Le PLF 2022 prévoit un déficit budgétaire de 5,9%

Le conseil de gouvernement a adopté, ce lundi 18 octobre, le projet de loi de Finances 2022 examiné dimanche en Conseil des ministres, nous confirme une source officielle. Le PLF 2022 table sur un taux de croissance de 3,2% et un déficit budgétaire de 5,9% du PIB.

Le PLF 2022 prévoit un déficit budgétaire de 5,9%

Le 18 octobre 2021 à 16h42

Modifié 19 octobre 2021 à 9h52

Le conseil de gouvernement a adopté, ce lundi 18 octobre, le projet de loi de Finances 2022 examiné dimanche en Conseil des ministres, nous confirme une source officielle. Le PLF 2022 table sur un taux de croissance de 3,2% et un déficit budgétaire de 5,9% du PIB.

Le troisième conseil de gouvernement, sous la présidence de Aziz Akhannouch, a été consacré à l’examen et à l’adoption du projet de loi de Finances 2022.

« Le projet de loi de Finances 2022 table sur un taux de croissance de 3,2%, un déficit budgétaire de 5,9% du PIB et prévoit la création de 250.000 emplois directs en deux ans », est-il annoncé lors d’un point de presse tenu à l’issue du Conseil par le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas, la ministre de l’Économie et des finances, Nadia Fettah Alaoui, et le ministre délégué chargé du Budget, Faouzi Lekjaa.

Selon les responsables gouvernementaux, « ce projet de loi de Finances a été élaboré sur la base de l’hypothèse d’une campagne agricole estimée à 80 millions de quintaux et d’un cours moyen de gaz butane de 450 dollars la tonne ».

« Le PLF, pour l’année à venir, traduit l’orientation du gouvernement à consacrer l’effort social du Royaume », a indiqué le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

Mme Fettah Alaoui a affirmé que ce projet de loi de finances a pour objectif de promouvoir l’emploi, en particulier de la jeunesse, précisant qu’un total de plus de 250.000 postes seront créés durant les deux prochaines années, à partir de 2022, avec un enveloppe budgétaire de 2,25 milliards de dirhams (MMDH). ELle a évoqué également de l’activation de la protection sociale, via l’aide aux personnes en situation de handicap, l’assurance maladie obligatoire au profit des personnes en situation de précarité.

Parallèlement, Mme Fettah Alaoui a souligné que le PLF-2022 accorde une place de choix au capital humain et ce, en priorisant la santé et l’éducation qui profiteront de plus de 9 MMDH, sans préciser s’il s’agit d’investissements, de la part de la protection sociale, ou de la hausse des budgets de fonctionnement.

Pour ce qui est de la réforme de l’administration et de la bonne gouvernance, la ministre a fait savoir que ce chantier permettra d’améliorer les services et de rationaliser la gestion administrative à même de répondre aux ambitions des citoyens, mettant en avant l’effort considérable déployé en matière de l’investissement public via une enveloppe dédiée de 245 MMDH.

Par ailleurs, Mme Fettah Alaoui a indiqué qu’outre le programme « Intelaka », le programme « Al Forssa », qui vise à promouvoir plus de 50.000 jeunes et à créer des opportunités d’emploi, sera mis en œuvre.

De son côté, M. Lekjaa a relevé que les hypothèses d’élaboration du PLF du prochain exercice sont « réalistes », « ambitieuses » et anticipent les futures évolutions aux niveaux national et international.

L’élaboration de ce projet de loi, a-t-il soutenu, comprend des mesures portant sur des secteurs sensibles liés aux attentes des citoyens, la bonne mise œuvre de la protection sociale, notamment en matière du passage à la deuxième catégorie de bénéficiaires du régime d’assistance médicale (Ramed) et de l’instauration des procédures de la généralisation des allocations familiales à partir de 2023.

Les grandes orientation de ce PLF ont été annoncées par le communiqué publié à l’issue du Conseil des ministres tenu dimanche 17 octobre. Elles reposent sur les axes suivants :

– La consolidation des bases de la relance de l’économie nationale,  la poursuite de la mise en œuvre du Plan de relance de l’économie nationale ainsi que l’opérationnalisation du Fonds Mohammed VI pour l’investissement, la mise en place de la charte de l’investissement, l’amélioration du climat des affaires et la mise en œuvre de la loi-cadre relative à la réforme fiscale. Des mesures urgentes pour accompagner les jeunes en matière d’emploi, encourager les initiatives des jeunes porteurs de projets dans le domaine agricole, insuffler une nouvelle dynamique au programme « Intilaka », à travers le lancement d’un nouveau projet « Al Forssa » qui vise à financer les projets des jeunes, sans conditions préalables.

– Le renforcement des mécanismes d’inclusion et l’avancement dans la généralisation de la protection sociale. Outre la poursuite de la mise en œuvre de la généralisation de l’Assurance maladie obligatoire (Amo) de base, au profit des travailleurs non-salariés, l’année 2022 marquera le lancement de la deuxième phase de ce grand chantier, portant sur l’élargissement de la population bénéficiaire aux catégories vulnérables et pauvres, bénéficiant actuellement du Régime d’assistance médicale (Ramed).

– Le renforcement du capital humain, en prenant les mesures nécessaires visant à permettre à l’école publique de retrouver son double rôle de transfert du savoir et de promotion sociale. Le gouvernement œuvrera au lancement d’une réforme profonde du système de santé, de manière à réhabiliter ce secteur et à accompagner le chantier de la généralisation de la protection sociale.

– La réforme du secteur public et le renforcement des mécanismes de gouvernance, à travers l’accélération de la mise en œuvre du chantier de la régionalisation avancée, la mise en place des mesures nécessaires pour la concrétisation des dispositions de la loi-cadre relative à la réforme des Établissements et Entreprises publics, et l’opérationnalisation de l’Agence nationale de la gestion stratégique des participations de l’État.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CFG Bank : Avis de réunion valant convocation des actionnaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.