SMI : les performances s’annoncent bonnes mais les coûts opérationnels doivent être étudiés

| Le 24/5/2022 à 17:49
La SMI a connu un fort sursaut en bourse depuis l’annonce des résultats trimestriels. Les performances tant sur la production que sur le chiffre d’affaires sont bonnes, cependant il faut prendre en compte l’impact de la hausse des matières premières sur les marges. Ces données ne sont pas encore disponibles. La baisse observée du cours de l’Argent en YTD sera compensée par un bon effet de change. Le maintien d’un bon niveau de production en fera un point d’entrée intéressant pour les investisseurs.

Depuis le début de l’année, la SMI affiche un bon redressement en bourse après une baisse significative de 22,53% en 2021. En YTD, la valeur a rattrapé l’intégralité de son retard en affichant une progression de 22,7% à l’ouverture de la séance du 24 mai 2022.

Source : medias24.com

Cette progression est principalement survenue après la publication des résultats trimestriels du groupe. Au T1-2022, la SMI a en effet affiche un net redressement de ses indicateurs, notamment un chiffre d’affaires à 217 MDH, en progression de 87% par rapport à la même période en 2021. Cette hausse fulgurante a notamment été conduite par un double effet prix et volume. Sur la période, le groupe affiche une amélioration de 28% de sa production d’Argent et un renforcement de 33% du cours moyen de vente.

Le redressement boursier est donc causé par un effet d’annonce, laissant présager de bonnes perspectives par rapport à un exercice 2021 déficitaire et sans dividendes distribués. Néanmoins, il y a d’autres facteurs à prendre en compte pour juger des bonnes performances du groupe et de ses perspectives.

Un impact encore inconnu de la hausse des matières premières sur les coûts

Depuis l’annonce des résultats trimestriels, le cours de SMI a bondi en bourse. Cependant, un analyste de la place nous signale que les indicateurs du T1-2022 ne reflètent que les ventes. Pour pleinement établir les perspectives du groupe, d’autres facteurs doivent être pris en compte. Ces derniers demeurent encore indisponibles.

« Il faut cependant rappeler que la SMI n’a publié que le chiffre d’affaires au premier trimestre. En termes de résultats et d’impact sur les coûts, nous n’avons aucune idée de l’incidence de la tendance haussière des matières premières sur les résultats et la marge du groupe. Étant donné la hausse observée depuis le début de l’année, cela ne devrait pas être négligeable » explique notre source. Il reste donc à évaluer les répercussions d’un point de vue opérationnel sur le groupe, car si les premiers indicateurs parus semblent de bon augure, la profitabilité du groupe ou son aptitude à générer des bénéfices demeurent encore inconnues.

Notre source explique : « aujourd’hui, ce que l’on observe concrètement, c’est une confirmation du redressement des volumes extraits. C’est une donnée qui nuisait fortement à la SMI auparavant. Désormais, il y a eu un léger rétablissement au niveau de la production avec la mise en service du projet de carrière. Mais cela ne reflète pas encore les résultats en termes de bénéfices ». L’effet coût sera dévoilé durant la publication des résultats semestriels avec un détail approfondi des marges et des évolutions des coûts opérationnels. « C’est seulement là que l’on pourra juger de la réelle solidité du redressement affiché » explique notre interlocuteur.

Dans le contexte actuel, même si la demande mondiale est forte concernant les métaux et tire leur cours à la hausse, l’appréciation récente du dollar suite aux resserrements monétaires de la FED pourrait nuire au cours de l’Argent. Est-ce vraiment une menace pour SMI ?

