  • | Le 13/7/2022 à 12:37

    Marsa Maroc : Alpha Mena conserve sa recommandation de vendre le titre

    La valeur affiche une bonne résilience tant d’un point de vue de la profitabilité que du dynamisme d’activité. Mais la hausse des prix des transports et des carburants va peser sur les activités d’import-export du pays. Les chaînes logistiques étant perturbées, les marges opérationnelles du groupe devraient en pâtir. Le titre demeure également cher et traite à 24,4x ses bénéfices contre 16,3x pour ses semblables.
  • | Le 7/7/2022 à 16:53

    Le marché des capitaux est faiblement utilisé au Maroc

    Bendaoud Tali, Head of Strategy à la Bourse de Casablanca, a fait le point sur l’évolution du marché des capitaux au Maroc, lors d’une conférence tenue ce jeudi 7 juillet, tout en soulignant que le marché reste faiblement utilisé. Khalil Mengad, directeur général d’Immorente Invest, livre ses conseils pour réussir une IPO.
  • | Le 7/7/2022 à 12:44

    Disty Technologies : IPO, accompagnement, potentiel en bourse, les analyses d’Idriss Berrada

    La bourse de Casablanca accueillera dès le 20 juillet, lors de sa première cotation, l’importateur et distributeur de matériel informatique Disty Technologies. L’autorité marocaine du marché des capitaux a visé l’introduction en bourse de l’entreprise le 27 juin dernier. La première de l’année 2022.
  • | Le 6/7/2022 à 16:46

    Maroc Telecom : le cours actuel représente un point d’entrée intéressant

    Le cours de l’opérateur baisse de plus de 16% en YTD. Malgré un contexte règlementaire et concurrentiel compliqué, cette baisse n’est pas imputable aux fondamentaux du groupe, mais davantage à la tendance du marché.
  • | Le 6/7/2022 à 16:22

    Bourse : voici comment les investisseurs doivent se comporter en cette période de manque de visibilité

    Investir avec vigilance, miser sur les secteurs défensifs, profiter des opportunités qui se présentent sur le marché… sont les recommandations d’un analyste de la place aux investisseurs en bourse, afin de bien vivre cette période de baisse du marché et d'absence de visibilité.
  • | Le 5/7/2022 à 16:40

    CFG Bank anticipe un bon rendement et une croissance attractive pour Marsa Maroc

    La société de recherche anticipe une hausse de 25% du cours de bourse à 318 dirhams et recommande l’achat du titre. Une croissance annuelle moyenne des revenus de 5,4% est attendue sur la période 2021-2025, notamment grâce à une hausse des volumes et du chiffre d’affaires du transbordement à Tanger Med II.