χ

Rétrospective. Fort d'un plan de jeu en phase avec ses qualités, le Maroc a bousculé l’Espagne (2-2)

En optant pour un choix tactique restrictif et attentiste, afin de mieux contrer la Roja, l'équipe nationale a conclu son aventure russe sur une bonne note et a failli éliminer l’Espagne de la Coupe du monde.

Cré[email protected]

Rétrospective. Fort d'un plan de jeu en phase avec ses qualités, le Maroc a bousculé l’Espagne (2-2)

Le 14 novembre 2022 à 14h03

Modifié 15 novembre 2022 à 16h27

En optant pour un choix tactique restrictif et attentiste, afin de mieux contrer la Roja, l'équipe nationale a conclu son aventure russe sur une bonne note et a failli éliminer l’Espagne de la Coupe du monde.

Le 25 juin 2018 en Russie, le nul obtenu (2-2) contre l’Espagne a laissé des regrets aux joueurs de l’équipe nationale. Leur entraîneur, Hervé Renard, a lui aussi certainement regretté de ne pas avoir choisi, plus tôt dans la compétition, un plan de jeu en adéquation avec les moyens techniques et tactiques de ses hommes.

Parce que face à la Roja, le Maroc a enfin réussi à mettre dans la partie le principal ingrédient qui lui manquait depuis le début de la compétition : attaquer la profondeur via des transitions tranchantes et rapides vers l’avant.

Evidemment, les nationaux n’ont ni tout réussi (84% de passes réussies), ni trop mis en danger le gardien adverse (3 tirs cadrés). En sus, leur score XG cumulé est inférieur à celui de leur adversaire (0,62 contre 2,05 pour l’Espagne). Mais ce sont les risques à prendre dans cette configuration.

Un plan de jeu pragmatique et efficace 

Après avoir contrôlé le ballon contre l'Iran (64%) et le Portugal (55%), pour finalement voir ses illusions se fracasser face à des défenses regroupées devant leur portier, l'équipe nationale a frôlé la victoire (2-2) en se délestant de la possession (32%).

Il est vrai que l'on avait rarement vu Iniesta et ses coéquipiers autant bafouer leur football. Mais le plan de jeu adopté par le Maroc y est pour beaucoup dans ce constat. Le traditionnel 4-3-3 déployé par les champions du Monde 2010 a été contrarié par les deux lignes défensives mises en place par le technicien français.

Au-delà du système, c’est surtout l’animation défensive marocaine qui a considérablement gêné la progression du jeu adverse, privant notamment l’Espagne d’espace et de temps au moment de la prise de décision. Un choix pertinent, d’autant plus que le déséquilibre à la perte du ballon a toujours été le talon d’Achille des Espagnols.

Aux antipodes de ses deux premières sorties en Russie, l’équipe nationale a donc choisi de structurer son animation défensive autour d’un bloc oscillant entre position basse et médiane. Car la ligne défensive haute de l'Espagne a mécaniquement offert des espaces dans le dos de la charnière défensive Piqué-Ramos.

Ainsi, l’idée principale consistait à couper les lignes de passes et trouver rapidement la profondeur. Résultat, le onze national a réussi 47 interceptions contre 20 pour les Espagnols. Soit 10 de plus que face au Portugal. Et pour une fois, le Maroc a effectué plus de passes en avant qu’en arrière (62 contre 42), se trouvant même autant en situation de contre-attaque (5) que lors de ses deux premières sorties réunies.

Khalid Boutaib, l’élément clé 

L’autre élément essentiel du système défensif marocain a été symbolisé par l’activité défensive de Khalid Boutaib. En lui accordant une nouvelle fois sa confiance après sa prestation ratée contre le Portugal, Hervé Renard a également assigné une tâche précise à son attaquant : harceler le premier relanceur adverse, à partir de la ligne médiane.

La présence de Khalid Boutaib dans cette zone du terrain lui a permis de tirer avantage d’une mésentente entre Ramos et Iniesta, pour récupérer le ballon, filer seul vers le gardien adverse et signer l’ouverture du score.

Acculés devant leur surface de réparation à la suite de cette réalisation, les Marocains ont longtemps repoussé les assauts adverses (29 dégagements contre 14 en moyenne). Mais les appels espagnols dans les half space (zone entre le latéral et le défenseur central) ont eu raison de l’abnégation défensive marocaine.

Les déplacements d’Iniesta et Isco dans le dos des milieux de terrain marocains ont également perturbé le bloc défensif marocain, comme sur l’action du but égalisateur d’Isco. Hormis ce type de séquence de jeu, les Espagnols (4 tirs cadrés) n’ont que très rarement pris à défaut l’organisation défensive marocaine.

Globalement, l'équipe nationale a tenu la dragée haute à l'Espagne. Même si un peu plus de justesse avec le ballon n’aurait pas été superflue (2,78 passes par possession/7,55 pour l'Espagne) pour calmer les ardeurs espagnoles et diluer la pression. Malheureusement, la majorité des ballons récupérés par la Roja (18) l’ont été dans la moitié de terrain du Maroc.

