χ

Traitements anticancéreux: Les produits biosimilaires de Sothema ont fait baisser les prix de 75% au Maroc

Sothema passe à la phase de fabrication au Maroc de produits anticancéreux issus de la biotechnologie qui nécessite un investissement total de 200 MDH. L'unité de production a été inaugurée ce lundi 28 janvier à Bouskoura. 

Traitements anticancéreux: Les produits biosimilaires de Sothema ont fait baisser les prix de 75% au Maroc

Le 28 janvier 2019 à 16h34

Modifié 11 avril 2021 à 2h51

Sothema passe à la phase de fabrication au Maroc de produits anticancéreux issus de la biotechnologie qui nécessite un investissement total de 200 MDH. L'unité de production a été inaugurée ce lundi 28 janvier à Bouskoura. 

Le Laboratoire Sothema a inauguré ce lundi 28 janvier l’extension de son usine à Bouskoura à travers la mise en place de trois nouvelles unités. Il s’agit de: 

– L’unité de production des produits anticancéreux biosimilaires.

– L’unité de fabrication de sérums dont la capacité a été doublée pour suivre la demande du Maroc qui est en constante progression. C'est un investissement de 80 MDH et une centaine de nouveaux emplois.

– Une centrale de biomasse pour produire de l’énergie verte. 

Mais le projet qui a focalisé toute l'attention reste celui de la production des médicaments anticancéreux issus de la biotechnologie. 

« C'est une première au Maroc et en Afrique. Comme vous le savez, ce sont des traitements très onéreux et les produire au Maroc est une avancée pour notre pays. Elle permet la sécurité sanitaire et surtout l'accessibilité des traitements », affirme Lamia Tazi, directrice générale de Sothema en présence des ministre de la Santé et de l’Industrie qui ont présidé la cérémonie d’inauguration des unités. 

L’inauguration de cette unité est l’aboutissement d’un projet qui a démarré en 2016 lors de la signature d’une convention de partenariat entre Sothema et l’entreprise russe Biocad en marge de la visite royale en Russie. 

Ce partenariat de transfert de technologie permet au Maroc de rejoindre le cercle des pays producteurs des médicaments issus de la biotechnologie. « C'est une technologie qui n'est pas facile. Les multinationales européennes et américaines l'ont, mais n'acceptent pas de la partager. Nous avons eu la chance de nouer ce partenariat avec un laboratoire russe qui partage nos valeurs. Ils ont développé cette technologie eux-mêmes parce que la taille de leur marché leur permet un investissement aussi important », confie Lamia Tazi à Médias24 en marge de la conférence d’inauguration. 

"À terme, la matière première sera fabriquée au Maroc"

Biocad accompagne donc le Marocain Sothema pour maîtriser cette technologie et cela se fait en trois phases pour un investissement total de 200 MDH et une centaine d’emplois créés. 

« La première phase a consisté à ramener le produit déjà fait et à le répartir (mise en flacon) tout en assurant les phases de contrôles biotechnologiques et recherches cliniques », nous explique Lamia Tazi. 

De ce fait, le produit était disponible sur le marché depuis mai 2018 avec deux références : 

– Ypeva: indiqué notamment dans le traitement des cancers du sein, du col de l’utérus, de l’ovaire, du rein, du cancer colorectal et celui du poumon ;

– Zelva: indiqué principalement dans le traitement des lymphomes non hodgkiniens et de la leucémie lymphoïde chronique.

La deuxième phase, en cours de déploiement par l’entreprise marocaine consiste en la fabrication elle-même. « Nous ramenons la matière première pure et on procède à la formulation et la répartition et évidemment tout le processus est contrôlé », explique la directrice générale. 

La troisième phase qui sera plus tardive, "consiste en la fabrication de la matière première au Maroc". 

Les prix divisés par quatre

En plus du gain technologique annoncé pour l’industrie marocaine, il y a un important gain en termes de prix. « La cure coûtait 24.000 DH, aujourd’hui elle ne coûte plus que 6.000 DH. C’est quatre fois moins cher et donc quatre fois plus de patients traités pour le même budget», affirme Lamia Tazi. 

C’est le fait de la concurrence. L’arrivée des produits de Sothema sur le marché a poussé le principal laboratoire qui détenait d’importantes parts de marché à revoir à la baisse ses prix. 

Par ailleurs, Sothema pourra vendre ses produits 30% moins cher que les princeps selon les décrets de fixation des prix. En d'autres termes, 4.200 DH la cure.

La DG du laboratoire pharmaceutique assure qu’autorités et médecins ont très bien accueilli leurs produits. Qu’en est-il alors des appels d’offres du ministère de la Santé ?

« Nous avons participé aux appels d'offres et nous avons constaté que depuis notre lancement, les produits qui étaient seuls sur le marché ont drastiquement baissé leurs prix pour gagner les appels d'offres. Nous concernant, on se bat. Ce n’est peut-être pas le nôtre qui est passé dans certains cas, c'est celui du concurrent. Mais c'est la compétition », explique notre interlocutrice. 

>> Lire aussi : Cancer: Un appel d'offres du ministère de la Santé suscite des interrogations  

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

S2M : Communiqué Financier des Résultats 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.