La sécurité au travail au centre d’une convention entre le GIPSI, la FNS et le ministère de la Santé

Les trois entités ont signé une convention de partenariat pour la santé et la sécurité au travail, afin de mettre en place dans les entreprises des techniques et des pratiques organisationnelles, notamment des campagnes de sensibilisation contre certaines grandes pathologies, qui soient favorables à la santé et à la sécurité.

La sécurité au travail au centre d’une convention entre le GIPSI, la FNS et le ministère de la Santé

Le 10 mai 2021 à 16h31

Modifié 10 mai 2021 à 17h19

Les trois entités ont signé une convention de partenariat pour la santé et la sécurité au travail, afin de mettre en place dans les entreprises des techniques et des pratiques organisationnelles, notamment des campagnes de sensibilisation contre certaines grandes pathologies, qui soient favorables à la santé et à la sécurité.

Le Groupement interprofessionnel de prévention et de sécurité industrielle (GIPSI), la Fédération nationale de la santé (FNS) et le ministère de la Santé ont signé une convention de partenariat pour la santé et la sécurité au travail. Elle a été signée à l’automne 2020 mais vient tout juste d’être annoncée, à l’occasion de la 15e édition du Forum national de la santé et de la sécurité au travail, le 4 mai dernier. Objectif : promouvoir et améliorer de façon durable la santé et la sécurité au travail, et mobiliser des organismes pour s’approprier des techniques et des pratiques organisationnelles qui y soient favorables. La convention est conclue pour une durée de cinq ans et est renouvelable par tacite reconduction.

Pour le GIPSI, l’objectif est aussi de « créer un pont » entre le monde de l’entreprise et de l’industrie et le ministère de la Santé. « Dans le monde de l’entreprise, nous n’avons pas de passerelle avec le ministère de la Santé. Nous travaillons effectivement avec d’autres ministères, notamment celui du Travail, de l’Industrie et de l’Agriculture, mais nous n’avions pas de cadre qui nous permette de coopérer de manière plus directe avec le ministère de la Santé et la Fédération nationale de la santé. Avec le Dr Moulay Saïd Afif, nous avons pensé qu’il serait pertinent d’établir une connexion entre le GIPSI, c’est-à-dire les milieux industriels, et le ministère de la Santé », nous explique Mohamed Fikrat, président du GIPSI.

Et d’ajouter : « L’objectif est de contribuer à l’organisation de programmes communs, notamment en termes d’accompagnement et de formation des médecins du travail, et d’être partie prenante dans certaines actions. Par exemple, la vaccination est actuellement prise en charge par les autorités de santé, mais nous aurions pu imaginer un schéma dans lequel les entreprises, à travers leur service de sécurité et de santé au travail, soient beaucoup plus impliquées, dans l’administration des vaccins, mais aussi, plus largement, dans le contrôle des maladies, des grandes pathologies. Cette convention élabore justement un cadre qui permette ce type de synergie et d’action entre la FNS, le GIPSI et le ministère de la Santé. »

Élargir la sensibilisation à la santé en général

Pour Mohamed Fikrat, il s’agit aussi de mieux maîtriser les risques au sein de l’entreprise et, par conséquent, d’améliorer les conditions de travail. Il cite un exemple : « En tant que Groupement interprofessionnel de prévention et de sécurité industrielle, nous avons mis en place un service interentreprises de médecine du travail à la disposition des entreprises qui ne peuvent pas avoir leur propre médecin du travail. C’est une sorte de mutualisation mise en place dans la zone industrielle de Ain Sebaa. »

Une autre source jointe par Médias24, proche du GIPSI, explique que « cette convention entend promouvoir la culture de la santé et de la sécurité au travail au sein des organisations, intégrer la valeur de la santé et de la sécurité dans le processus de gestion des organisations, et encourager les organismes, le personnel et le syndicat – toutes les parties prenantes du monde du travail – à collaborer, en vue de créer un climat de travail sain. Il est également question de sensibiliser les salariés sur les risques professionnels et sur l’incidence des maladies non transmissibles, comme l’obésité et le diabète ; pousser la prévention un peu plus loin que les maladies professionnelles ou les problèmes relatifs à la santé en milieu du travail, en organisant par exemple des campagnes de sensibilisation contre le tabagisme au sein des entreprises. En fait, il s’agit d’élargir à la santé en général, et pas à seulement quelques maladies ».

Un comité de pilotage sera chargé de la mise en œuvre, du suivi et de l’évolution de la réalisation des objectifs fixés dans le cadre de cette convention. Il sera notamment habilité à examiner les différentes propositions d’intérêt commun pour la promotion des normes et des démarches de management de la santé et de la sécurité au travail ; formuler des recommandations ou propositions sur les mesures à entreprendre pour le développement et la mise en œuvre des actions arrêtées d’un commun accord ; proposer des solutions à l’amiable aux litiges pouvant surgir lors de l’application des dispositions de la convention ; élaborer des rapports de suivi et de réalisation des actions arrêtées conjointement ; réaliser l’évaluation des programmes et des actions réalisées, et enfin valider les rapports périodiques des réalisations et de suivi ainsi que les évaluations des actions entreprises.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Ciments du Maroc : communiqué post AGO 28 mai 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.