χ

Rétrospective. La défaite du Maroc contre l’Iran expliquée par les chiffres

Des attaques stéréotypées, un avant-centre introuvable, des joueurs mal exploités, les nationaux ont fait peu ou pas assez pour forcer le verrou iranien, lors de la Coupe du monde 2018 en Russie. Autopsie d'une désillusion qui a conditionné la suite de la compétition.

Rétrospective. La défaite du Maroc contre l’Iran expliquée par les chiffres

Le 9 novembre 2022 à 16h47

Modifié 15 novembre 2022 à 16h33

Des attaques stéréotypées, un avant-centre introuvable, des joueurs mal exploités, les nationaux ont fait peu ou pas assez pour forcer le verrou iranien, lors de la Coupe du monde 2018 en Russie. Autopsie d'une désillusion qui a conditionné la suite de la compétition.

15 juin 2018. On pourrait faire porter le chapeau à Aziz Bouhaddouz mais, à lui seul, un but contre son camp n’empêche pas une équipe de gagner. La tête plongeante de l’attaquant marocain a provoqué la défaite de l'équipe nationale en ouverture du groupe B lors du mondial russe, et condamné les hommes d'Hervé Renard à l’exploit face au Portugal et à l’Espagne. Toutefois, cette maladresse n’explique pas le revers contre une équipe d’Iran à la portée du Maroc. Du moins sur le papier.

Manque d’efficacité et déficit athlétique

Structuré en 4-3-3, le onze national a entamé la rencontre pied au plancher, prenant le jeu à son compte grâce à une fluidité dans le jeu, un pressing efficace et une récupération haute du ballon.

Sauf qu’au bout d’une demi-heure, l’équipe nationale a perdu en vitesse de transmission, retrouvant ses habitudes d'embouteillage dans l'axe (voir la carte de positionnement moyen), à cause de mouvements désordonnés et de l'absence de solutions pour le porteur, conséquence du faux rythme imposé par l’Iran.

Le score XG (1,02) et l’imprécision des attaquants (3 tirs cadrés/13, à 23%) traduisent les difficultés de l’équipe nationale à se procurer des occasions nettes. Celui de l’Iran (0,32) reflète la réussite et la part de chance qui ont accompagné l'équipe de Carlos Queiroz.

En revanche, le pourcentage de duels gagnés témoigne du déficit d’impact athlétique du milieu de terrain marocain et interroge sur la composition d’équipe, avec un entrejeu où Belhanda et Boussoufa ont éprouvé des difficultés dans les duels. Le Maroc n’ayant remporté que 44% des duels qu’il a disputés (98) contre 52% pour les Iraniens (116). Soit un gap de 18 duels perdus.

Attaquants sans connexion 

Même si le trident Harit-El Kaabi-Ziyech avançait de belles promesses, il a offert face à l’Iran un spectacle d’une pauvreté inversement proportionnelle à son potentiel. La connexion entre les trois hommes, qui seront certainement du voyage au Qatar, était quasi inexistante. Deux passes ont été échangées entre Hakim Ziyech et El Kaabi. Alors que ce dernier n’a jamais réussi à combiner avec Harit et inversement.

L’utilisation du ballon purement individuelle, doublée d’un immense déchet de la part de Ziyech (12 ballons perdus) et de Harit (14), en est la principale raison. D’autant qu’aucun des deux ne peut se plaindre de ne pas avoir été servi. Le premier a touché 51 ballons, et le second 37. Ayoub El Kaabi n’a, quant à lui, récolté qu'un maigre total de 7 ballons à négocier pour un seul tir tenté, loin du cadré.

Absence de variété offensive

L’autre raison de la défaite des nationaux tient à l’absence de variété offensive. Afin de déstabiliser le bloc bas et compact iranien, articulé autour d’un 4-1-4-1, Hervé Renard a demandé à ses joueurs d’attirer l'adversaire vers un côté, avant de renverser côté opposé pour étirer la défense et créer des espaces.

Appliquée lors de la première demi-heure, cette option a souffert de l'absence de variété et de la concentration des attaques dans l’axe (73%) et côté droit (16%). Ce qui a permis aux Iraniens d’ajuster leur positionnement défensif en apportant plus d’aide pour solidifier l'axe et contenir les percussions de Noureddine Amrabat.

Après avoir centré à trois reprises lors des dix premières minutes, le milieu droit n’en a tenté que deux autres avant sa sortie en fin de rencontre. Pour sa part, Achraf Hakimi a été pénalisé par sa titularisation en tant que latéral gauche. Le droitier n’a réussi qu’un des deux centres qu’il a tentés. Pis, à chaque fois, il revenait sur son pied droit, annihilant tout effet de surprise par manque de spontanéité.

