Maroc-Portugal. Abderrazak Khairi prédit une nouvelle surprise (AFP)

Son doublé contre le Portugal à la Coupe du Monde de 1986 au Mexique avait envoyé le Maroc au deuxième tour et la Seleçao à la maison. Abderrazak Khairi croit en un nouvel exploit des Lions de l'Atlas contre la bande à Cristiano Ronaldo, le samedi 10 décembre en quart de finale du Mondial au Qatar.

Crédits@AFP

Maroc-Portugal. Abderrazak Khairi prédit une nouvelle surprise (AFP)

Le 9 décembre 2022 à 14h18

Modifié 9 décembre 2022 à 15h32

Son doublé contre le Portugal à la Coupe du Monde de 1986 au Mexique avait envoyé le Maroc au deuxième tour et la Seleçao à la maison. Abderrazak Khairi croit en un nouvel exploit des Lions de l'Atlas contre la bande à Cristiano Ronaldo, le samedi 10 décembre en quart de finale du Mondial au Qatar.

"Face au Portugal, le Maroc est capable de créer la surprise", prédit l'ex-international marocain, principal artisan de la victoire surprise contre le Portugal (3-1) il y a trente-six ans. "La mission ne sera pas facile, mais j'y crois", assure Khairi, 60 ans, dans un entretien téléphonique avec l'AFP à Rabat, depuis le Qatar où il officie comme consultant auprès d'une chaîne arabe.

Le 11 juin 1986, il fut élevé au rang de héros après avoir crucifié les Portugais en inscrivant un doublé lors du dernier match de la phase de poules. Un triomphe historique qui avait permis au Maroc de devenir la première équipe africaine et arabe à se hisser en huitièmes de finale d'une Coupe du monde.

Si les hommes de Walid Regragui l'emportent ce samedi 10 décembre, les Lions de l'Atlas deviendront la première équipe africaine à atteindre la demi-finale d'un Mondial. "Après les deux matchs nuls contre la Pologne et l'Angleterre, la pression était à son comble", se remémore Khairi, qui jouait avec le numéro 17.

"Le Portugal était redoutable, mais on portait les espoirs d'un peuple, d'un continent et de tout le monde arabe", témoigne l'ex-ailier gauche. "Mentalement, ce n'était pas facile, mais on voulait tout donner."

Khairi, en état de grâce, avait ouvert le score à la 19e minute et doublé la marque huit minutes plus tard à peine, avant que Abdelkrim Merry, alias "Krimau", ne marque un troisième but à la 62e minute. La Seleçao avait sauvé l'honneur à la 80e par Diamantino Miranda.

Cet exploit, toujours vivace dans la légende du football marocain, est aujourd'hui évoqué par les fans qui rêvent d'une nouvelle victoire samedi, après avoir vu les Lions éliminer l'Espagne aux tirs au but en huitièmes de finale mardi.

"Quand j'ai marqué les deux buts, ma joie était indescriptible. Ces mêmes joueurs qu'on regardait à la télé, on a réussi à les battre", se souvient encore l'ancienne icône des FAR de Rabat, le club de l'armée marocaine dont il était devenu l'entraîneur.

"Quand j'en parle, je suis instinctivement submergé d'un formidable flot d'émotions. Les souvenirs sont intacts, c'est comme si c'était hier", souffle-t-il. Après la prouesse face aux Portugais, tout le Maroc avait exprimé une intense jubilation comme il l'a fait à la suite de la victoire mardi contre la Roja.

"Personne ne croyait en nous, mais on l'a fait !", exulte fièrement Khairi, tant d'années plus tard. Le Maroc, dirigé alors par le Brésilien José Faria, s'inclinera ensuite face à l'Allemagne au deuxième tour au Mexique, sur un coup franc de Lothar Matthäus à la 88e minute.

Malgré la défaite, les Lions sont sortis de la compétition la tête haute. "On a gagné l'amour du public et on a surtout ouvert la voie à une plus importante représentation des nations africaines en Coupe du monde", se félicite Abderrazak Khairi.

Au Mondial suivant, en Italie, le Cameroun est entré à son tour dans l'histoire en devenant la première équipe africaine à atteindre les quarts, avant le Sénégal en 2002. En 2010, le Ghana a échoué à la porte des demi-finales lors d'un match épique et controversé contre l'Uruguay.

"Il n'y a pas d'impossible dans le football, c'est ça la magie de ce sport. Aujourd'hui, la sélection marocaine le prouve", met en garde l'ex-attaquant marocain. "Certes, cette équipe marocaine est différente (de la nôtre) car le football a beaucoup évolué en trente-six ans, mais sa constante est la détermination et l'envie de représenter au mieux son pays", analyse-t-il, "et les joueurs le font à merveille".

Autre facteur déterminant, les supporters. "Jouer dans un pays arabe, avec une présence soutenue du public marocain, est une bénédiction", reconnaît-il. "J'espère qu'ils iront le plus loin possible !"

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Comment le Festival Mawazine a ressuscité Oum Kalthoum avec un hologramme, le temps d'une soirée inoubliable

Après s’être produite au théâtre Mohammed V en mars 1968, l’Astre de l’Orient est revenue dimanche 23 juin 2024 sous forme d’hologramme pour un spectacle au même endroit qui a affiché complet. L’occasion d’interroger le fondateur de la société de spectacles New Dimension Production (NDP) qui nous explique les ressorts et les coûts de cet exploit technologique qui devrait se banaliser à l’avenir. Notons que le Festival a programmé une deuxième soirée Oum Kalthoum ce mardi 25 juin 2024.

Communication financière

Aradei Capital: Rachat des Participations des Minoritaires de Akdital Immo

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.