Benmoussa / Syndicats : pas de retour sur les conditions de recrutement

C’est le message adressé par Chakib Benmoussa aux syndicats lors de la réunion tenue ce mardi 23 novembre. D’autres sujets ont également été abordés. Les dossiers urgents qui doivent être traités à court terme ont été identifiés.

Benmoussa / Syndicats : pas de retour sur les conditions de recrutement

Le 23 novembre 2021 à 20h33

Modifié 24 novembre 2021 à 11h48

C’est le message adressé par Chakib Benmoussa aux syndicats lors de la réunion tenue ce mardi 23 novembre. D’autres sujets ont également été abordés. Les dossiers urgents qui doivent être traités à court terme ont été identifiés.

Dans le cadre de la poursuite du dialogue social dans le secteur de l’enseignement, Chakib Benmoussa, ministre de l’Education nationale, s’est réuni ce mardi 23 novembre avec les cinq syndicats les plus représentatifs du secteur : la FNE, la FDT, l’UGTM, la CDT et l’UMT.

Contacté par Médias24, Abderrazak El Idrissi, secrétaire général de la Fédération nationale de l’enseignement (FNE), nous a confié que les nouvelles conditions de sélection aux concours de recrutement d’enseignants ont fait partie des points abordés.

Selon lui, « les syndicats ont exprimé leur indignation face à une décision soudaine, qui prive de nombreux diplômés âgés de plus de 30 ans, au chômage, d’accéder au métier d’enseignant, mais aussi les professeurs exerçant dans le secteur privé ». Une autre source présente lors de la réunion nous a au contraire affirmé que la réunion s’est déroulée « dans une ambiance très positive, et que les paramètres de recrutement ont été soulevés parmi plusieurs points et sans longueur ».

Quelle a été la réponse du ministère ? « Malgré notre contestation, le ministre a estimé que c’est là l’une des solutions ultimes pour réformer le secteur« , rapporte Abderrazak El Idrissi.

Dans un communiqué (fac-similé ci-dessous) publié par le ministère de l’Éducation nationale à l’issue de cette réunion, il a été précisé que M. Benmoussa a expliqué aux syndicats les motivations de cette décision, ainsi que ses objectifs, à savoir l’amélioration de la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage des élèves, en mettant en place un nouveau cursus au profit de l’enseignant.

Chakib Benmoussa ne compte pas, semble-t-il, revenir sur cette décision salutaire pour l’avenir du secteur.

Par ailleurs, la réunion s’est également soldée par l’identification des dossiers essentiels, pour lesquels des solutions définitives doivent être trouvées.

Quatre principaux axes ont donc été identifiés. Le premier est relatif aux dossiers revendicatifs dont les projets de décrets rectificatifs sont déjà prêts, notamment les cadres pédagogiques et les cadres responsables d’orientation. Il a été décidé de reprendre les discussions là où elles ont été interrompues et de présenter les projets de décrets à la commission technique pour que celle-ci émette ses remarques. Rappelons que cette commission est constituée d’un représentant de chacun des cinq syndicats et du directeur des ressources humaines du ministère. Quatre autres dossiers urgents seront également abordés lors des prochaines réunions, notamment ceux relatifs à la situation des fonctionnaires diplômés du supérieur, des professeurs agrégés, des techniciens administratifs et des doctorants.

Le second axe est relatif aux enseignants cadres des Académies régionales d’éducation et de formation (AREF), le but étant de trouver des solutions innovantes.

Selon le secrétaire général de la FNE, la réunion qui sera dédiée à ce dossier aura lieu le 1er décembre prochain. Elle connaîtra la participation d’un représentant de la Coordination des ex-contractuels. C’est la première fois que cette coordination sera présente, lors d’une réunion avec Chakib Benmoussa.

Le troisième axe concerne le statut fondamental de l’enseignement. Des accords sur certains points ont été trouvés entre les deux parties, sur lesquels débutera le travail à partir du mois de janvier prochain, tout en prenant en considération la loi cadre 51.17 et le Nouveau modèle de développement. Rappelons que le statut actuel date de 2003.

Le quatrième et dernier axe est relatif à la feuille de route encadrant la relation entre les syndicats et le ministère. Il a été décidé d’étudier la circulaire 103, publiée en 2017 lorsque Mohamed Hassad était encore à la tête du ministère, et de la mettre à jour s’il le faut.

M. El Idrissi nous a par ailleurs précisé que deux rendez-vous ont été fixés pour de nouvelles réunions avec le ministre, les 29 novembre et 7 décembre prochains. « Nous avons tenu plusieurs réunions de discussions. A présent, il faut commencer à élaborer les solutions adéquates à chaque dossier. »

Lire aussi: Enseignement : la méthode Benmoussa pour la relance du dialogue avec les syndicats*

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Publication des comptes CFG MARCHES au titre de l’exercice 2019

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.