Enfin, cet échec incombe également à Hervé Renard. Le technicien français n'a pas réussi à mettre ses joueurs dans les meilleures dispositions. L'ancien sélectionneur national a par ailleurs certainement regretté d'avoir lancé l’habituel milieu défensif Soufiane Amrabat au poste de latéral droit. Ce dernier a provoqué le coup franc à l’origine du but contre son camp de Aziz Bouhaddouz, sur une faute largement évitable.

Afin d’analyser les performances des équipes et des joueurs, Médias24 se base sur une série d’indicateurs technico-tactique dont voici le glossaire :

- Expected Assists (xA) : la somme des valeurs xA de toutes les passes décisives. xA désigne la valeur d’une passe potentiellement convertible en buts. Elle se base sur un historique de plusieurs centaines de milliers de passes décisives ;

- Expected Goals (xG) : la somme des valeurs xG de tous les tirs. xG permet de mesurer la probabilité qu’une occasion se transforme en but. Elle se base sur un historique de plusieurs centaines de milliers de tirs ;

- Expected Conceded Goals (xCG) : la somme des valeurs xCG de tous les tirs subis par une équipe. xCG désigne la probabilité qu’une équipe encaisse un but ;

- Intensité du pressing (PPDA) : une donnée qui permet de quantifier l'intensité du pressing dans les deux tiers du terrain adverse ;

- Intensité des défis : nombre d'actions défensives (duels défensifs, duels de balles perdues, interceptions, tacles) par minute de possession de balle adverse ;

- Passes décisives : nombre total de passes amenant un but ;

- Secondes passes décisives : nombre total des avant-dernières passes précédent un but ;

- Passes clés : nombre total de dernières passes qui précèdent un tir d'un coéquipier ;

- Rythme du match : nombre de passes de l'équipe par minute de possession ;

- Passes vers le dernier tiers réussies : nombre total de passes réussies de l'extérieur du dernier tiers vers le dernier tiers ;

- Passes vers la surface de réparation réussies :  nombre total de passes réussies de l'extérieur de la surface de réparation adverse vers la surface de réparation adverse ;

- Attaques avec tirs : nombre d'attaques conclut par un tir ;

- Distance moyenne des tirs : distance moyenne de tous les tirs de l'équipe en direction du but adverse ;

- Ligne de formation moyenne : position moyenne des joueurs sur les actions de l'équipe avec le ballon ;

- Dégagements : nombre total de dégagements défensifs ;

- Corner avec tirs : nombre total de corners ayant abouti à un tir en l’espace de 14 secondes ;

- Contre-attaques avec tirs : nombre total de contre-attaques terminées sur un tir ;

- Coups francs avec tirs : nombre total de coups francs ayant donné lieu à un tir de l'équipe qui a joué le coup franc dans les 14 secondes ;

- Duels : nombre total de duels offensifs, défensifs et aériens ;

- Pertes de balles (Haut) : nombre total de pertes de possession dans le dernier tiers adverse ;

- Pertes de balles (Bas) : nombre total de pertes de possession dans le premier tiers du terrain de l’équipe en possession du ballon ;

- Pertes de balles (Moyen) :  nombre total de pertes de possession au niveau du rond central ;

- Pertes (Propre moitié) : nombre total de pertes de possession dans la propre moitié du terrain ;

- Entrées dans la surface de réparation : nombre total d'entrées dans la surface de réparation par une passe, un centre ou un dribble ;

- Attaques placées avec tirs : nombre total d'attaques placées où la possession a fini par un tir ;

- Possessions atteignant la surface adverse : nombre total de possessions ayant fini par une action réussie dans la surface de réparation adverse ;

- Possessions atteignant la moitié de terrain de l'adversaire : nombre total de possessions ayant fini avec une action réussie dans la moitié de terrain de l'adversaire ;

- Passes progressives réussies : nombre total de passes réussies qui permettent de progresser vers le but adverse ;

- Courses progressives réussies : nombre total de courses réussies qui permettent de progresser vers le but adverse ;

- Récupérations hautes : nombre total de récupérations dans le dernier tiers adverse ;

- Récupérations basses : nombre total de récupérations dans sa propre moitié de terrain ;

- Récupérations moyennes : nombre total de récupérations de possession au niveau du rond central ;

- Coups de pied arrêtés avec tirs : nombre total d'attaques lancées sur des coups de pied arrêtés qui se finissent par un tir ;

- Tirs bloqués : nombre total de tirs bloqués par l'adversaire ;

- Tirs depuis la surface de réparation : nombre total de tirs effectués depuis l'intérieur de la surface de réparation adverse ;

- Tirs cadrés depuis la surface de réparation : nombre total de tirs cadrés depuis l'intérieur de la surface de réparation adverse ;

 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

LafargeHolcim Maroc : résultats semestriels 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.