ATK dévoile les détails de la stratégie nationale de vaccination anti-Covid

Bilan sur le vaccin, transport, stockage, système de prise de rendez-vous, ressources humaines et matérielles... Voici les principaux éléments de la stratégie nationale de vaccination anti-Covid exposés par le ministre de la Santé ce mardi 15 décembre au Parlement.

ATK dévoile les détails de la stratégie nationale de vaccination anti-Covid

Le 15 décembre 2020 à 18h38

Modifié 11 avril 2021 à 2h49

Bilan sur le vaccin, transport, stockage, système de prise de rendez-vous, ressources humaines et matérielles... Voici les principaux éléments de la stratégie nationale de vaccination anti-Covid exposés par le ministre de la Santé ce mardi 15 décembre au Parlement.

La date de démarrage de la campagne de vaccination anti-Covid ne sera fixée qu’après réception des premières doses de vaccin. Il peut s’agir du vaccin de Sinopharm ou celui d’AstraZeneca

Premier arrivé, premier utilisé”, déclare Khalid Ait Taleb, ministre de la Santé, de passage devant la commission des secteurs sociaux de la Chambre des représentants, ce mardi 15 décembre. 

Lors de son intervention, le ministre a d’abord rappelé toutes les mesures prises jusqu’à présent dans le cadre de la stratégie de vaccination, avant de présenter les premières conclusions de la phase 3 des essais cliniques du vaccin Sinopharm au Maroc et d’exposer, par la suite, les détails de la préparation et du parcours logistique de la vaccination.

En effet, M. Ait Taleb a listé les effets secondaires observés dans le cadre de la phase 3 des essais cliniques de Sinopharm au Maroc avant de se pencher sur l’organisation de la campagne de vaccination, allant de la réception des vaccins à l’aéroport jusqu’au suivi post-vaccinal, en passant par le transport des doses, la mobilisation des ressources humaines et matérielles ainsi que la procédure de prise de rendez-vous pour la vaccination.

L’absence d’effets secondaires graves reconfirmée 

Si les résultats préliminaires de la phase 3 des essais cliniques de Sinopharm n’ont pas encore été publiés “c’est parce qu’ils portent sur un grand nombre de volontaires. Il faut donc du temps pour analyser toutes les données collectées”, explique M. Ait Taleb. 

Ce dernier précise également qu’il n’est pas possible de publier les résultats préliminaires d’un seul pays, alors que plusieurs ont participé à la phase 3 des essais cliniques. Les premiers résultats porteront sur l’ensemble des Etats participants. 

Chapiteau aménagé pour la phase 3 des essais cliniques de Sinopharm au Maroc

Au Maroc, les premières conclusions ont permis de constater qu’aucun effet secondaire grave n’a été observé. Seuls des effets indésirables bénins ont été enregistrés. 

Il s’agit principalement de céphalées chez 22% des volontaires après réception de la première dose et chez 16% d’entre eux, suite à la seconde. Tandis que 15% des volontaires ont fait état de fatigue après la deuxième injection. 

L’arthralgie, la nausée, le prurit (démangeaisons) ou encore la diarrhée ont été observés chez moins de 10% des patients. La fièvre quant à elle n’a été enregistrée que chez 1,5% des volontaires après réception de la seconde dose. 

De plus, selon les premières conclusions il s’avère que l’efficacité du vaccin est provisoire et que la réponse immunitaire est de courte durée. La sécurité et la tolérance ont été confirmées sur le court terme mais il n’est pas encore possible de se prononcer sur le long terme puisque la phase 3 des essais cliniques est toujours en cours. 


Capital humain: Plus de 25.000 personnes mobilisées 

Rappelons-le, la vaccination gratuite pour tous aura lieu sur 12 semaines 6 jours sur 7 (du lundi au samedi) et sera répartie en 4 périodes de 21 jours avec une cadence quotidienne de 150 à 200 actes vaccinaux par vaccinateur.

