ONCF: "Nous sommes prêts pour un redémarrage à 100%, tout dépend des autorités"

L’ONCF a annoncé, ce jeudi 28 mai, la reprise progressive du trafic ferroviaire à partir du 1er juin. Sachant que la compagnie n’évoque que les trains navette rapide, Médias24 a sollicité une source autorisée pour en savoir plus sur l’agenda de retour à un niveau d’activité similaire à celui d’avant la crise.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/28-05-2020/DsHgv9hXoAAaDGS.jpg-oui
ONCF:

Le 28 mai 2020 à 17:55

Modifié le 28 mai 2020 à 21:32

A l’approche du déconfinement officiel, le 10 juin prochain, un communiqué de presse de l'office a annoncé qu'il fera passer, à partir du 1er juin prochain, le nombre de trains navettes rapides de 20 à 40 et qu'il va rouvrir les gares de Rabat-Agdal et Salé-Tabriquet.

La priorité actuelle de l’ONCF, selon une source autorisée, "est de renforcer le programme de l'axe ferroviaire Kénitra Casablanca El Jadida Settat consacré aux navettes domicile-travail".

La reprise passera d'abord par le renforcement de l’offre trains rapides

"Sachant que nous avons senti une progression de la demande, nous avons doublé le nombre de trains tout en respectant les règles de distanciation et le taux d’occupation qui ne doit pas dépasser 50 %.

"Ainsi, sur l'axe Casablanca-Rabat, nous avions 12 trains qui sont passés à 24 et pour El Jadida-Settat, on est passé de 8 à 16 trains ce qui fait qu'au total, l’offre est passée de 20 à 40 trains.

"De plus, l'ensemble des gares marocaines ont été réaménagés avec la mise en place de mesures de distanciation sociale via des marquages à l'intérieur des gares ou sur les quais, sans parler de la mise à disposition de gel hydroalcoolique partout, y compris dans les trains", a rappelé notre interlocuteur.

Interrogé sur la date de reprise du trafic des trains de ligne (Al Boraq et Atlas) qui sont à l’arrêt total, notre source affirme que tout est prêt mais que l’ONCF est suspendu à la décision des pouvoirs publics.

L’ONCF est prête à reprendre le trafic des trains de ligne

"Nous ne savons toujours pas si le 10 juin prochain correspondra à la reprise des liaisons intervilles mais si c’est le cas, nous sommes prêts à faire face à la demande tout en respectant les règles sanitaires.

"S’il est difficile de se prononcer sur la suite des événements, l’ONCF dispose de plusieurs scénarios dont l’application dépendra de l’agenda et du processus de reprise décidés par les pouvoirs publics,

"En fait, si le gouvernement donne son feu vert pour une reprise totale de l'activité le 10 juin prochain, nous sommes en mesure d’effectuer un redémarrage à 100%", révèle notre interlocuteur qui ajoute que l’ONCF pourra s’adapter à tous les niveaux de demande y compris une très forte affluence.

Un rush des voyageurs le 11 juin prochain est exclu

"Même si aucune éventualité n’est écartée, il, nous pensons que la reprise se fera de manière progressive.

"En effet, après 2 mois et demi de confinement, il est peu probable que les gens iront du jour au lendemain, se ruer en masse dans nos guichets puis dans les trains.

"Si beaucoup voudront voyager après une longue période d'enfermement, il y a peu de chances de revenir au même niveau d'activité que début mars dernier car il faudra un peu de temps pour y arriver.

"En effet, sachant que la reprise de l'activité de l'ONCF est liée à celle d’un certain nombre de secteurs économiques comme le tourisme qui mettra du temps à reprendre, il ne faut donc pas s'attendre à ce que le 11 juin prochain, il y ait un rush de passagers.

L’unique priorité est de regagner la confiance des passagers

"Le vrai challenge sera de regagner la confiance d’une bonne partie de nos clients en leur garantissant une sécurité totale au niveau sanitaire dans les wagons qui seront  désinfecté très régulièrement.

"C’est un préalable pour que les gens reviennent car certaines personnes angoissées préféreront être confinés dans leurs voitures plutôt que de partager un wagon avec d'autres personnes inconnues.

"A partir de là, notre seule préoccupation est d’arriver à convaincre notre clientèle traditionnelle que l’ONCF a éliminé tous les risques sanitaires", espère notre interlocuteur."

Le retour à l’activité antérieure n’aura pas lieu avant fin 2020

Sachant que la RAM table sur un retour à une activité normale pas avant l'horizon 2023, une autre question a donc porté sur le délai qu’il faudra à l’ONCF pour revenir au niveau d’activité avant la crise.

"L'activité ferroviaire est différente de l'activité aérienne. En effet, la reprise de son activité est soumise à plus de contraintes comme la date de réouverture du ciel aérien et des frontières internationales qui sera conditionnée par l'évolution de la pandémie dans le monde.

"Si une petite partie de notre activité est liée au tourisme, la compagnie dépend surtout des activités internes à savoir la mobilité économique des personnes et aussi des marchandises à travers le fret.

"C'est donc en fonction de la reprise progressive d’un certain nombre de secteurs économiques que notre activité atteindra son plein régime. Cela mettra un peu de temps mais pas plus de quelques mois".

Aucune hausse de la tarification n’est envisagée

A la dernière question consacrée à une éventuelle hausse des tarifs des tickets de train liée aux investissements en mesures de protection, notre interlocuteur a complètement exclu cette possibilité.

"Ce n'est absolument pas à l'ordre du jour car même si la demande devait s’avérer faible, il est hors de question de toucher à la tarification actuelle", a conclu notre source.

