Justice. Le plan de sauvegarde Stroc Industrie reste valide

Sara Ibriz | Le 31/8/2021 à 16:59
La demande de résolution du plan de sauvegarde de Stroc Industrie a été rejetée par le tribunal de commerce de Casablanca. La société cotée en bourse s'est acquittée de sa dette envers ses anciens salariés.

Le 29 juillet dernier, le tribunal de commerce de Casablanca a rejeté la demande d’anciens salariés, créanciers de Stroc Industrie, visant à annuler le plan de sauvegarde de la société cotée en bourse.

Selon une source bien informée, « Stroc Industrie a, après l’ouverture du dossier, versé les sommes dues à ses anciens salariés. Ils n’avaient aucune raison de poursuivre la procédure. Le tribunal a donc rejeté la demande », précise-t-on.

« La société a également affirmé qu’elle honorera ses engagements envers ces créanciers. A défaut, ils seront contraints de faire à nouveau appel à la justice. Leur objectif n’est pas d’entraver la procédure mais uniquement de percevoir leurs dus », ajoute la même source.

Pour rappel, fin mai 2021, d’anciens salariés de Stroc Industrie, géant du secteur métallurgique, ont eu recours à la justice pour demander la résolution du plan de sauvegarde, en dénonçant la non application de ce dernier.

Source : medias24.com

En effet, dans un précédent article de Médias24, une source proche du dossier nous expliquait les raisons de ce recours. Selon elle, “ces anciens cadres de la société n’ont pas reçu leur dû, conformément à ce qui a été convenu dans le plan de sauvegarde, pas même une partie de leurs salaires non perçus”.

En cas de résolution du plan de sauvegarde, la société, qui est la première à avoir bénéficié de la procédure de sauvegarde judiciaire, risquait de voir le statut de sauvegarde commué en un redressement ou une liquidation judiciaire et donc de basculer vers une procédure différente et plus longue.

>> Lire aussi: Stroc Industrie: D’anciens salariés demandent la résolution du plan de sauvegarde

>> Lire aussi: Sauvegarde judiciaire: Encore trop tôt pour faire le bilan d’une procédure toujours méconnue (experts)

lire aussi
  • | Le 3/10/2022 à 15:44

    Les bénéfices semestriels des banques cotées dépassent le niveau d’avant-crise

    Les bénéfices enregistrés par les banques cotées à la Bourse de Casablanca, au titre du premier semestre 2022, ont dépassé pour la première fois ceux enregistrés au premier semestre 2019. Un directeur au sein d'une société de recherche de la place souligne la résilience des banques face à la crise, et liste les facteurs qui y ont contribué.
  • | Le 2/10/2022 à 11:42

    Banques cotées : amélioration du coût du risque et progression des bénéfices au S1-2022

    Légère évolution de l’activité commerciale, amélioration du coût du risque, hausse de 10% du résultat net part du groupe... Voici comment ont évolué les principaux indicateurs des banques cotées à la bourse de Casablanca.
  • | Le 1/10/2022 à 13:55

    Le cash en circulation demeure stable à fin août 2022

    Le cash en circulation demeure stable d’un mois à l’autre mais affiche une hausse de 22,6 milliards de dirhams par rapport à août 2021. Les dépôts bancaires progressent légèrement par rapport à juillet 2022. Sur une année glissante, ils augmentent de 52 MMDH.
  • | Le 30/9/2022 à 16:10

    Alliances : le RNPG progresse de 77% à fin juin

    Le groupe a pu améliorer son résultat grâce à la bonne maîtrise de ses charges et à la hausse des marges opérationnelles. Le carnet de commandes s'élève à 3,1 MMDH.
  • | Le 30/9/2022 à 8:58

    Ciments du Maroc : baisse de 18% du résultat net

    Le chiffre d’affaires a été maintenu par rapport à la même période en 2021 grâce à la bonne tenue des ventes de clincker à l’export et des matériaux de construction. La hausse des coûts de production, notamment de petcoke, a rogné sur les marges et le résultat net.
  • | Le 29/9/2022 à 18:14

    TGCC en accord avec son business plan, évoque sa lutte contre l’inflation des intrants

    Lors de sa conférence de presse, le management du groupe a exposé les bons résultats du premier semestre et a décrit les moyens mis en œuvre pour lutter contre la hausse du prix des intrants. TGCC n’a pas caché ses ambitions continentales, indiquant que des projets d’envergure seraient annoncés d’ici la fin de l’année. Son chiffre d’affaires dans cette zone devrait tripler d’ici deux ans.