Les frontliners seront priorisés (personnel médical, de sécurité, enseignants…). Le reste de la population sera vacciné et la priorité dépendra de l’âge.

La campagne vise la vaccination de plus de 23 millions d’habitants dont 15 millions se trouvent en milieu urbain. C’est pourquoi, près de 7.500 points de vaccination mobiles (sur 9.908 prévus) seront dépêchés en zone rurale, tandis que 2.867 stations de vaccination (fixes) seront mises en place dans le cadre de la campagne de vaccination anti-Covid. 

En tout, 6.663 équipes de vaccination seront mobiles (universités, hôpitaux, usines…). Les ressources humaines ne manquent pas selon le ministre qui annonce un rassemblement important du capital humain en charge de la vaccination. 

Il s’agit de 4.053 médecins dont 1.430 en milieu rural. Mais aussi de 10.468 infirmiers dont plus de la moitié en zone urbaine ainsi que le personnel administratif qui s’élève à plus de 14.000 personnes. Sans oublier le personnel qui ne fait pas partie du secteur de la santé pour arriver à un total de 25.631 personnes mobilisées avec possibilité de faire appel aux médecins du secteur privé, aux étudiants en médecine, aux établissements des professions médicales ou encore au Croissant-Rouge etc., pour mener à bien cette opération, mais aussi pour assurer le suivi post-vaccinal. 

Et dans ce sens, le Maroc s’est préparé à toutes les éventualités, notamment à diverses commissions créées, dont l’une composée de représentants du ministère de la Santé et du ministère de l’Intérieur. Elle se réunit quotidiennement, selon M. Aït Taleb, pour se préparer à la campagne de vaccination anti-Covid notamment au niveau pratique de l’opération.

Aussi, une commission technique a été créée pour préparer des guides techniques et veiller à la composition des équipes de vaccination avant le lancement de l’opération. Mais aussi une commission du médicament pour encadrer l’opération d’autorisation du vaccin dans tout le Royaume, ainsi qu’une commission logistique chargée d’évaluer les ressources logistiques disponibles et celles qu’il est nécessaire d’acquérir, une commission de communication pour préparer la stratégie nationale de communication afin d’assurer que toute la population cible bénéficie du vaccin et enfin, une commission de suivi et évaluation chargée de préparer un plan et des mécanismes de suivi des personnes vaccinées pendant et après la vaccination. 

Par ailleurs, le ministre a précisé que « toutes les autorités décentralisées au niveau des régions et des provinces sont prêtes et disposent d’une stratégie de vaccination ainsi que d’une vision sur la gestion de l’opération ».

En effet, « 90% des plans provinciaux en matière de transport, stockage, logistique et de ressources humaines sont en cours de coordination avec les autorités locales ». 

De l’aéroport au point de vaccination: Un suivi en temps réel

En cas de perturbations empêchant l’atterrissage des avions transportant les doses de vaccins, sur la piste de l’aéroport Mohammed V à Casablanca, celui de Marrakech a été choisi comme plan B pour assurer l’arrivée des vaccins dans les meilleures conditions. 

Dès leur réception, ils seront déposés dans la régie autonome des frigoriphiques de Casablanca (RAFC) à Hay Moulay Rachid qui a une capacité de stockage de 25 millions de doses

Les vaccins seront distribués de manière à assurer un démarrage simultané de l’opération et garantir ainsi une équité entre les régions du Royaume. Pour ce faire, des vols internes ont été programmés pour acheminer les vaccins vers les villes les plus éloignées (Laâyoune, Oujda, etc.) et 14 camions de 25 tonnes ont été prévus pour transporter les vaccins en plus des grossistes qui ont des chaînes de distribution dans les provinces, auxquels il a été fait appel.

La température des vaccins sera contrôlée grâce à 17.000 détecteurs de température et leur cheminement sera suivi en temps réel via GPS.  

