χ

Six consortiums en lice pour la réalisation de l’usine de dessalement de Casablanca

Six groupements ont manifesté leur intérêt pour le marché de l’usine de dessalement de la région de Casablanca-Settat. S'ensuivra un examen des dossiers pour la préqualification par l'Office national de l'électricité et de l'eau potable. L'attribution du marché devrait intervenir courant mai 2023.

Photo : MAP

Six consortiums en lice pour la réalisation de l’usine de dessalement de Casablanca

Le 4 juillet 2022 à 18h19

Modifié 5 juillet 2022 à 12h35

Six groupements ont manifesté leur intérêt pour le marché de l’usine de dessalement de la région de Casablanca-Settat. S'ensuivra un examen des dossiers pour la préqualification par l'Office national de l'électricité et de l'eau potable. L'attribution du marché devrait intervenir courant mai 2023.

L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) a reçu les dossiers de six consortiums dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt (AMI), publié le 21 mars 2022, pour la réalisation et l’exploitation de la station de dessalement de la région Casablanca-Settat.

Selon nos informations, l’attribution de ce marché devrait intervenir au plus tard mai 2023, à en croire un des soumissionnaires consultés par Médias24.

Parmi ces consortiums, on retrouve des groupes internationaux comme Lantania. La firme espagnole nous a confirmé sa participation au sein d’un groupement composé d’Acwa Power (Arabie Saoudite), Tedagua (Espagne), Sepco III (Chine) et Fipar Power Holding (Maroc).

La firme d’ingénierie sévillane, Abengoa, qui a construit l’usine de dessalement d’Agadir, fait partie du consortium dirigé par la société française Engie, par l’intermédiaire de sa filiale Abengoa Agua.

De son côté, l’entreprise marocaine Nareva s’est alliée à l’expert mondial des métiers de l’eau et des déchets, Suez, et au japonais Itochu.

Les Marocains Somagec et SGTM, qui font valoir leur expertise dans les travaux maritimes pour la prise d’eau en mer, une composante importante du projet, s’allient avec l’entreprise israélienne de dessalement IDE Technologies et la société japonaise Mitsui

Le géant français Veolia, nous confirme également être en lice pour ce projet en association avec Taqa Maroc, filiale du groupe Taqa, producteur privé d’électricité.

A ces cinq consortiums, s’ajoute un dernier groupement mené par la firme espagnole Acciona. Cette dernière confirme sa participation à l’AMI. Son association avec Afriquia Gaz et Green of Africa, deux filiales du groupe Akwa sont encore à confirmer. 

La prochaine station de dessalement de la région de Casablanca-Settat est annoncée comme la plus grande du continent. Elle devrait assurer l’alimentation en eau potable de Casablanca, ainsi que l’irrigation de 5.000 ha de terres agricoles. D’une capacité de 548.000 m3 d’eau traitée par jour, extensible à 822.000 m3, la structure sera essentiellement alimentée par de l’énergie renouvelable.

Le groupement qui remportera l’AMI de la station aura à charge sa construction, mais également son exploitation pendant une durée de trente ans, avec pour objectif la production et la fourniture à moindre coût des débits fixés d’eau potable et d’irrigation répondant aux normes de qualité nationale.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

TAQA Morocco: Communiqué de presse

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.