Pourquoi la Bourse de Casablanca a réagi positivement aux décisions de Bank AL-Maghrib

M. Ett. | Le 18/6/2020 à 15:02

Le MASI a bondi de 3,51% au lendemain de l’annonce de la baisse du taux directeur. Selon Bachir Tazi, directeur de CFG Bank Capital Markets, les décisions de la Banque centrale ont trois impacts mécaniques expliquant la hausse du marché actions. Analyse.

Au lendemain de l’annonce par Bank Al-Maghrib de la baisse du taux directeur de 50 pbs qui a eu lieu mardi 16 juin, le MASI, principal indice de la cote casablancaise, a gagné 3,51% en une séance de cotation pour se situer à 10.438,48 points.

Cette hausse a été accompagnée d’un volume de 276,30 millions de DH, légèrement en hausse en comparaison avec les volumes drainés au cours de ces dernières semaines.

La baisse du MASI cumulée depuis le début de l’année en cours -en grande partie depuis le déclenchement de la crise du Covid-19- a été réduite pour s’établir à 14,24% à la clôture de la séance du mercredi 18 juin. Le MASI a néanmoins cédé 0,50% à la clôture de la séance de ce jeudi 18 juin. 

Evolution du MASI

Graph MASI


Qu’est-ce qui explique la forte hausse du MASI en une seule séance ? Bachir Tazi, directeur de CFG Bank Capital Markets, nous confirme que « la hausse du marché boursier est liée aux décisions de Bank Al-Maghrib. Le marché avait déjà anticipé la décision de la baisse du taux directeur, depuis quelque temps. Mais, ce qui explique l’accélération de la hausse d’hier, c’est l’amplitude de la baisse du taux directeur ». 

Et d’expliquer : « A priori, le consensus du marché s’attendait à une baisse limitée à 25 pbs et non pas à 50 pbs. La banque centrale procédait toujours par de petites baisses du taux. C’était donc une très bonne surprise pour le marché ». 

De plus, « le marché ne s’attendait pas à une suppression de la réserve obligatoire des banques. Cela aussi a surpris les investisseurs ». 

La hausse du MASI traduit « un effet mécanique plus que psychologique. Il est purement fondamental », souligne notre interlocuteur. 

Trois impacts mécaniques des décisions de la Banque centrale

Selon Bachir Tazi, les annonces de la Banque centrale ont trois effets mécaniques expliquant la hausse du marché actions : 

> Impact économique : amélioration des conditions de financement des entreprises et contribution à la relance économique

« Une baisse du taux directeur veut dire qu’il va y avoir une baisse du taux de sortie du système bancaire vers l’économie réelle. C’est un outil qui favoriser une relance économique dans le contexte actuel. On améliore ainsi les conditions de financement en réduisant le taux de financement de l’entreprise », explique notre interlocuteur. 

> Renforcement de l’attractivité de la bourse : un spread supplémentaire entre le rendement du marché obligataire et celui du le marché actions

Bachir Tazi explique que « quand on a une baisse du taux directeur, cela induit une baisse des taux du marché obligataire en général, ce qui crée un spread supplémentaire entre le rendement actions et le rendement taux. Cela rend le marché actions plus intéressant en comparaison avec le marché obligataire ». 

« Quand le taux directeur était à 2%, les taux sur le marché obligataire étaient à 2,40% – 2,50%, les investisseurs sur le marché actions cherchaient des rendements supérieurs à 3,5% – 4,2%. Ils cherchaient des spreads de minimum 100 points à 150 points de base avec les taux des Bons de Trésor pour justifier la prise de risque du marché actions ». 

« Maintenant, avec la baisse du taux directeur, les investisseurs pourront chercher un rendement actions inférieur par rapport à ce qu’ils demandaient auparavant. Ils vont donc revoir leurs ambitions à la baisse de deux manières », continue-t-il.

Les investisseurs vont s’intéresser à des valeurs qui n’offraient pas auparavant un rendement intéressant en comparaison avec d’autres valeurs et avec le rendement du marché obligataire.

Cela devrait donc animer le marché boursier. 

