χ

Echanges Maroc-Turquie : le déficit commercial atteint 1,89 milliard de DH

Les Turcs exportent vers le Maroc 2,6 milliards de DH. Camions, produits métallurgiques et textiles arrivent en tête des produits importés de Turquie.

Echanges Maroc-Turquie : le déficit commercial atteint 1,89 milliard de DH

Le 2 juin 2013 à 12h18

Modifié 2 juin 2013 à 12h18

Les Turcs exportent vers le Maroc 2,6 milliards de DH. Camions, produits métallurgiques et textiles arrivent en tête des produits importés de Turquie.

Depuis l'entrée en vigueur en 2006 de l'accord de libre-échange, offrant au Maroc et à la Turquie un cadre propice pour asseoir un partenariat durable et renforcer les échanges commerciaux respectifs et les flux d'investissements, la valeur du commerce extérieur entre les deux pays a enregistré une nette amélioration, estimée à 100 pc au cours des cinq dernières années avec une diversification notable des produits.

A fin mars 2013, la valeur des importations marocaines en provenance de la Turquie a atteint 2,66 milliards de dirhams (MMDH), alors que les exportations marocaines vers la Turquie peinent à franchir la barre de 768 millions de dirhams (MDH), selon les statistiques provisoires de l'Office des changes.

Le déficit commercial Maroc-Turquie a dépassé, ainsi, les 1,89 MMDH à fin mars 2013, selon la même source.

Les importations marocaines en provenance de la Turquie sont diversifiées. Elles sont composées principalement de voitures industrielles (318MDH), des demi-produits en fer ou en aciers non alliés (196 MDH) et des tissus et fils de coton (190 MDH).

En revanche, l'offre exportable marocaine reste limitée et peu diversifiée. Elle se compose essentiellement des voitures de tourisme (362 MDH) du phosphate (114 MDH) et de l'acide phosphorique (88 MDH).

Toutefois, le taux de couverture du commerce extérieur de la Turquie avec le Maroc s'élève à environ 30 pc.

La Turquie, qui dispose d'une économie émergente en plein essor, figure au 14e rang parmi les clients du Maroc et occupe la 11e place parmi les fournisseurs du Royaume.

Les échanges commerciaux bilatéraux ne reflètent pas le potentiel productif et les nombreuses opportunités offertes par les économies respectives des deux pays, a affirmé le conseiller commercial de l'ambassade de la Turquie au Maroc, Selami Inecekara, précisant que le déficit commercial enregistré par le Maroc ne représente pas grand-chose par rapport aux autres pays avec lesquels le Maroc est lié avec un accord de libre-échange (ALE).

Cette situation nous incite à multiplier les efforts aussi bien au niveau gouvernemental qu'au niveau du secteur privé afin de développer le commerce sur une base mutuellement avantageuse, dynamiser l'investissement entre les deux pays et permettre une relance qualitative des relations économiques dans une perspective gagnant- gagnant, a-t-il ajouté.

"Aujourd'hui, on recense plus de 75 entreprises turques de différentes tailles installées au Maroc, dont 7 sociétés opérant dans le secteur de la construction et gérant 25 projets d'un total de 2,13 milliards de dollars", a affirmé M. Inecekara.

"Les 75 entreprises implantées au Maroc ont investi un total de 250 millions de dollars et emploient environ 6.200 marocains", a-t-il précisé.

Les turcs ambitionnent de porter les flux bilatéraux à 3 milliards de dollars à l'horizon 2015, d'augmenter l'investissement des firmes turques au Maroc à 1 milliard de dollars et d'embaucher 10.000 Marocains.

La gamme de produits turcs importés est très variée, composée de fournitures et d'équipements industriels dont l'acier et le fer, de véhicules et de tracteurs agricoles, en passant par l'électroménager et autres pièces de rechange, sans pour autant oublier les produits d'ameublement, d'habillement et de confiserie qui inondent les étals des grandes et petites surfaces et grignotent chaque jour de nouvelles parts de marché.

La stratégie offensive déployée par les enseignes turques constitue le secret magique de leur succès. Les entreprises turques ont une règle triangulaire, simple mais efficace qui consiste à "bien faire avec le moindre coût et le plus vite possible". Elles assurent un niveau supérieur de qualité, se contentent d'un niveau minimum de marge de bénéfices et veillent au respect strict des délais de livraison.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

BMCI : Communiqué du Conseil de Surveillance 

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.