ONCF: "Nous sommes prêts pour un redémarrage à 100%, tout dépend des autorités"

Le 28 mai 2020 à17:55

Modifié le 28 mai 2020 à 21:32

L’ONCF a annoncé, ce jeudi 28 mai, la reprise progressive du trafic ferroviaire à partir du 1er juin. Sachant que la compagnie n’évoque que les trains navette rapide, Médias24 a sollicité une source autorisée pour en savoir plus sur l’agenda de retour à un niveau d’activité similaire à celui d’avant la crise.

A l’approche du déconfinement officiel, le 10 juin prochain, un communiqué de presse de l'office a annoncé qu'il fera passer, à partir du 1er juin prochain, le nombre de trains navettes rapides de 20 à 40 et qu'il va rouvrir les gares de Rabat-Agdal et Salé-Tabriquet.

La priorité actuelle de l’ONCF, selon une source autorisée, "est de renforcer le programme de l'axe ferroviaire Kénitra Casablanca El Jadida Settat consacré aux navettes domicile-travail".

La reprise passera d'abord par le renforcement de l’offre trains rapides

"Sachant que nous avons senti une progression de la demande, nous avons doublé le nombre de trains tout en respectant les règles de distanciation et le taux d’occupation qui ne doit pas dépasser 50 %.

"Ainsi, sur l'axe Casablanca-Rabat, nous avions 12 trains qui sont passés à 24 et pour El Jadida-Settat, on est passé de 8 à 16 trains ce qui fait qu'au total, l’offre est passée de 20 à 40 trains.

"De plus, l'ensemble des gares marocaines ont été réaménagés avec la mise en place de mesures de distanciation sociale via des marquages à l'intérieur des gares ou sur les quais, sans parler de la mise à disposition de gel hydroalcoolique partout, y compris dans les trains", a rappelé notre interlocuteur.

Interrogé sur la date de reprise du trafic des trains de ligne (Al Boraq et Atlas) qui sont à l’arrêt total, notre source affirme que tout est prêt mais que l’ONCF est suspendu à la décision des pouvoirs publics.

L’ONCF est prête à reprendre le trafic des trains de ligne

"Nous ne savons toujours pas si le 10 juin prochain correspondra à la reprise des liaisons intervilles mais si c’est le cas, nous sommes prêts à faire face à la demande tout en respectant les règles sanitaires.

"S’il est difficile de se prononcer sur la suite des événements, l’ONCF dispose de plusieurs scénarios dont l’application dépendra de l’agenda et du processus de reprise décidés par les pouvoirs publics,

"En fait, si le gouvernement donne son feu vert pour une reprise totale de l'activité le 10 juin prochain, nous sommes en mesure d’effectuer un redémarrage à 100%", révèle notre interlocuteur qui ajoute que l’ONCF pourra s’adapter à tous les niveaux de demande y compris une très forte affluence.

Un rush des voyageurs le 11 juin prochain est exclu

"Même si aucune éventualité n’est écartée, il, nous pensons que la reprise se fera de manière progressive.

"En effet, après 2 mois et demi de confinement, il est peu probable que les gens iront du jour au lendemain, se ruer en masse dans nos guichets puis dans les trains.

"Si beaucoup voudront voyager après une longue période d'enfermement, il y a peu de chances de revenir au même niveau d'activité que début mars dernier car il faudra un peu de temps pour y arriver.

"En effet, sachant que la reprise de l'activité de l'ONCF est liée à celle d’un certain nombre de secteurs économiques comme le tourisme qui mettra du temps à reprendre, il ne faut donc pas s'attendre à ce que le 11 juin prochain, il y ait un rush de passagers.

L’unique priorité est de regagner la confiance des passagers

"Le vrai challenge sera de regagner la confiance d’une bonne partie de nos clients en leur garantissant une sécurité totale au niveau sanitaire dans les wagons qui seront  désinfecté très régulièrement.

"C’est un préalable pour que les gens reviennent car certaines personnes angoissées préféreront être confinés dans leurs voitures plutôt que de partager un wagon avec d'autres personnes inconnues.

"A partir de là, notre seule préoccupation est d’arriver à convaincre notre clientèle traditionnelle que l’ONCF a éliminé tous les risques sanitaires", espère notre interlocuteur."

Le retour à l’activité antérieure n’aura pas lieu avant fin 2020

Sachant que la RAM table sur un retour à une activité normale pas avant l'horizon 2023, une autre question a donc porté sur le délai qu’il faudra à l’ONCF pour revenir au niveau d’activité avant la crise.

"L'activité ferroviaire est différente de l'activité aérienne. En effet, la reprise de son activité est soumise à plus de contraintes comme la date de réouverture du ciel aérien et des frontières internationales qui sera conditionnée par l'évolution de la pandémie dans le monde.

"Si une petite partie de notre activité est liée au tourisme, la compagnie dépend surtout des activités internes à savoir la mobilité économique des personnes et aussi des marchandises à travers le fret.

"C'est donc en fonction de la reprise progressive d’un certain nombre de secteurs économiques que notre activité atteindra son plein régime. Cela mettra un peu de temps mais pas plus de quelques mois".

Aucune hausse de la tarification n’est envisagée

A la dernière question consacrée à une éventuelle hausse des tarifs des tickets de train liée aux investissements en mesures de protection, notre interlocuteur a complètement exclu cette possibilité.

"Ce n'est absolument pas à l'ordre du jour car même si la demande devait s’avérer faible, il est hors de question de toucher à la tarification actuelle", a conclu notre source.

A lire aussi


Communication financière

Communiqué post AG 30 juin 2020 - LafargeHolcim Maroc

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.