χ

Zapatero : “La position du gouvernement Sánchez sur le Sahara mérite le respect”

Participant à un forum sur les relations maroco-espagnoles à Tétouan, l’ancien président du gouvernement espagnol a salué la position de l’actuel exécutif concernant le dossier du Sahara marocain. Une position, déclare-t-il, qui mérite le respect et qui doit inspirer toute la communauté internationale.

Zapatero : “La position du gouvernement Sánchez sur le Sahara mérite le respect”

Le 2 septembre 2022 à 14h35

Modifié 2 septembre 2022 à 15h51

Participant à un forum sur les relations maroco-espagnoles à Tétouan, l’ancien président du gouvernement espagnol a salué la position de l’actuel exécutif concernant le dossier du Sahara marocain. Une position, déclare-t-il, qui mérite le respect et qui doit inspirer toute la communauté internationale.

Figure emblématique du paysage politique, l’ancien président socialiste du gouvernement espagnol (2004-2011), José Luis Rodríguez Zapatero, était l’invité de marque du forum sur les relations maroco-espagnoles organisé par le Centre marocain des études et de recherche en économie et développement, relevant de l’Université Abdelmalek Essaâdi de Tétouan. Un événement qui s’est déroulé durant deux jours dans l’enceinte de l’Ecole normale supérieure de Tétouan.

José Luis Rodríguez Zapatero est revenu dans son mot introductif sur la nature des relations entre les deux royaumes depuis l’intronisation du Roi Mohammed VI.

“Ces vingt dernières années, les relations entre les deux pays étaient globalement positives et ont évolué dans tous les domaines. Il y a eu certes des moments difficiles, mais ils étaient courts et passagers. Et je le dis en tant que connaisseur de la profondeur des relations entre nos deux pays, nous avons toujours été dans un horizon positif et constructif”, a souligné Zapatero.

Il a cité l’exemple des huit années où il a été au pouvoir, rappelant que, dès sa première rencontre avec le Roi Mohammed VI, il a senti le grand intérêt et le respect du Souverain pour l’Espagne. Et il s’est dit que l’Espagne ne pouvait répondre à cet intérêt et à ce respect que par de l’amour et un respect mutuel.

“Les relations entre Rabat et Madrid défient les crises”

“Les huit années où j’ai été au pouvoir, les relations étaient très positives. Dès ma première rencontre avec le Roi Mohammed VI, nous avons construit des ponts de confiance. Cela s’est reflété sur les relations commerciales qui ont fortement progressé. Et malgré le Covid et les tensions politiques que nous avons connues, le commerce ne s’est pas arrêté entre nos deux pays. Il a même continué de progresser”, a-t-il indiqué, comme pour envoyer un message à d’autres Etats qui instrumentalisent le commerce et l’économie à des fins de pression diplomatique.

Pour lui, cette coopération et ces bonnes relations qui “défient les crises” se reflètent également sur l’afflux des étudiants marocains en Espagne, le tourisme, les investissements…

“Le Maroc est un pays proche, ami, avec qui nous ne pouvons faire que de belles choses. Car l’histoire et la géographie sont de notre côté.”

Pour lui, la qualité des relations entre les deux Royaumes doit désormais dépasser le spectre bilatéral pour s’étendre à un cercle encore plus grand. “On ne doit pas penser uniquement à ce que le Maroc donne à l’Espagne ou à ce que l’Espagne donne au Maroc, mais à ce que les deux pays peuvent donner au monde. Nous sommes deux pays, avec deux cultures, dans deux continents, qui ont une relation spéciale, et nous pouvons participer à la construction de la paix et du progrès dans le monde”, a précisé Zapatero.

Et d’ajouter : “La sécurité de nos deux pays est importante. La coopération dans la migration, la culture, l’éducation, le commerce aussi. Mais nos sociétés doivent s’ouvrir sur d’autres cultures, d’autres sociétés, d’autres horizons. Le Maroc peut être pour l’Espagne un pont vers l’Afrique. Et l’Espagne, où le Maroc est fortement présent, sa porte vers l’Europe et l’Amérique latine. Les pays qui s’enferment, qui se considèrent supérieurs aux autres ont un problème maladif (…) Nous devons être humbles, modestes. L’humilité et le respect entre Etats, c’est important. C’est un signe d’intelligence”, a rappelé l’ancien président du gouvernement dans un autre message subliminal adressé fort probablement au voisin de l’Est, avec qui Madrid entretient depuis quelques mois des relations pour le moins compliquées.

Une crise diplomatique qui a pris de grandes proportions en raison de la position de l’Espagne et du gouvernement de Pedro Sánchez sur le dossier du Sahara marocain. Cette nouvelle position a irrité le pouvoir algérien et l’a poussé à lancer des représailles politiques, économiques et commerciales plutôt radicales.

“La position de l’Espagne sur le Sahara doit inspirer toute la communauté internationale”

Zapatero a évoqué cette récente position du gouvernement Sánchez, ainsi que les nouveaux termes de partenariat entre les deux royaumes après la période de froid ayant suivi le Ghali Gate.

Un pas que Zapatero a tenu à saluer, considérant qu’il ne s’agissait pas pour lui d’une nouvelle phase ou d’une nouvelle ère dans les relations entre les deux pays, mais d’un retour à la normale qui s’inscrit dans la continuité des efforts et du travail fourni depuis de longues années.

“Rien ne vient par hasard. La déclaration d’avril est le résultat d’un long processus qui dure depuis de longues années, surtout sur la question du Sahara. Cette déclaration était claire et je considère que la position du gouvernement Sánchez mérite le respect. Elle a aussi une grande valeur au niveau de la communauté internationale, car venant de l’Espagne qui a une responsabilité particulière sur ce dossier. C’est donc une reconnaissance juste. Et nous devons tous participer à l’enrichissement de cet agenda, à son développement”, a soutenu Zapatero. Il n’a d’ailleurs pas caché qu’il avait toujours été en faveur de la solution du plan d’autonomie proposé par le Maroc pour le règlement de ce différend.

“J’ai toujours soutenu la position marocaine. Je crois au plan d’autonomie comme solution. Et je pense que nous devons participer au dialogue avec la communauté internationale pour trouver une solution à ce différend. L’autonomie se base sur le principe du dialogue, du respect, de la paix, de la tolérance… L’ONU doit avoir la capacité de conduire la communauté internationale sur ce chemin”, a conclu l’ancien président du gouvernement espagnol.

Voici la vidéo de la conférence retransmise en live par Médias24 (avec traduction simultanée en langue arabe) :

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CFG Bank:Visa par l'AMMC du prospectus relatif à une émission obligataire subordonnée perpétuelle de CFG Bank

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.