χ

Covid-19 : les trois scénarios de l'OMS commentés par le Dr Mouad Merabet

Sur les trois scénarios de l’évolution de la pandémie formulés par l’Organisation mondiale de la santé, le Dr Mouad Merabet juge probable le fait que le Covid-19 se transforme en une infection respiratoire aigüe.

Dr Mouad Merabet. Ph. MAP

Covid-19 : les trois scénarios de l'OMS commentés par le Dr Mouad Merabet

Le 8 avril 2022 à 20h03

Modifié 8 avril 2022 à 20h03

Sur les trois scénarios de l’évolution de la pandémie formulés par l’Organisation mondiale de la santé, le Dr Mouad Merabet juge probable le fait que le Covid-19 se transforme en une infection respiratoire aigüe.

Comment va évoluer le virus du SARS-CoV-2 ? La question est sur toutes les lèvres de la communauté scientifique, alors que le monde entrevoit le bout du tunnel avec méfiance et vigilance.

Le Dr Mouad Merabet, coordonnateur du Centre national d’opérations d’urgence de santé publique du ministère de la Santé, a partagé son avis concernant les trois scénarios avancés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur l’évolution de la pandémie de Covid-19 en 2022 :

– S1 : le virus poursuit son évolution avec des vagues et des périodes inter-vagues. La gravité des vagues (covidose grave et décès) est de plus en plus réduite au fil du temps, en raison de l’immunité naturelle et vaccinale. Une saisonnalité peut être observée ;

– S2 : l’émergence de variants du SARS-CoV-2 nettement moins graves, la vaccination périodique de rappel non nécessaire ;

– S3 : l’émergence d’un variant plus virulent et hautement transmissible, échappant à la vaccination et à l’immunité naturelle.

Dans un jargon plus concret, ces scénarios, selon le Dr Merabet, se traduisent ainsi :

– S1 : maladie endémo-épidémique probablement saisonnière ;

– S2 : infection respiratoire aigüe comme les autres ;

– S3 : maladie « ré-émergente » avec gravité croissante.

Le premier scénario – le plus probable selon l’OMS – se traduira par deux cas de figure, d’après le Dr Merabet.

« Omicron représente le dernier variant préoccupant (VOC) du Covid-19, du moins en 2022. Mais des sous-variants seront observés. Avec les expériences passées qui ont montré l’apparition de plusieurs variants classés VOC, VOI (variant à suivre) ou VUM (variant en cours d’évaluation), et notifiés par des pays où une bonne surveillance génomique est mise en place, la probabilité de non-émergence d’un nouveau variant demeure faible », explique le Dr Merabet dans une publication sur sa page LinkedIn.

Le second cas de figure est relatif à « l’apparition d’autres variants avec les mêmes ou avec moins de critères de préoccupation qu’Omicron (transmissibilité, gravité clinique/létalité, échappement immunitaire, thérapeutique, diagnostic). Ce second cas de figure est à peu près similaire au deuxième scénario de l’OMS, qui estime que le Covid-19 va se transformer en une infection respiratoire aiguë qui peut se compliquer et muer en une infection respiratoire sévère, comme c’est le cas des autres maladies respiratoires virales ». « Ce cas de figure serait, de mon point de vue, le plus probable. »

Selon le Dr Merabet, le troisième scénario de l’OMS est possible mais peu probable, en raison de la hausse du niveau d’immunité naturelle et de celle acquise par la vaccination.

Il estime par ailleurs qu’un quatrième scénario n’est pas à écarter. Il s’agit de l’extinction du SARS-CoV-2, comme ce fut le cas du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) en 2002-2004, causé par un virus appartenant à la même famille.

« Le SRAS-2002 et le Covid-19 sont causés par des virus étroitement apparentés. Les scientifiques pensent qu’ils proviennent tous deux des chauves-souris. Les génomes à ARN des virus sont identiques à environ 80% d’après certains écrits scientifiques », rappelle le Dr Merabet.

Ce dernier indique que « les facteurs ayant conduit à l’extinction du SRAS-2002 (l’épidémie avait officiellement commencé en février 2003) restent obscurs. La rapide riposte mondiale a probablement joué un rôle important, mais des caractéristiques du virus lui-même sont impliquées ».

Et de préciser enfin : « A l’époque, plusieurs experts avaient exprimé de grandes inquiétudes et supposé que le virus allait entraîner une pandémie mondiale similaire, ou presque, à la grippe espagnole. Mais, en janvier 2004, le SRAS-2002 a disparu brusquement, ou est passé en mode invisible. Le risque de réémergence du SRAS reste toujours de mise ; le Covid-19 peut donc, lui aussi, connaître la même évolution. »

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

INVOLYS: indicateurs d'activité du 3ème trimestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Conférence Fondation Abderrahim Bouabid : Repenser les liens Maroc-France