Khalid Safir fait le point sur l’état d’avancement du programme d’urgence

C’est une première ! Khalid Safir, le wali de Casablanca, accompagné du maire, Mohamed Sajid, ont tenu, jeudi 17 avril, leur première réunion élargie avec les élus pour présenter l’état d’avancement des différents projets de la ville. Le point…  

Khalid Safir fait le point sur l’état d’avancement du programme d’urgence

Le 18 avril 2014 à 11h55

Modifié 18 avril 2014 à 11h55

C’est une première ! Khalid Safir, le wali de Casablanca, accompagné du maire, Mohamed Sajid, ont tenu, jeudi 17 avril, leur première réunion élargie avec les élus pour présenter l’état d’avancement des différents projets de la ville. Le point…  

Il est environ dix heures lorsque Khalid Safir, à qui revient l’initiative d’avoir organisé la rencontre, ouvre le bal devant un parterre d’élus de tous bords. L’assistance est attentive. Le wali donne d’emblée le «la» : «Cette initiative vise à vous informer et à échanger avec vous autour des projets de la ville.» Les grandes lignes s’articulent autour du programme d’urgence, élaboré au lendemain du discours royal, du 11 octobre 2013.

Les élus, qui dormaient sur leurs deux oreilles, se sont en effet empressés tracer un plan censé sortir la ville de la crise. Plan que l’on peut résumer en trois points :

-          Un diagnostic des priorités et une évaluation générale des problèmes dont souffre la ville ;

-          L’élaboration d’un programme d’urgence pour 2014 ;

-          Une réflexion sur les orientations stratégiques que doit prendre la ville à moyen et long termes (2030).

La réunion a permis de passer en revue les réalisations accomplies durant les dernières années.

Ainsi, nous apprend-on, en l’espace de dix ans – de 2003 à 2013 -, ce sont en tout 342 projets qui ont été achevés, sous le contrôle du Conseil de la région, pour un coût d’investissement global de 1,7 milliard de DH.

C’est l’infrastructure s’accapare la part du lion avec 94 projets, ce qui correspond à la modique somme de 743 M de DH, soit 43 % du coût global. Suivie des projets sociaux – au nombre de 132 – avec quelque 544 M de DH,  puis de la culture, l’enseignement et la formation (40 projets pour 150 M), études – au nombre de 19 pour un coût de 104 M. Exemples de projets réalisés : une Maison des jeunes à Ouled Saleh, dans la province de Nouaceur, un centre social à Hay Hassani, des hôpitaux, des achats d’ambulances et de bus.

Le tourisme, avec l’industrie, restent – hélas – les parents pauvres du programme avec seulement 1,6 MDH d’investissement. 16 projets en tout et pour tout, ce qui ne représente que 1,7 % du budget global.

Comme à l’accoutumée, certains élus, sans pour autant nier le fondement de la politique d’urgence, sont montés  au créneau pour réclamer davantage de transparence. «On est toujours exclus des discussions», maugrée un conseiller. Paradoxalement, nombre de ceux qui dénoncent, à tout bout de champ, l’exclusion dont ils font l’objet n’ont pas jugé utile de participer à la rencontre.

D’autres élus, moins critiques, ont préféré concentrer leurs interventions sur la politique sécuritaire – un peu tirée par les cheveux-, qui défraie la chronique depuis quelques semaines. La réponse de Khalid Safir: «L’objectif n’est pas d’installer un climat de terreur dans certains quartiers mais de garantir la sécurité aux habitants de la ville

D’ailleurs, la ville ne lésine pas sur les moyens pour améliorer ses moyens d’interventions. 110 millions de DH y seront alloués, dont 40 M pour installer 500 caméras de surveillance. Des véhicules de transports seront également acquis – 50 M de DH – pour renforcer la sécurité dans la métropole.

Lorsque la réunion touche à sa fin, Mohamed Sajid lance un message: «Tout le monde veut devenir calife à la place du calife. Il est temps de dépasser les clivages qui handicapent le développement de la ville. Nous sommes tous responsables de l’avenir de Casablanca et nous nous devons de travailler tous la main dans la main pour le bien de la ville.» Voilà qui est clair ! 

Le bilan de Casa Transport, Casa Aménagement et Casa Développement a été également exposé. Une sorte de rappel des principaux projets réalisés par les sociétés de développement local. Mais pas l’ombre d’une information sur les projets Casa Contrôle, Casa Animation et Casa Patrimoine, dont la création devait été approuvée lors de la dernière session ordinaire du Conseil de la ville. «C’est toujours prévu pour la session d’avril», nous répond le maire de Casablanca.

Khalid Safir annonce par ailleurs un partenariat, dont la signature aura lieu la semaine prochaine, entre la ville et le ministère de l’Habitat. Une convention de 23 millions de DH portant sur des projets dans la ville de Mohammedia.

La réunion, qui augure d’une nouvelle ère dans la politique de gestion de la ville, fut globalement bien accueillie. Pourvu que le résultat soit aussi positif que le discours.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

REIM Partners: Publication des valeurs liquidatives des OPCI au titre de 1er semestre et 2ème trimestre de l’année 2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.