Volker Turk présente un exposé sur la situation des droits de l'homme dans le monde, le dossier du Sahara marocain écarté

Dans un exposé exhaustif sur la situation des droits de l'homme dans zones de conflits dans le monde, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Volker Turk, n'a pas jugé pertinent de citer le conflit artificiel du Sahara marocain ni la situation des droits de l'homme dans les provinces du sud du Royaume. Cette position est contraire à la propagande des adversaires du Maroc.

Volker Turk présente un exposé sur la situation des droits de l'homme dans le monde, le dossier du Sahara marocain écarté

Le 20 juin 2024 à 15h56

Modifié 20 juin 2024 à 15h56

Dans un exposé exhaustif sur la situation des droits de l'homme dans zones de conflits dans le monde, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Volker Turk, n'a pas jugé pertinent de citer le conflit artificiel du Sahara marocain ni la situation des droits de l'homme dans les provinces du sud du Royaume. Cette position est contraire à la propagande des adversaires du Maroc.

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Volker Turk, a dépeint, mardi 18 juin, à Genève, un sombre tableau de la situation des droits de l'homme dans le monde, aggravée par les conflits armés et l'élargissement des inégalités de développement, mettant en lumière la situation à Gaza et dans les territoires palestiniens, en Ukraine et en République démocratique du Congo, ainsi qu'au Yémen, au Niger, au Soudan du Sud et en Syrie, et bien d'autres pays.

Ce qui est particulièrement alarmant, selon le responsable onusien, "c'est que les données indiquent que le taux de femmes tuées en 2023 a doublé, et que le nombre d'enfants victimes a triplé par rapport à l'année précédente, soulignant la nécessité urgente de trouver une voie pour revenir à la paix, conformément à la Charte des Nations Unies et au droit international".

Le Haut-Commissaire a noté qu'à la fin mai 2024, "l'écart entre les besoins de financement humanitaire et les ressources disponibles s'élevait à 40,8 milliards de dollars américains. Les appels étaient financés à un taux de seulement 16,1 %".

Il a comparé cette situation avec près de 2 500 milliards de dollars américains de dépenses militaires mondiales en 2023, soit une augmentation de 6,8 % en valeur réelle par rapport à 2022, représentant la plus forte augmentation annuelle depuis 2009.

En plus de causer des souffrances humanitaires intolérables, Volker Turk a averti que "la guerre a un coût élevé à long terme sur l'environnement, notamment par la combustion des terres, la pollution chimique de l'air, de l'eau et du sol, la destruction des infrastructures civiles et même le risque de catastrophe nucléaire".

Il a souligné l'obligation de "prendre au sérieux les motivations et les causes profondes des tensions, de la violence et des conflits". À cet égard, il a évoqué les inégalités et le déni des droits fondamentaux – nourriture, eau, logement, éducation, travail décent et environnement propre, sain et durable, ainsi que la discrimination systématique, la mauvaise gouvernance et la répression des voix dissidentes.

À l'échelle mondiale, le Haut-Commissaire a souligné que "les inégalités ont connu la plus forte augmentation depuis trois décennies, les pays pauvres ayant subi une crise économique plus sévère à cause de la pandémie de Covid-19 par rapport aux pays plus riches." En effet, 4,8 milliards de personnes sont devenues plus pauvres qu'elles ne l'étaient en 2019, tandis que la fortune des cinq milliardaires les plus riches du monde a plus que doublé depuis le début de cette décennie".

Il a conclu que la communauté internationale est loin de tenir la promesse de l'Agenda 2030, puisque près de la moitié de l'humanité – environ 3,3 milliards de personnes – vit dans des pays dont les gouvernements dépensent davantage pour le service de leur dette que pour investir dans les systèmes de santé et d'éducation de leurs populations.

L'absence de mention du conflit artificiel du Sahara discrédite les tentatives de désinformation menées par les séparatistes du Polisario et du régime algérien pour présenter le provinces du sud du Royaume comme instables où les droits de l'hommes sont bafoués.

En ignorant délibérément le conflit du Sahara dans son rapport, Volker Turk envoie un message fort : les allégations de violations des droits de l'homme dans les provinces du sud du Maroc sont infondées et ne méritent pas d'être mentionnées dans une analyse sérieuse et objective des droits de l'homme à l'échelle mondiale.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Groupe LabelVie: VISION 2028 un nouveau tournant dans l’histoire du Groupe

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.