Le match nul concédé à la suite d'une égalisation entachée d’une grossière erreur d’arbitrage, quelques minutes après l’avantage acquis sur une tête smashée de Youssef En-Nesyri, aurait valu une qualification. Pour peu qu'Hervé Renard ait opté pour une stratégie plus en harmonie avec les qualités des joueurs dont il disposait, plus tôt dans la compétition.

Afin d’analyser les performances des équipes et des joueurs, Médias24 se base sur une série d’indicateurs technico-tactique dont voici le glossaire :

- Expected Assists (xA) : la somme des valeurs xA de toutes les passes décisives. xA désigne la valeur d’une passe potentiellement convertible en buts. Elle se base sur un historique de plusieurs centaines de milliers de passes décisives ;

- Expected Goals (xG) : la somme des valeurs xG de tous les tirs. xG permet de mesurer la probabilité qu’une occasion se transforme en but. Elle se base sur un historique de plusieurs centaines de milliers de tirs ;

- Expected Conceded Goals (xCG) : la somme des valeurs xCG de tous les tirs subis par une équipe. xCG désigne la probabilité qu’une équipe encaisse un but ;

- Intensité du pressing (PPDA) : une donnée qui permet de quantifier l'intensité du pressing dans les deux tiers du terrain adverse ;

- Intensité des défis : nombre d'actions défensives (duels défensifs, duels de balles perdues, interceptions, tacles) par minute de possession de balle adverse ;

- Passes décisives : nombre total de passes amenant un but ;

- Secondes passes décisives : nombre total des avant-dernières passes précédent un but ;

- Passes clés : nombre total de dernières passes qui précèdent un tir d'un coéquipier ;

- Rythme du match : nombre de passes de l'équipe par minute de possession ;

- Passes vers le dernier tiers réussies : nombre total de passes réussies de l'extérieur du dernier tiers vers le dernier tiers ;

- Passes vers la surface de réparation réussies :  nombre total de passes réussies de l'extérieur de la surface de réparation adverse vers la surface de réparation adverse ;

- Attaques avec tirs : nombre d'attaques conclut par un tir ;

- Distance moyenne des tirs : distance moyenne de tous les tirs de l'équipe en direction du but adverse ;

- Ligne de formation moyenne : position moyenne des joueurs sur les actions de l'équipe avec le ballon ;

- Dégagements : nombre total de dégagements défensifs ;

- Corner avec tirs : nombre total de corners ayant abouti à un tir en l’espace de 14 secondes ;

- Contre-attaques avec tirs : nombre total de contre-attaques terminées sur un tir ;

- Coups francs avec tirs : nombre total de coups francs ayant donné lieu à un tir de l'équipe qui a joué le coup franc dans les 14 secondes ;

- Duels : nombre total de duels offensifs, défensifs et aériens ;

- Pertes de balles (Haut) : nombre total de pertes de possession dans le dernier tiers adverse ;

- Pertes de balles (Bas) : nombre total de pertes de possession dans le premier tiers du terrain de l’équipe en possession du ballon ;

- Pertes de balles (Moyen) :  nombre total de pertes de possession au niveau du rond central ;

- Pertes (Propre moitié) : nombre total de pertes de possession dans la propre moitié du terrain ;

- Entrées dans la surface de réparation : nombre total d'entrées dans la surface de réparation par une passe, un centre ou un dribble ;

- Attaques placées avec tirs : nombre total d'attaques placées où la possession a fini par un tir ;

- Possessions atteignant la surface adverse : nombre total de possessions ayant fini par une action réussie dans la surface de réparation adverse ;

- Possessions atteignant la moitié de terrain de l'adversaire : nombre total de possessions ayant fini avec une action réussie dans la moitié de terrain de l'adversaire ;

- Passes progressives réussies : nombre total de passes réussies qui permettent de progresser vers le but adverse ;

- Courses progressives réussies : nombre total de courses réussies qui permettent de progresser vers le but adverse ;

- Récupérations hautes : nombre total de récupérations dans le dernier tiers adverse ;

- Récupérations basses : nombre total de récupérations dans sa propre moitié de terrain ;

- Récupérations moyennes : nombre total de récupérations de possession au niveau du rond central ;

- Coups de pied arrêtés avec tirs : nombre total d'attaques lancées sur des coups de pied arrêtés qui se finissent par un tir ;

- Tirs bloqués : nombre total de tirs bloqués par l'adversaire ;

- Tirs depuis la surface de réparation : nombre total de tirs effectués depuis l'intérieur de la surface de réparation adverse ;

- Tirs cadrés depuis la surface de réparation : nombre total de tirs cadrés depuis l'intérieur de la surface de réparation adverse ;

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Ciments du Maroc : Post Conseil d'Administration du 23 mars 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.