Une potentielle baisse de cours du métal compensée par un bon effet change

La conjoncture actuelle fait qu’une certaine pression s’exerce sur les cours des métaux notamment précieux. La récente appréciation du dollar suite au ralentissement des politiques monétaires accommodantes pour tacler l’inflation, a fait baisser les cours de l’Argent. En YTD, ce dernier a connu une contraction de 6,88% à 21,7$ l’once. « L’effet de l’appréciation du dollar depuis quelques semaines pourrait effectivement être ressenti au niveau du cours de l’Argent. Les principaux métaux sont libellés en dollar, notamment les métaux précieux. In fine, une appréciation significative du dollar impacte techniquement à la baisse les métaux précieux ainsi que les métaux de bases, dans une moindre mesureNous remarquons qu’en moyenne, depuis le début de l’année, le cours se situe à 22 $ contre 25 $ observés en 2021 » explique notre interlocuteur.

Cependant, cet effet négatif est à relativiser du fait que le groupe bénéficie, à l’instar des autres minières, d’un effet de change positif du fait que ses exportations sont vendues en dollars. Le groupe a d’ailleurs annoncé dans ses résultats trimestriels, avoir bénéficié d’un bon effet de change avec une appréciation de la parité USD/MAD de +6% à fin mars.

La valeur représente-t-elle un point d’entrée favorable pour les investisseurs? La réponse est qu’il est encore compliqué de le dire. Pour cela, notre source nous explique que le retour à des volumes normatifs sera le déterminant des performances du groupe cette année. « Il faut attendre confirmation en termes de production du côté de la SMI. Si c’est un effet de rattrapage, il faut retrouver des niveaux normatifs de production, or ce n’est pas encore le cas. Il faut également rappeler que l’année dernière a été très déficitaire pour le groupe avec un résultat net de -67 MDH. Si le groupe termine cette année à l’équilibre, cela serait très bien. SMI peut actuellement être un bon point d’entrée pour les investisseurs qui anticipent un retour aux bénéfices en 2023 et non pas cette année, car in fine, cela sera conditionné par un effet volume » conclut notre source. A noter qu’en 2020 et 2021, le groupe avait affiché un retrait de sa production de respectivement 19% et 18%.

lire aussi
  • | Le 1/7/2022 à 16:40

    Bourse : le MASI dévisse de 2,2% à la clôture, le recul en YTD s’établit à plus de 12%

    En fin de séance, le MASI a été animé par un fort mouvement baissier. En retrait de 0,4% à la mi-séance, il tombe de plus de 2% à la clôture.
  • | Le 30/6/2022 à 11:47

    2,3 millions de nouveaux comptes bancaires ont été ouverts en 2021 (BAM)

    Dans un document diffusé le 30 juin, Bank Al-Maghrib a dressé les statistiques détaillées sur les comptes bancaires à fin décembre 2021.
  • | Le 29/6/2022 à 17:03

    IPO : ce qu’il faut savoir sur Disty Technologies, nouvel arrivant en Bourse

    Le prix de l’action a été fixé à 284 dirhams et la première cotation s’effectuera le 20 juillet. La société est une PME et sera la première à intégrer le marché alternatif. En 2021, elle affichait un chiffre d’affaires de 456 MDH. Son IPO lui permettra d’étoffer son portefeuille produit, de recruter et d'envisager une croissance externe. Un premier dividende sera versé au mois de septembre suite à l’opération. La valorisation a induit un rendement de 5,3% sur les deux prochaines années.
  • | Le 29/6/2022 à 15:46

    Assurance Takaful : l’activité a démarré, son développement sera progressif

    L’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale a fait le point sur le démarrage de l’assurance Takaful et sur le potentiel du marché, lors d’une master class organisée ce mercredi 29 juin.
  • | Le 28/6/2022 à 16:32

    Finance participative : Al Maghribia Takaful dévoile ses produits et ses ambitions

    La filiale participative de La Marocaine Vie démarre son activité au Maroc. Elle a décliné ses produits et exprimé ses ambitions lors d’une conférence de presse ce mardi 28 juin. Détails.
  • | Le 28/6/2022 à 10:07

    Disty Technologies : l’AMMC vise le prospectus d’introduction en bourse de la société

    Cette société de distribution et vente de produits et solutions informatiques souhaite s’introduire en bourse. L’AMMC vise le prospectus relatif à l’IPO et dévoile les conditions de l’opération.