Arancha González Laya mise en cause par son ancien directeur de cabinet dans l’affaire Ghali

Arancha González Laya mise en cause par son ancien directeur de cabinet dans l’affaire Ghali

Le 14 septembre 2021 à 12h46

Modifié le 14 septembre 2021 à 15h08

L'ancien directeur de cabinet d'Arancha González Laya, Camilo Villarino, a assuré au juge dans le cadre de l'affaire Ghali, entré en Espagne sans se soumettre au contrôle des passeports ni aux douanes, que c'est l'ancienne ministre des Affaires étrangères, Arancha González Laya, qui a donné l'ordre d'accueillir Ghali, bien qu'il ne croit pas que la décision ait été prise par elle, rapporte La Razon.

Elle a donné l’ordre, comme l’a déclaré Camilo Villarino, seulement 48 heures avant que son avion n’atterrisse sur la base militaire de Saragosse et lui a demandé que l’opération soit menée avec « discrétion » et furtivité, rapporte La Razon, citant des sources légales.

Les deux accusations populaires dans l’affaire veulent maintenant que le juge de Saragosse enquêtant sur les événements, le magistrat Rafael Lasala, appelle González Laya elle-même comme accusée, poursuit la même source.

Lors de sa comparution devant le juge dans le cadre d’une enquête, le diplomate a expliqué avoir reçu le 16 avril un appel de González Laya l’informant de l’arrivée de Brahim Ghali et de son fils, précisant que le leader du polisario avait un passeport diplomatique.

Deux jours plus tard, le 18 avril, González Laya a informé son directeur de cabinet qu’il avait été décidé d’autoriser son entrée en Espagne et l’a chargé de gérer toutes les procédures nécessaires (en lui fournissant les numéros de téléphone des autorités algériennes et de La Rioja – pour traiter son transfert en ambulance vers un hôpital de Logroño), mais le faire avec « discrétion », secret et réserve.

L’ancien « numéro deux » de Laya relativise par la suite en déclarant au juge : « Je ne pense pas qu’elle ait pris la décision seule ». « La ministre me dit alors qu’il a été décidé, elle ne me dit pas qui a décidé, d’admettre Ghali en Espagne et me demande de m’occuper de l’instrumentation logistique de son arrivée », rapporte La Razon dans un autre article.

Pour sa part, le deuxième chef d’état-major général de l’armée de l’air, Francisco Javier Fernández Sánchez, a déclaré au juge : « Je suis un militaire et je suis les ordres. Je ne remets pas en cause ce que me dit le ministère des Affaires étrangères ».

« Nous sommes régis par la discipline et la hiérarchie. Un ordre n’est pas contesté ».

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.