χ

Crédit bancaire: le ralentissement persiste à fin septembre

Le crédit bancaire au Maroc enregistre une petite augmentation de 2,5% à fin septembre 2018 par rapport à la même période en 2017. Les prêts aux entreprises privées affichent une croissance molle de 1,1%.

Crédit bancaire: le ralentissement persiste à fin septembre

Le 30 octobre 2018 à 17h15

Modifié 11 avril 2021 à 2h49

Le crédit bancaire au Maroc enregistre une petite augmentation de 2,5% à fin septembre 2018 par rapport à la même période en 2017. Les prêts aux entreprises privées affichent une croissance molle de 1,1%.

Le crédit bancaire croît toujours à un rythme très lent. Selon les statistiques monétaires à fin septembre 2018 que Bank Al-Maghrib a publiées ce mardi 30 octobre, l’encours des prêts s’établit à 851,4 milliards de DH, en hausse de 2,5% par rapport à la même période de 2017. C’est largement inférieur aux réalisations de 2017 et 2016 ainsi qu’aux prévisions de BAM pour toute l’année 2018.

Les crédits aux entreprises non financières font quasiment du surplace: +1,1%, à 345 milliards de DH. Cette situation préoccupe au plus haut degré le wali de la Banque centrale, les banques et le patronat qui devaient se réunir depuis le début de l’année pour tenter de trouver des pistes de relance. Cette réunion devrait avoir lieu au cours des prochains mois.

Pour leur part, les prêts aux ménages affichent une hausse modérée de 3,8%, à 325 milliards de DH.

L’évolution de ces deux principales catégories de crédits (+2,5%) est inférieure aux prévisions de BAM qui tablait en septembre dernier sur une croissance du crédit au secteur non financier de 4% en 2018 après 3,8% en 2017 et 3,9% en 2016.

A l’opposé, le financement du secteur public croît toujours à un rythme élevé: +11%, à 70,8 milliards de DH. La poursuite de cette tendance inquiète, compte tenu du niveau d’endettement des principales entreprises publiques.

Enfin, les prêts aux sociétés financières affichent carrément une baisse de 1,4%, à 110,3 milliards de DH.

Par objet économique, les crédits immobiliers font une petite croissance de 3%, à 262 milliards de DH, dont +2,3% pour les promoteurs immobiliers (60 milliards de DH). Ceci reflète la méforme du secteur de la construction.

Les crédits à la consommation réalisent par contre une progression honorable de 5,6%, à 53,6 milliards de DH, portés entre autres par la croissance des ventes automobiles.

Les comptes débiteurs et crédits de trésorerie réalisent +3,1%, à 176,7 milliards de DH, et les prêts à l’équipement augmentent de 4,1%, à 172 milliards de DH. Mais ces réalisations sont davantage boostées par les entreprises publiques.

Enfin, notons que les créances en souffrance (+3,4%) augmentent plus vite que l’encours global du crédit (+2,5%). Leur montant s’élève à 65,6 milliards de DH, soit un poids de 7,7%. Les impayés des ménages (+3,9%) évoluent légèrement plus vite que ceux des entreprises (+3,2%).

 

>>Lire aussi:

Ralentissement inquiétant du crédit bancaire: A peine 1,5% de hausse à fin juin

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

DOUJA PROMOTION : Résultats annuels 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.