Les exportations du Maroc chutent de 20% à fin avril

L’impact de la crise du Covid-19 et des mesures de l’état d’urgence sanitaire sur les échanges extérieurs du Maroc est sans précédent à tous les niveaux.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/30-05-2020/TangerMed30.jpg-oui
Les exportations du Maroc chutent de 20% à fin avril

Le 30 mai 2020 à 11:55

Modifié le 30 mai 2020 à 11:55

Les statistiques des échanges extérieurs à fin avril, publiés par l’Office des changes, montrent une chute de 19,7% des exportations, soit 20 milliards de DH en moins. Les importations ont baissé au même rythme : -21,3 milliards de DH (-12,6%)

Sur le seul mois d’avril, la chute est vertigineuse : -47,2% pour les exportations (-12 milliards de DH) et -33% pour les importations (-15 milliards).

Le déficit de la balance commerciale ne s’est pas fortement dégradé : -67,5 milliards de DH à fin avril, soit 1,3 milliard de plus. Mais en comptant la dégradation des recettes voyages, des transferts des MRE et des IDE, l’impact sur la balance des paiements est considérable.

Hormis les phosphates dont les ventes se sont stabilisés, tous les grands secteurs exportateurs ont subi de plein fouet les effets de la baisse de la demande mondiale, de la rupture des chaines logistiques et de l’arrêt de plusieurs activités au Maroc.

L’export automobile a chuté de 39% ou de 11 milliards de DH à fin avril, le textile de 28% (-3,6 milliards), l’aéronautique de 34% (-1,9 milliard) et l’agriculture et agroalimentaire de 7% (-1,8 milliard).

Pour les importations, hormis les céréales dont les achats ont augmenté de 22% (+4 milliards) en raison de la sécheresse, toutes les rubriques affichent des baisses considérables en raison de l’arrêt des investissements et des activités économiques et de la chute de la consommation.

L’import de biens d’équipements s’est effondré de 18% (-7,8 milliards), de produits énergétiques de 22% (-5,7 milliards, effet combiné de la chute des cours et de la consommation), de produits finis de consommation de 15% (-5,4 milliards), et de demi produits de 12% (-4,4 milliards).

Les recettes touristiques ont chuté de 50% en avril

En ce qui concerne les services, les recettes de voyages ont chuté de 13% ou de 3 milliards de DH pour s’établir à 20 milliards. Sur le seul mois d’avril, les recettes ont atteint 3,1 milliards, en chute de 51%. Le secteur a continué à générer des recettes malgré la fermeture des frontières et l’arrêt quasi total de toute l’activité touristique, principalement en raison d’un effet de décalage des encaissements.

Les dépenses de voyages des Marocains à l’étranger ont, quant à elle, quasiment cessé en avril. Sur les 4 premiers mois de l’année, elles ont baissé de 30% ou de 2 milliards de DH pour s’établir à 4,6 milliards.

Pour leur part, les transferts des MRE affichent un recul de 10% à fin avril (-2 milliards de DH). Ils s’établissent à 18,5 milliards de DH. Sur le seul mois d’avril, ils ont baissé de 25%/

Enfin, le flux net des IDE a baissé de 17% à fin avril, soit -1 milliard de DH (un flux de 5,3 milliards). La forte chute des recettes d’IDE (-26% ou -3 milliards) a été atténuée par le recul des dépenses (-38% ou -1,8 milliard). Sur le seul mois d’avril, le flux net des IDE s’est effondré de 56%.

Les exportations du Maroc chutent de 20% à fin avril

Le 30 mai 2020 à11:55

Modifié le 30 mai 2020 à 11:55

L’impact de la crise du Covid-19 et des mesures de l’état d’urgence sanitaire sur les échanges extérieurs du Maroc est sans précédent à tous les niveaux.

Les statistiques des échanges extérieurs à fin avril, publiés par l’Office des changes, montrent une chute de 19,7% des exportations, soit 20 milliards de DH en moins. Les importations ont baissé au même rythme : -21,3 milliards de DH (-12,6%)

Sur le seul mois d’avril, la chute est vertigineuse : -47,2% pour les exportations (-12 milliards de DH) et -33% pour les importations (-15 milliards).

Le déficit de la balance commerciale ne s’est pas fortement dégradé : -67,5 milliards de DH à fin avril, soit 1,3 milliard de plus. Mais en comptant la dégradation des recettes voyages, des transferts des MRE et des IDE, l’impact sur la balance des paiements est considérable.

Hormis les phosphates dont les ventes se sont stabilisés, tous les grands secteurs exportateurs ont subi de plein fouet les effets de la baisse de la demande mondiale, de la rupture des chaines logistiques et de l’arrêt de plusieurs activités au Maroc.

L’export automobile a chuté de 39% ou de 11 milliards de DH à fin avril, le textile de 28% (-3,6 milliards), l’aéronautique de 34% (-1,9 milliard) et l’agriculture et agroalimentaire de 7% (-1,8 milliard).

Pour les importations, hormis les céréales dont les achats ont augmenté de 22% (+4 milliards) en raison de la sécheresse, toutes les rubriques affichent des baisses considérables en raison de l’arrêt des investissements et des activités économiques et de la chute de la consommation.

L’import de biens d’équipements s’est effondré de 18% (-7,8 milliards), de produits énergétiques de 22% (-5,7 milliards, effet combiné de la chute des cours et de la consommation), de produits finis de consommation de 15% (-5,4 milliards), et de demi produits de 12% (-4,4 milliards).

Les recettes touristiques ont chuté de 50% en avril

En ce qui concerne les services, les recettes de voyages ont chuté de 13% ou de 3 milliards de DH pour s’établir à 20 milliards. Sur le seul mois d’avril, les recettes ont atteint 3,1 milliards, en chute de 51%. Le secteur a continué à générer des recettes malgré la fermeture des frontières et l’arrêt quasi total de toute l’activité touristique, principalement en raison d’un effet de décalage des encaissements.

Les dépenses de voyages des Marocains à l’étranger ont, quant à elle, quasiment cessé en avril. Sur les 4 premiers mois de l’année, elles ont baissé de 30% ou de 2 milliards de DH pour s’établir à 4,6 milliards.

Pour leur part, les transferts des MRE affichent un recul de 10% à fin avril (-2 milliards de DH). Ils s’établissent à 18,5 milliards de DH. Sur le seul mois d’avril, ils ont baissé de 25%/

Enfin, le flux net des IDE a baissé de 17% à fin avril, soit -1 milliard de DH (un flux de 5,3 milliards). La forte chute des recettes d’IDE (-26% ou -3 milliards) a été atténuée par le recul des dépenses (-38% ou -1,8 milliard). Sur le seul mois d’avril, le flux net des IDE s’est effondré de 56%.

A lire aussi


Communication financière

Communiqué post AG 30 juin 2020 - LafargeHolcim Maroc

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.