> Remontée mécanique de la valorisation des sociétés cotées : 

« Quand on a une baisse du taux directeur, il y a un impact mécanique sur la valorisation des sociétés cotées. Cela s’explique par le fait que la baisse du taux induit une baisse du coût du capital ce qui crée une remontée mécanique de la valorisation des actions », indique notre interlocuteur.

La hausse du marché pourrait se poursuivre

Selon notre interlocuteur, « à priori, la hausse du MASI pourrait se poursuivre dans les prochains jours pour plusieurs raisons ». 

Et d’expliquer : « d’abord, le marché va chercher un autre équilibre suite à ces nouvelles conditions de taux. Et puis, la hausse pourrait aussi être alimentée par la poursuite de l’amélioration de la situation sanitaire et par la poursuite du déconfinement graduel et, aussi, par l’amélioration progressive de la situation économique ». 

Comme nous avait expliqué Bachir Tazi dans un précédent article, pour réagir, le marché a besoin d’avoir de la visibilité. « Plus l’investisseur a de la matière, plus il va réagir et plus il va anticiper. Si on veut parler d’une tendance moyen et long-terme, c’est clair que les investisseurs ont besoin de visibilité. Celle-ci est liée à plusieurs facteurs notamment des mesures de relance sectorielles ou générales qui pourront être adoptées, la loi de finance rectificative, les projections de la croissance économique, le déficit budgétaire, les résultats semestriels, la situation des réserves de change, etc. Pour le moment, c’est encore trop tôt pour parler d’une reprise du marché ».

>>> Lire aussi : Coronavirus, chute de la Bourse : Bachir Tazi parle de trois épisodes par lesquels le marché doit passer

lire aussi
  • | Le 28/9/2022 à 15:46

    HPS : les leviers de croissance du groupe déclinés par Brahim Berrada

    Le directeur général de HPS revient sur les bonnes performances du groupe qui a affiché une hausse de 83% de ses bénéfices au S1-2022. Il évoque également la croissance dynamique du secteur, qui bénéficiera au groupe dans les années à venir, ainsi que les trois principaux leviers de développement.
  • | Le 27/9/2022 à 15:19

    La bourse dévisse en réaction à la hausse du taux directeur

    Bank Al-Maghrib a relevé son taux directeur de 1,5% à 2%. Elle prévoit une croissance économique flat cette année à 0,8% et une inflation plus persistante et intense que prévu. Elle devrait s’établir à 6,3% cette année et 2,4% en 2023. Les marchés ont mal réagi à ces annonces et la Bourse de Casablanca a dévissé à la clôture, lâchant 1,21% avec une forte accélération des volumes échangés en fin de séance.
  • | Le 27/9/2022 à 14:41

    LafargeHolcim Maroc : des résultats en baisse rognés par la hausse des cours du petcoke

    Le groupe a pu maintenir son chiffre d’affaires grâce à un effet prix positif, mais les volumes de vente ont baissé. 
  • | Le 26/9/2022 à 15:12

    Managem : grâce à l’intégration complète de Tri-K, l’année 2022 sera exceptionnelle

    Au second semestre, le groupe continuera de bénéficier des cours élevés de certains métaux de base et jouira particulièrement de la hausse de la production de Tri-K dans la production totale. 
  • | Le 22/9/2022 à 14:59

    Label’Vie : de bonnes perspectives en 2022 et des bénéfices en hausse liés à l’OPCI

    Selon la société de recherche BKGR, le distributeur devrait afficher un TCAM de 7,6% sur la période 2022-2031. Et ce, grâce à l’expansion de son réseau et au changement progressif des modes de consommation des Marocains vers la distribution moderne. L’OPCI Terramis et la plus-value constatée cette année amélioreront le résultat net, anticipé en progression de 15,9% à 472 MDH.
  • | Le 21/9/2022 à 15:44

    Matériel informatique : Disway se démarque en bourse, mais ralentie par le marché

    La valeur se démarque des autres valeurs du secteur “matériels, logiciels et services informatiques” en bourse. En revanche, elle fait face à des conditions plus compliquées de marché avec une demande en retrait sur le retail.