χ

Covid : « La D4 permet de revenir aux seuils d’anticorps déjà obtenus avec la D3 » (Pr Marhoum Filali)

Selon plusieurs spécialistes, l’injection de la quatrième dose n’est efficace que pour les personnes vulnérables et celles âgées de plus de 65 ans. 

Covid : « La D4 permet de revenir aux seuils d’anticorps déjà obtenus avec la D3 » (Pr Marhoum Filali)

Le 8 juillet 2022 à 10h19

Modifié 8 juillet 2022 à 10h19

Selon plusieurs spécialistes, l’injection de la quatrième dose n’est efficace que pour les personnes vulnérables et celles âgées de plus de 65 ans. 

C’est notamment ce qui ressort d’un webinaire intitulé « Quelle stratégie thérapeutique pour les formes légères à modérées du Covid-19 durant cette quatrième vague ? », organisé mardi 5 juillet par la Société marocaine des maladies respiratoires (SMMR).

L’évènement a connu la participation de Kamal Marhoum El Filali, professeur de médecine et chef de service des maladies infectieuses au CHU Ibn Rochd ; Jaafar Heikel, spécialiste en maladies infectieuses et professeur d’épidémiologie à l’Université Mohammed VI des sciences de la santé ; Moulay Hicham Afif, professeur de pneumologie, chef de service des maladies respiratoires à l’Hôpital 20 Août et président de la SMMR.

Le BA.5 domine actuellement au Maroc

« Selon les derniers séquençages réalisés, le sous-variant BA.5 du variant Omicron est dominant à hauteur de 63% au Maroc. Le reste des cas sont dus au sous-variant BA.2 et rarement au BA.4″, a déclaré le Pr Hicham Afif.

« Nous sommes donc toujours dans le variant Omicron. Il n’y a aucun autre variant en circulation au Royaume », a-t-il assuré.

« Avec la D4, les anticorps remontent à peine au même niveau qu’après la D3 »

« Tout a démarré en 2019 à Wuhan lorsque le Sars-Cov-2 est apparu. Un an plus tard, en décembre 2020, le premier vaccin était approuvé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Deux autres antiviraux étaient approuvés vers novembre et décembre 2021. Nous avons actuellement 11 vaccins approuvés par l’OMS », rappelle de son côté le Pr Marhoum El Filali.

« Au début, les vaccins présentaient des degrés d’efficacité élevés, mais ils ont vite été revus à la baisse », a-t-il ajouté.

« Si l’on prend le cas du vaccin Pfizer-BioNTech, les études ont démontré qu’il était efficace à 95% sur certaines souches du coronavirus. Ce virus a malheureusement muté. Le vaccin n’était alors efficace qu’à 85% sur la souche Beta et à 88% sur la souche Delta, avant de descendre à 67% face à la souche Omicron. Neuf mois après la deuxième vaccination, le degré d’efficacité du vaccin Pfizer était seulement de 9%, d’où l’importance des doses de rappel. »

« La troisième dose de rappel (booster) a ainsi permis de remonter les anticorps, pour une efficacité estimée à 75% contre la souche Omicron qui circule actuellement au Maroc. Il ne faut donc jamais prendre en considération les seuls chiffres annoncés au début de cette ère vaccinale par les premières études », souligne le Pr Marhoum El Filali.

« Des études ont même démontré que, quelle que soit la souche du virus, il y a une très grande différence en termes de réponse immunitaire entre les personnes âgées de moins de 80 ans et celles qui dépassent les 80 ans ; la réponse immunitaire des jeunes est meilleure. »

La question qui se pose actuellement est la suivante : « Quelle est l’efficacité de la D4, la deuxième dose de rappel, dont l’injection vient de démarrer au Maroc, sur le variant Omicron ? »

« Une étude réalisée sur 1.050 soignants vaccinés avec Pfizer-BioNTech en Israël, un pays très en avance en matière de vaccination, a constaté, une vingtaine de semaines après la deuxième dose, une chute importante des anticorps. Ils remontent après la troisième dose mais chutent à nouveau au bout de quatre mois, d’où l’intérêt de la D4. »

« La D3 n’est finalement pas définitive. Toutefois, il faut noter qu’avec la quatrième dose, les anticorps neutralisants remontent à peine au même niveau qu’après la D3. Il ne faut pas s’attendre à obtenir une protection meilleure qu’après une troisième dose. Il s’agit simplement d’un rappel qui permet de revenir à des seuils qui avaient déjà été obtenus avec la troisième dose. »

« Concernant l’efficacité clinique de cette dose (si les malades contractent l’infection ou non), il a été démontré que cette quatrième dose ne servait pas à grand-chose au sein de la population générale. En revanche, une personne âgée de plus de 60 ans ayant effectué cette deuxième dose de rappel fait deux fois moins d’infections confirmées et quatre fois moins d’infections sévères. »

« Cette dose ne doit donc pas être injectée à tout le monde, mais en fonction des comorbidités et de l’âge, d’où les recommandations du ministère de Santé. »

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CFG Bank – Indicateurs financiers trimestriels à fin Mars 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.