Dans ce sens, le Maroc a acquis 329 armoires frigorifiées, 1.029 réfrigérateurs, 263 congélateurs, 2.084 caisses isothermes, 3.434 portes vaccins, 60.698 accumulateurs de froid et 4.746 thermos. 

En matière de conditionnement, le ministre explique qu’il existe des vaccins en seringues finies (pré-remplies), ceux en flacons multidoses (de 5 ou de 10 doses). Au Maroc, seront utilisés des flacons de 10 doses. Il faudra donc assurer les seringues nécessaires pour les injections et toutes les nécessités liées à la protection puisque cette opération sera menée en pleine pandémie.

Parmi ces nécessités figurent 702.000 unités de combinaisons de protection individuelles, 66.000 flacons de 500 ml de gel hydroalcoolique ou encore 70.000 boites de 100 unités de gants d’examen en latex.  

Par ailleurs, dans l’éventualité que des réactions allergiques ou des chocs anaphylactiques surviennent à la suite de l’injection, des quantités suffisantes d’adrénaline (20.000 injection de 1mg) et d’hydrocortisone (20.000 injections de 100mg) ont été prévues pour garantir une intervention d’urgence, en cas de besoin.

Préinscription en ligne, prise de rendez-vous: Que doit faire le citoyen ? 

Afin d’assurer une communication idéale, des capsules vidéo de sensibilisation et d’explication seront réalisées et de nombreux services seront mis à la disposition des citoyens. Il s’agit de la création d’un portail électronique dédié à la campagne de vaccination anti-Covid, mais aussi d’une ligne téléphonique pour répondre aux interrogations des citoyens sur l’opération de vaccination. 

Afin d’organiser cette dernière, un système de prise de rendez-vous sera mis en place. Celui-ci nécessite une pré-inscription obligatoire que les citoyens disposant de cartes nationales ou de cartes de résidence pourront effectuer en ligne. Ceux qui ne disposent pas de CNIE ou de cartes de résidence devront s’enregistrer auprès des autorités locales du lieu de résidence.

Suite à la préinscription, un SMS leur sera envoyé du “1717” précisant le rendez-vous de vaccination (date et lieu). 

“Pareil pour la deuxième dose. Les citoyens seront prévenus en amont”, indique le ministre. 

Ce dernier précise également que « suite à la vaccination, un document sera remis à chaque individu vacciné, contenant un QR code. Ce document doit être impérativement gardé par le concerné car il sera amené à le présenter en cas de besoin ». 

L’intérêt de ce dispositif est, selon M. Ait Taleb, “d’avoir une base de données des personnes qui vont bénéficier de la vaccination”. Ces données portent sur le nom, prénom, l’âge, le genre, l’adresse, le numéro de téléphone et l’adresse électronique. 

Pour observer l’apparition d’éventuels effets secondaires, un suivi à distance des personnes vaccinées sera effectué soit par la personne concernée, soit par un membre du personnel de la santé et ce, à travers l’application “jawaz siha” (Passeport santé) et la plateforme “yakada liqah” (veille vaccin). 

A noter que pour gérer ces opérations, toutes les équipes de vaccination ont été munies de tablettes

>> Lire aussi: 

Covid. Ce qu’il faut savoir sur le vaccin AstraZeneca que le Maroc utilisera

Le procédé de fabrication du vaccin Sinopharm est sûr (experts marocains)

Essais du vaccin chinois au Maroc: Entretien exclusif avec l’investigateur principal

Le détail de la stratégie de vaccination dans la région Casablanca-Settat (Dr Rmili)

A lire aussi


Enfants « illégitimes » : Les militantes féministes fustigent la décision de la cour de Cassation

Trois militantes féministes et un sociologue réagissent à la décision de la cour de Cassation, qui a estimé qu’un enfant « illégitime » n’est aucunement lié au père biologique, ni par la filiation parentale, ni par la filiation paternelle. Ils dénoncent une décision qui protège les intérêts et les privilèges des hommes, au détriment de ceux des femmes et des enfants.

Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Mutandis – Résultats Annuels 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.