χ

Phénomène lumineux au nord du Maroc : les premières explications

Un phénomène lumineux a été observé par plusieurs personnes au nord du Maroc et au sud de l’Espagne, dans la nuit du 20 au 21 juin 2022 vers 1h du matin. 

Phénomène lumineux au nord du Maroc : les premières explications

Le 22 juin 2022 à 12h18

Modifié 22 juin 2022 à 17h18

Un phénomène lumineux a été observé par plusieurs personnes au nord du Maroc et au sud de l’Espagne, dans la nuit du 20 au 21 juin 2022 vers 1h du matin. 

Les vidéos partagées sur les réseaux sociaux montrent un objet lumineux se déplaçant à plus faible vitesse qu’un météore, et qui s’est fracturé dans l’atmosphère en plusieurs morceaux de différentes tailles. Le phénomène a duré environ 14 secondes.

Il s’agirait des débris de la navette spatiale chinoise « Shenzou 14 », selon la base de données des débris spatiaux utilisée par les centres de recherche internationaux et les agences spatiales. La navette a été lancée le 5 juin 2022 et transporte trois astronautes à la station spatiale chinoise « Tiangong », explique l’association Attarik Foundation pour la météoritique et les sciences planétaires dans un communiqué.

La chute de ces débris sur Terre était programmée aussi bien concernant l’endroit que le moment, ajoute l’association, qui relève de l’Université Hassan II de Casablanca.

En effet, la base de données des débris spatiaux utilisée par les centres de recherche internationaux et les agences spatiales enregistre les différentes entrées programmées de débris dans l’atmosphère terrestre.

« Une fois la mission lancée, une étude est systématiquement élaborée sur sa durée de vie, l’entrée atmosphérique et la tombée du débris. Le moment, l’endroit et la trajectoire sont ainsi toujours connus au préalable par les agences spatiales. Une fois hors d’usage, les objets spatiaux s’écrasent généralement dans l’océan ou le désert », nous explique le Pr Hasnaa Chennaoui Aoudjehane, présidente d’Attarik Foundation et professeure de géochimie planétologie à l’Université Hassan II de Casablanca.

Les caméras du réseau MOFID (un jeune réseau de caméras monté par Attarik Foundation), notamment celle installée à l’Université Al Akhawayne à Ifrane (la mieux positionnée pour capter ce météore), n’ont pas pu enregistrer ce phénomène en raison de la présence de nuages.

Le réseau MOFID détecte les différents phénomènes lumineux qui se produisent dans le ciel national (étoiles filantes, météores, débris…).

 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Auto Nejma : Indicateurs Trimestriels T4 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.