Coronavirus: les médecins du privé réclament l'aide financière de l'Etat

Dans un courrier adressé au Chef du gouvernement, le président de l'Ordre national des médecins appelle à une solution pour les médecins du secteur privé, obligés de garder leurs centres (cabinets et cliniques) ouverts malgré la rareté des patients.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/31-03-2020/sttho202.jpg-oui
Coronavirus: les médecins du privé réclament l'aide financière de l'Etat

Le 31 mars 2020 à 17:53

Modifié le 01 avril 2020 à 10:39

Boubekri Mohammadin explique que les médecins du secteur privé se retrouvent piégés entre le devoir et la loi. Ils sont obligés de garder leurs cabinets et cliniques ouvertes, malgré la baisse du nombre des patients, voire leur absence totale, ce qui leur fait supporter des frais considérables et les expose au risque de faillite.

L'ordre souligne, d'une part, que les médecins ne peuvent bénéficier du soutien alloué par le gouvernement pour arrêt temporaire de l'activité du moment qu'ils ne peuvent fermer leurs cabinets.

D'une autre part, fermer les cabinets réduirait l'offre des services de santé et exposerait les médecins aux dispositions répressives opposables prévues par la loi et la réglementation.

Le président de l'Ordre national des médecins demande ainsi à Saâdeddine El Othmani de prendre en compte cette situation exceptionnelle et de trouver une solution pour que les cliniques et cabinets bénéficient d'une exonération des taxes, et profitent des mesures relatives à la CNSS ou de toute autre mesure mise en place par le gouvernement.

Coronavirus: les médecins du privé réclament l'aide financière de l'Etat

Le 31 mars 2020 à18:30

Modifié le 01 avril 2020 à 10:39

Dans un courrier adressé au Chef du gouvernement, le président de l'Ordre national des médecins appelle à une solution pour les médecins du secteur privé, obligés de garder leurs centres (cabinets et cliniques) ouverts malgré la rareté des patients.

Boubekri Mohammadin explique que les médecins du secteur privé se retrouvent piégés entre le devoir et la loi. Ils sont obligés de garder leurs cabinets et cliniques ouvertes, malgré la baisse du nombre des patients, voire leur absence totale, ce qui leur fait supporter des frais considérables et les expose au risque de faillite.

L'ordre souligne, d'une part, que les médecins ne peuvent bénéficier du soutien alloué par le gouvernement pour arrêt temporaire de l'activité du moment qu'ils ne peuvent fermer leurs cabinets.

D'une autre part, fermer les cabinets réduirait l'offre des services de santé et exposerait les médecins aux dispositions répressives opposables prévues par la loi et la réglementation.

Le président de l'Ordre national des médecins demande ainsi à Saâdeddine El Othmani de prendre en compte cette situation exceptionnelle et de trouver une solution pour que les cliniques et cabinets bénéficient d'une exonération des taxes, et profitent des mesures relatives à la CNSS ou de toute autre mesure mise en place par le gouvernement.

A lire aussi


Communication financière

Sonasid : communiqué post assemblée générale ordinaire & extraordinaire des actionnaires, tenue le 30 juin 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.