Antibiorésistance, transmission de maladies… Alerte aux effluents hospitaliers (étude marocaine)

Selon une récente étude marocaine, les rejets d’effluents hospitaliers dans les réseaux d’assainissement collectifs représentent un risque pour la santé humaine et l’environnement. Ces effluents favorisent l’émergence de micro-organismes résistants aux antibiotiques dans l’environnement.

Antibiorésistance, transmission de maladies… Alerte aux effluents hospitaliers (étude marocaine)

Le 19 février 2023 à 13h29

Modifié 19 février 2023 à 13h29

Selon une récente étude marocaine, les rejets d’effluents hospitaliers dans les réseaux d’assainissement collectifs représentent un risque pour la santé humaine et l’environnement. Ces effluents favorisent l’émergence de micro-organismes résistants aux antibiotiques dans l’environnement.

Dans un récent article scientifique, Latifa Mouhir, professeure au département Génie des procédés et environnement à la Faculté des sciences et techniques de Mohammedia de l’Université Hassan II de Casablanca, ainsi que trois autres chercheurs, Sayerh Fatimazahra, Saafadi Laila et Monsif Khazraji, ont alerté sur la dangerosité des effluents hospitaliers, rejetés dans les milieux récepteurs.

Cet article s’intitule "Review of hospital effluents : special emphasis on characterization, impact, and treatment of pollutants and antibiotic resistance" (en français, "Bilan des effluents hospitaliers : accent particulier sur la caractérisation, l’impact et le traitement des polluants et de la résistance aux antibiotiques"). Il a été publié début février dans des revues spécialisées.

Son objectif est d’"améliorer les connaissances sur la composition de ces effluents et leur impact sur la santé humaine ainsi que sur l’environnement, en mettant en évidence les différentes techniques de traitement adaptées à ce type d’évacuations, avant leur rejet dans l’environnement", explique la Pr Mouhir, jointe par Médias24.

Aucun traitement spécifique aux effluents hospitaliers

L’article part d’une observation initiale. "Les effluents hospitaliers sont directement rejetés dans les réseaux d’assainissement collectifs", explique la Pr Mouhir. "Ce constat n’est pas spécifique au Maroc. Ces effluents, y compris dans différents pays du monde, passent par les stations de traitement, au même titre que les effluents domestiques. Il n’y a donc pas de traitement spécifique aux effluents hospitaliers."

"Au niveau des stations d’épuration, qui sont plutôt des stations biologiques, des micro-organismes assurent le traitement biologique des effluents. En présence d’effluents hospitaliers, qui sont toxiques, ces micro-organismes restent inactifs", poursuit notre interlocutrice.

"Les effluents hospitaliers, générés à grande échelle par les établissements de santé, entraînent des effets négatifs sur le milieu aquatique et la santé humaine en raison de leur forte charge en matière organique et de la présence de divers contaminants émergents. Nous commençons à avoir de nombreux polluants émergents, tels que les désinfectants, les médicaments, les bactéries, les virus et les parasites."

La toxicité des eaux usées hospitalières est 5 à 15 fois plus importante que les effluents urbains

"Ces effluents véhiculent également des antibiotiques qui favorisent l’émergence de micro-organismes résistants aux antibiotiques dans l’environnement, ce qui est grave. Cette résistance, devenue une problématique mondiale, se manifeste dans différents pays et cause la transmission de différentes infections."

L’article démontre que les hôpitaux utilisent quotidiennement un volume considérable d’eau, entre 400 et 1.200 litres, selon le nombre de lits dont ils disposent. En parallèle, ils génèrent jusqu’à 400 l/j d’eaux usées.

Ces eaux usées constituent un danger pour l’environnement et l’homme, en raison de leurs caractéristiques infectieuses et toxiques. Celles-ci, dont la toxicité est 5 à 15 fois plus importante que les effluents urbains, comportent une large gamme de polluants dangereux, tels que les résidus pharmaceutiques et les substances chimiques, et peuvent être à l’origine de divers dangers chimiques, biologiques et physiques, notamment la transmission de maladies, en particulier lors des périodes de pandémie.

Elles peuvent également induire le développement d’un certain nombre de bactéries dangereuses, qui provoquent l’apparition de plusieurs maladies liées à l’eau, en particulier dans les pays en développement.

Résistance aux antibiotiques

L’article fait état également d’une utilisation excessive et persistante d’antibiotiques par les hôpitaux, dont 30 à 90% ne sont pas absorbés par le système humain. Les résidus sont donc rejetés dans les effluents, qui s’accumulent à leur tour dans les systèmes de traitement des eaux usées, créant un environnement propice à la résistance aux antibiotiques, une des préoccupations mondiales majeures.

"Certes, les antibiotiques jouent un rôle important dans la prévention et le traitement des infections en empêchant les fonctions essentielles des bactéries. Cependant, l’activité de ces différents antibiotiques sur les bactéries entraîne le phénomène de résistance aux antibiotiques. C’est l’une des menaces les plus graves pour la santé publique dans le monde, car elle limite les possibilités de traitement des infections communautaires", expliquent les auteurs de cet article.

Lire aussi : Résistance aux antibiotiques : "La recherche scientifique n’est pas bien servie à l’échelle internationale" (A. Remmal)

"Ce phénomène était auparavant limité aux milieux cliniques. Mais au fil des ans, l’utilisation massive des antibiotiques a entraîné l’émergence d’organismes résistants dans l’environnement, en particulier dans l’eau", ajoutent-ils. "Cette résistance est devenue une source majeure de mortalité dans le monde, car le nombre de gènes résistants aux antibiotiques n’a cessé d’augmenter."

"Malgré les nombreux risques associés à ces eaux usées, les exigences légales quant à leur traitement sont encore insuffisantes. Il est rare de trouver une législation dans ce sens ou même des recommandations de gestion de ces matières."

Des paramètres supérieurs aux normes autorisées par l’OMS

Dans cet article, les chercheurs se sont également intéressés à la caractérisation microbiologique, physico-chimique et écotoxicologique des eaux usées hospitalières. Il en ressort que les paramètres microbiologiques et physicochimiques dépassent les normes autorisées par l’Organisation mondiale de la santé, faisant courir aux organismes vivants des risques énormes.

"Compte tenu des multiples risques associés à ces rejets, un traitement à la source pour éliminer ou minimiser tout polluant dans l’environnement est nécessaire. L’introduction de ces polluants dans les ressources en eau et le système alimentaire par diverses voies est considérée comme une menace sérieuse pour les humains et les autres organismes."

"Heureusement, la nouvelle politique de construction des hôpitaux au Maroc prend en considération cette problématique, et les réseaux commencent à être séparés, entre assainissement collectif et effluents hospitaliers", précise la Pr Mouhir.

"Des efforts sont fournis pour protéger les ressources en eau par les méthodes actuelles de traitement, impliquant des processus physicochimiques tels que l’absorption, les procédés d’oxydation avancés et les processus biologiques", conclut Pr Mouhir.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

MSIN GESTION: La valeur liquidative de l’OPCI Secure Real Estate Invest SPI au 28/06/2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.